TROY DAVIS et le Pull over ROUGE, Innocents ou coupables?

F.L
Par F.L 22 Sep 2011 12:20

TROY DAVIS et le Pull over ROUGE, Innocents ou coupables?

Le sort de cet Américain exécuté mercredi soir aux Etats-Unis a suscité de nombreuses réactions, souvent indignées dans le monde entier

Les doutes sur sa culpabilité, la rétractation de plusieurs témoins,  les regrets de certains jurés qui l’avaient placé dans le couloir de la mort en 1991… Rien n’aura suffi à épargner la vie de Troy Davis. Rien n’aura ouvert la voie à la commutation de sa peine en prison à perpétuité. Rien ne lui aura permis de “prouver son innocence”.

Cet Afro-Américain de 42 ans, condamné à mort pour un meurtre qu’il nie avoir commis, ne pensera plus jamais “C’est pour demain”: il a été exécuté mercredi soir dans l’Etat américain de Géorgie.

Les Etats-Unis n’ont pas le monopole des erreurs judiciaires…

 l’affaire Christian Ranucci, guillotiné malgré des doutes énormes, en France en 1976. Il sera l’un des derniers condamnés à mort exécutés en France, avant l’abolition définitive en 1981.

Sans faire de parallele, Giscard D’estaing avait déclaré en 2009 dans un entretien avec France 2 qu’il ne regrettait pas d’avoir refusé sa grâce à Christian Ranucci, guillotiné à l’âge de 22 ans en 1976 pour l’assassinat d’une fillette, un crime qu’il niait.

Dans cet entretien, M. Giscard d’Estaing, aujourd’hui âgé de 86 ans, ajoute qu’il aurait “probablement” maintenu la peine de mort s’il avait été réélu en 1981.

“Il était coupable, il était condamné, il devait être sanctionné”, déclare l’ancien hôte de l’Elysée (1974-1981), interrogé sur l’affaire Ranucci, l’un des cas judiciaires les plus controversés de ces dernières décennies.

“Je ne regrette pas ma décision, parce qu’à la lecture des dossiers (…) et des procès qui avaient eu lieu, il était coupable”, ajoute VGE.

Christian Ranucci, 22 ans, a été guillotiné le 28 juillet 1976, reconnu coupable de l’enlèvement et du meurtre, deux ans plus tôt, d’une fillette. Le jeune homme niait les faits et ses avocats dénonçaient de nombreuses zones d’ombres, pointées dans le livre “Le Pull-Over Rouge” de Gilles Perrault. Il fut l’une des trois personnes exécutées sous le mandat de VGE, qui en a grâcié quatre.

Interrogé pour savoir s’il aurait pu, comme François Mitterrand, abolir la peine de mort durant un éventuel second mandat, VGE “pense” qu’il n’aurait pas pris cette décision, même s’il se dit “prudent”, si longtemps après.

“Pour moi, son sens c’était son effet dissuasif. Et je suis du côté des victimes, pour une raison simple, c’est que les victimes ne parlent pas. Et lorsque les victimes sont des enfants ou des femmes faibles, maltraitées, torturées, je considère que c’est inacceptable et qu’à ce moment-là, la dissuasion doit s’appliquer”, explique-t-il.

“Donc je l’aurais probablement maintenue”, explique-t-il, se replongeant dans l’hypothèse d’une victoire en 1981.

SXMINFO

F.L
Par F.L 22 Sep 2011 12:20