Règlement de la crise post-électorale – Côte d’Ivoire

F.L
Par F.L 3 Jan 2011 22:18

Règlement de la crise post-électorale – Côte d’Ivoire

Ouattara : « Pour nous, les discussions sont terminées »
Ernest Bai Koroma (porte-parole de la délégation Ua-Cedeao) : « Elles se poursuivent »

Les trois émissaires de la Cedeao et celui de l’Union africaine mandatés par leurs institutions respectives ne sont pas parvenus à trouver un règlement à la crise post-électorale en Côte d’Ivoire, au terme d’un séjour d’à peine 24 heures sur les bords de la lagune Ebrié. Les présidents sierra léonais, cap-verdien et béninois ainsi que le premier ministre kényan, unique émissaire de l’Ua, ont buté, hier, contre des positions fermes et peu conciliables après des échanges successifs avec Laurent Gbagbo, président élu selon le conseil constitutionnel ivoirien et Alassane Ouattara, reconnu président selon les résultats de la Commission électorale indépendante. Le porte-parole des quatre émissaires africains a eu ces propos, hier soir, qui achevaient de convaincre sur la délicatesse de leur mission commune : « Nous avons eu deux rencontres très importantes de la mission de la Cedeao et de l’Ua. A ce stade, les discussions se poursuivent. La presse aura des détails lorsque nous aurons des éléments complémentaires à partager avec vous ». Ernest Bai Koroma, président de Sierra Leone, s’exprimait ainsi, au palais présidentiel après une ultime rencontre avec Laurent Gbagbo. Il affirmait bien que les discussions se poursuivaient. Problème ! Une heure avant sa déclaration, il quittait- en compagnie de ses collègues- le golf hôtel, quartier général d’Alassane Ouattara. Et Ouattara, justement, indiquait que les discussions étaient terminées. « Pour nous, les discussions sont terminées », déclarait à la presse Alassane Ouattara, lequel s’était entretenu plus de deux heures (18h30-20h45) avec les émissaires de l’Ua et de la Cedeao.
Le fait que Ouattara déclare que les discussions sont terminées et que le porte-parole de la délégation conjointe Ua-Cedeao soutienne que les discussions se poursuivent, montrait bien qu’on était dans l’impasse.

Journée marathon

De sources proches des discussions, Laurent Gbagbo- qui ne doute pas un seul instant de sa légitimité- a remis sur la table, sa proposition d’un recomptage des voix et la mise sur pied d’un comité d’évaluation des élections. Alassane Ouattara- qui peut encore se targuer du soutien d’une bonne partie de la Communauté internationale- a estimé devant les émissaires africains qu’il était le seul président élu en considération des résultats donnés par la Commission électorale. Il aurait ainsi demandé à la délégation de « retourner » dire à Laurent Gbagbo de considérer les résultats de la Cei et qu’il quitte le pouvoir dans les « plus brefs délais ». Alassane Ouattara a refusé la proposition du locataire du palais présidentiel : à savoir la mise en place d’un comité d’évaluation des élections. Il aurait encore refusé cette proposition du premier ministre kényan, Raila Odinga, d’instaurer un dialogue
Gbagbo-Ouattara.
Devant les positions tranchées des deux parties, les émissaires n’ont eu de possibilité que de partir rendre compte à leurs mandants : Yayi Boni (Bénin), Pedro Pires (Cap-vert) et Ernest Bai Koroma (Sierra Leone) sont censés rendre compte à Jonathan Goodluck, président en exercice de la Cedeao ; Raila Odinga, quant à lui, devrait faire le rapport de sa mission au président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping.
La journée d’hier s’était révélée un véritable marathon. Pour les trois chefs d’Etat sous-régionaux et le premier ministre kényan. Mais également pour les gens des médias. Le premier à avoir débarqué sur le sol abidjanais était le Kenyan, Raila Odinga (9heures). Il s’est rendu à l’hôtel Pullman qui faisait office de quartier général des quatre émissaires. M. Odinga a reçu successivement Young J. Choi, représentant spécial du secrétaire général des nations unies en Côte d’Ivoire puis deux chefs de l’église catholiques, Mgr Aké et Kutwa. Choi a dit succinctement qu’il était venu faire un « briefing » à l’hôte africain.
Pedro Pires est arrivé à l’aéroport Félix houphouët-Boigny à 11h30 suivi deux heures après (13h30) des présidents sierra leonais, Bai Koroma et béninois, Yayi Boni. Toute la délégation s’est retrouvée à Pullman pour une concertation d’une heure et demie. Les émissaires se sont rendus par la suite au palais présidentiel où ils ont eu une première rencontre avec Laurent Gbagbo (15h30) puis une seconde (21h30). Entre les deux rencontres, s’est insérée une longue entrevue avec Alassane Ouattara au golf hôtel à la Riviera.

Kisselminan COULIBALY – Abidjan.net

[ad#ad-2]

F.L
Par F.L 3 Jan 2011 22:18