[24] Crazy Dave : Marathon de Casper ? une belle course et un accueil super…

Autre
Par Autre juin 6, 2016 09:20

[24] Crazy Dave : Marathon de Casper ? une belle course et un accueil super…


“Super week end dans le Wyoming, belle course même si difficile en raison de l’altitude et de la chaleur mais surtout un super accueil”… Ce sont les mots de notre David Redor, juste après avoir couru son 24ème marathon de l’année dans l’état du Wyoming.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAToujours à l’affut d’une excuse pour dépenser son énergie redoutable, David à parcouru 800 kilomètres en voiture juste après la course pour aller voir Crazy Horse et le Mont Rushmore, “car je ne pouvais pas passer à côté de ça” affirme-t-il, tout en précisant qu’il a aujourd’hui dormi 3h, pris 3 vols, fait 300 kms de plus en voiture afin de traverser l’Illinois pour arriver dans l’état de l’Iowa où il va courir le lendemain à 5h du matin. Pour nous rassurer il avoue cependant être bien fatigué et ne rêve qu’a cet instant de rejoindre son lit !

Avant d’en dire plus sur notre runneur insatiable, voici son récit du 24ème marathon de l’année, 24 ème marathon d’un défi fou, comme lui…

Bienvenue à Casper, petite ville du Wyoming, l’état des grandes plaines de l’ouest américain. Ici les rues sont larges mais jamais embouteillées et on roule en Harley Davidson sans casque ! Ça sent bon la liberté et les grands espaces.

Après une longue journée de voyage depuis New York, je suis arrivé vendredi soir et après avoir déposé mes affaires à l’hôtel, je suis allé chercher mon dossard non loin de là. J’ai reçu un très bon accueil d’Eric le race director et de son équipe qui furent surpris qu’un français vienne disputer leur marathon. Je leur ai raconté mon périple ce qui nous a permis de sympathiser. Ils m’ont gentiment proposé bières et ribs pour dîner. Le week-end s’annonce très bien. Je décide de venir à la pasta party qu’ils ont organiser le samedi soir. Il fait beau et très chaud et ce sera comme ça tout le week-end. J’apprends que les inondations de la semaine passée les ont obligés à modifier le tracé du marathon.

Après une bonne nuit et une journée de repos, je me rends à la pasta party, je suis accueilli par Eric qui me présente une journaliste qui fait un reportage sur la course et qui va m’interviewer, très sympathique. Après avoir pris un vrai dîner de marathonien (salade, pâtes, viande blanche, fruits), je les saluent et leur donne rendez-vous le lendemain à l’aube.
Je rentre à l’hôtel mais je m’endors tard.

5h le réveil sonne, un peu fatigué par cette courte nuit mais ravi de courir ici. Un bon petit dej, mon Immunâge, je m’habille et c’est parti. Le départ n’est pas loin et il y a des navettes pour y aller. Le soleil se lève et illumine les bâtiments en briques rouges de Casper. En chemin, des coureurs à bord d’une voiture me demandent si je veux monter avec eux jusqu’au départ ce que j’accepte avec plaisir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERALe départ se situe à l’Events Center situé sur les hauteurs de Casper à plus de 1600 m d’altitude. Je n’avais pas réalisé que l’on était aussi haut car avec les centaines de kilomètres de plaines on a vraiment l’impression d’être bien plus bas mais la course va bien se courir entre 1700 et 1500 m aujourd’hui. Il va donc falloir gérer la respiration et la chaleur. Je fais un petit tour à l’intérieur du centre où un petit déjeuner est proposé ainsi que des massages. L’organisation nous propose aussi de l’écran total : bonne idée car cela pourra être utile pendant la course.

