Inde – Le travail des enfants ne doit pas être une fatalité !

Association
Par Association 1 Juin 2015 15:26

Inde – Le travail des enfants ne doit pas être une fatalité !

Le 13 mai dernier, la modification par le gouvernement indien de la loi sur le travail des enfants a suscité l’indignation. Les raisons ? Une réduction de la liste des secteurs à risques (à l’image des exploitations minières) qui rend à nouveau possible l’embauche des moins de 18 ans dans ces secteurs et la possibilité d’employer des enfants de moins de 14 ans au sein des entreprises familiales.

Face à ce recul, les défenseurs de la cause des enfants tirent la sonnette d’alarme dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre le travail des enfants, le 12 juin.

L’ONG de solidarité Plan International s’y emploie avec conviction, grâce à des actions spécifiques mises en place par ses équipes sur le terrain, notamment en Inde, où elle est présente depuis plus de 35 ans. Le pays détient le triste record mondial du nombre d’enfants travailleurs.

Capture d’écran 2015-06-01 à 15.09.11

Protection des enfants par Plan International en Inde

En Inde, le nombre d’enfants travailleurs de moins de 14 ans s’élève à près de 13 millions, obligés de travailler comme chiffonniers ou assistants dans les dhabas (restaurants populaires) pour assurer leur survie et celle de leur famille.

Les équipes de Plan International, présentes sur le terrain depuis 1979, mettent en oeuvre des programmes de lutte contre le travail des enfants avec une approche globale et participative du problème.

* Prévention : l’ONG sensibilise et informe les familles sur les conséquences néfastes du travail pour leurs enfants. Les enfants eux-mêmes sont sensibilisés sur leurs droits avec, notamment, la mise en place de groupes de parole.

* Intervention : la pauvreté des familles étant l’une des causes principales du travail des enfants, Plan International met en place des systèmes d’épargne et de crédits qui permettent aux familles d’augmenter leurs revenus. L’ONG forme également les employeurs sur les lois du travail existantes afin qu’ils adoptent des bonnes pratiques et refusent l’emploi des enfants dans leur entreprise. Enfin, de nombreuses actions de plaidoyer sont déployées auprès des décideurs afin d’influencer les politiques et législations nationales en lien avec le travail des enfants.

* Réinsertion : Plan international aide les enfants travailleurs à se réinsérer dans le système éducatif et leur apporte un soutien psychologique. Les enseignants sont également formés pour aider ces enfants à revenir sur les bancs de l’école, et pour lutter contre les discriminations dont ils peuvent être victimes.

Capture d’écran 2015-06-01 à 15.08.29

Travail des enfants : un constat alarmant mais non irréversible.

Capture d’écran 2015-06-01 à 15.08.46L’Organisation Internationale du Travail (OIT) estime que, dans le monde, 215 millions d’enfants de 5 à 14 ans sont victimes d’exploitation, dont au moins 85 millions sont soumis aux pires formes de travail. Pourtant, la Convention Internationale des Droits de l’Enfant de 1989, ratifiée par 192 pays dont l’Inde, oblige ces États à protéger les enfants contre l’exploitation économique et contre toute forme de travail qui nuirait à leur éducation, leur santé ou leur développement physique ou moral. C’est en Asie que l’on compte le plus grand nombre d’enfants travailleurs, avec l’Inde en tête de file. L’Afrique subsaharienne est la région au monde où le travail des enfants ne cesse d’augmenter.

Mais le travail des enfants n’est pas une fatalité. Il a d’ailleurs baissé d’un tiers depuis les années 2000. Pour l’ONG Plan International, il faut continuer à agir sur les principales causes du phénomène et avant tout sur l’éradication de la pauvreté. Car pour les populations pauvres et souvent marginalisées, le travail des enfants reste un moyen d’assurer les besoins vitaux des familles.


Capture d’écran 2015-06-01 à 15.08.57PORTRAIT – Shambhu, enfant travailleur sauvé des rues

En 2008, Shambhu – 10 ans – habite à Sarai Kale Khan (Nizamuddin) avec ses parents et ses deux jeunes frères. Son père travaille dans un dhabas et sa mère, femme au foyer, est gravement malade. En tant qu’aîné de la fratrie, il se sent obligé d’aider son père à subvenir aux besoins de toute la famille.

Ce petit garçon, qui n’est quasiment jamais allé à l’école faute de moyens, se rend chaque matin le long des quais de la gare, pour vendre des fruits et des légumes entassés dans un panier. Là-bas, il subit, pendant des mois et pour garantir la survie de sa famille, le harcèlement physique et moral continu des passants et des autres jeunes.

Fin 2009, alors qu’il transportait un bidon de 20 litres d’eau, un partenaire local de Plan International le repère. L’équipe le prend immédiatement en charge dans le cadre du programme « Dreams on Wheel »* et parvient, non sans mal, à convaincre ses parents de l’envoyer dans un centre d’apprentissage. Totalement renfermé à son arrivée, il va progressivement s’ouvrir aux autres et acquérir un niveau scolaire équivalent au CM1.

Le jeune garçon s’est obstiné dans ses études malgré le désaccord de ses parents. Il gagne la fierté de sa famille en racontant son histoire dans un journal pour enfants.

Aujourd’hui âgé de 17 ans, Shambhu continue d’étudier au sein du centre gouvernemental de la police ferroviaire. En parallèle, il prend des cours d’informatique et d’anglais. Il suit également de près les études de ses deux jeunes frères, pour leur éviter le même début de parcours.

Son rêve est de devenir professeur et d’aider à son tour les enfants privés de cette opportunité d’étudier. Shambhu est désormais un jeune homme confiant qui rend ce qui lui a été donné en conseillant et en aidant les jeunes.

* Dreams on Wheel est un projet qui permet d’assurer la protection et l’éducation des enfants qui travaillent et vivent dans les stations de train de Nizamuddin à Delhi.

Association
Par Association 1 Juin 2015 15:26

Les dernières infos

Suite...