Chômage. Des promesses qui tombent encore, trois jours après la déroute des européennes

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 29 Mai 2014 17:45

Chômage. Des promesses qui tombent encore, trois jours après la déroute des européennes

François Hollande avait promis courant 2013 une inversion de la courbe du chômage avant Décembre 2013. Un échec cuisant puisque que la date fixée initialement par le président de la République pour parvenir à son objectif était fin Décembre. Devant les résultats annoncés par Pôle emplois à la fin de l’année 2013, il avait insisté et promis que cette courbe chuterait avant la fin du premier trimestre 2014.

3 jours après la débâcle de la majorité aux européennes, les statistiques d’avril ont été publiées mercredi par Pôle emploi.

La courbe ne fait que progresser:
Après +0,9% en février, puis une hausse quasi-nulle en mars, le chômage a de nouveau augmenté de 0,4% en avril. C’est déjà le quatrième mois de retard pour François Hollande et son gouvernement.

Pour autant, le ministère du travail explique dans un communiqué: ” les mauvais chiffres appellent à la mobilisation générale pour la croissance et l’emploi, à tous les niveaux”. “C’est dans la durée que s’inscrit l’action du gouvernement”

Selon l’Unédic, l’organisme qui gère l’assurance chômage, 103.200 nouveaux demandeurs d’emploi sont attendus en 2014 et 60.000 en 2015.
Si la situation s’est améliorée fin mars pour les moins de 25 ans (-0,8% en un mois, -2,6% en un an), elle a continué de s’aggraver pour les plus de 50 ans: +1% en un mois, +11,8% en un an.
Le gouvernement, qui a jusqu’à présent mis l’accent sur le chômage des jeunes, doit présenter d’ici la mi-juin un plan pour l’emploi des seniors. “L’alternance sera comprise dedans mais il y aura aussi des mesures que Pôle emploi devra mettre en œuvre pour faciliter l’accueil, l’accompagnement, le suivi des seniors”, a souligné François Rebsamen.

(Si besoin, vous pouvez récupérer les données au format .csv en bas à droite du graphique)

Parmi les syndicats, la CGT et FO ont chacune appelé le gouvernement à “changer de politique”. Il faut “cesser les cadeaux faits au patronat sans contrepartie”, a ajouté la CGT. De son côté, le Medef a au contraire appelé à “avancer plus vite et plus fort dans la mise en œuvre effective de mesures en faveur de la compétitivité des entreprises”.

Avec le Huffingpost et le Ministère du travail.

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 29 Mai 2014 17:45