6h30 le départ est donné par un coup de canon (un vrai), nous allons effectuer une première boucle sur les hauteurs, un peu de plat, une descente et nous enchaînons avec une longue côte d’1,5 km qui va bien nous faire souffrir au niveau respiratoire et musculaire. Cela se voit car le peloton est déjà étiré sur un bon kilomètre. Nous revenons près du départ, je passe au 5ème en 30mn, puis repartons de nouveau sur cette boucle mais cette fois après la petite descente la même côte en couleur nous attend de l’autre côté, ça commence très fort !

J’essaie de rester régulier et de bien respirer car j’ai bien ressenti l’oppression de l’altitude sur la 1ère montée. Nous redescendons vers la ville, je passe les 10kms en 1h pile. Nous courrons maintenant sur une ballade le long de la rivière Platte qui a effectivement  débordé à certains endroits où nous aurons à peine la place de passer. Le parcours devient un peu vallonné avec deux petites côtes.

Nous passons près de la ligne d’arrivée avant de reprendre la ballade au bord de l’eau. Ma respiration est meilleure maintenant. Des coureurs me saluent en français! L’ambiance est assez calme sur le parcours mais les volontaires et les membres de l’organisation sont là pour encourager tout le monde. J’arrive au 15ème km en 1h30 je suis toujours sur mon petit rythme de 10km/h mais le soleil commence à chauffer et je sais que cela va se corser!

OLYMPUS DIGITAL CAMERANous courons maintenant autour d’un parcours de golf et cela est très agréable, le parcours est très vert depuis le début. J’atteins les 20kms en 2h03mn et le semi-marathon est bouclé en 2h10mn ce qui est correct. Nous reprenons notre course le long de la rivière, le parcours est assez roulant avec toutefois quelques petites côtes qui cassent un peu le rythme.

Le rythme commence inévitablement à baisser et le 25ème km est passé en 2h38mn. Nous sommes sur un aller retour alors nous croisons les premiers ainsi que les relayeurs ce qui est sympa car on n’est pas tout seul.

Je passe aux 30 kms en 3h16mn qui sont suivis par une double côte bien raide que je marcherai. Nous arrivons au 32ème kilomètre où nous faisons demi-tour. J’en profite pour bien me ravitailler et remettre de l’écran total car on va désormais avoir le soleil de face jusqu’à l’arrivée.

Il fait très chaud maintenant mais bizarrement une légère brise fraîche souffle par moment. Je gère maintenant tranquillement ma course sans forcer et j’arrive au 35ème km en 3h57mn.

Au 37ème km en regardant ma montre je me dis qu’il y a encore un peu de place pour terminer sous les 5h si je relance un petit peu. Alors on y va tout doucement sans se faire mal, je remonte quelques concurrents et arrive aux 40 kms en 4h41mn, le tour est joué et je passerai la ligne d’arrivée en 4h56mn22s.

Eric et plusieurs membres de l’organisation viennent me féliciter et je les remercie pour leur accueil, leur organisation et leur jolie course.
Le ravitaillement d’après course est plus que complet : eau, gatorade, sodas, bières, snacks, pizzas, wraps, club sandwichs, grande variété de fruits : c’est vraiment parfait.

Je prends une chaise et m’assieds à l’ombre pendant plus d’une heure afin de profiter de l’ambiance et de cette belle journée. Je retrouve les coureurs qui m’avaient emmené ce matin et propose de me ramener ce que j’accepte volontiers. Avant de partir, l’organisation m’invite à revenir vers 15h à l’after race party. J’irai avec plaisir partager quelques bières et un très bon buffet avec l’équipe.

Une journée parfaite donc, avec une course qui n’était malgré tout pas facile en raison de l’altitude et de la chaleur mais avec une ambiance et des volontaires très sympathiques et surtout une équipe organisatrice adorable, serviable et d’une gentillesse hors normes. Je les ai remercié pour leur course et leur organisation impeccable et ils m’ont remercié cent fois d’être venu courir leur marathon, un échange parfait.

Je vous donne rendez-vous mercredi dans l’Illinois pour ma 25ème course de l’année !

David

Commenter l'article avec votre compte Facebook

Autre
Par Autre juin 6, 2016 09:20
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire