Alimentation – Les Vegans se lancent à l’assaut de votre environnement

Autre
Par Autre avril 17, 2015 12:59

Alimentation – Les Vegans se lancent à l’assaut de votre environnement


Plus ou moins près de vous, vous connaissez toutes et tous une personne qui se revendique “vegan” et qui milite bec et ongle pour que sa façon d’appréhender l’alimentation devienne la votre…

Le véganisme est un mode de vie fondé sur le refus de l’exploitation animale. Au-delà de l’adoption d’un régime alimentaire végétalien, le véganisme exclut la consommation de tout produit issu des animaux, de leur exploitation ou testé sur eux (cuir, fourrure, laine, soie, cire d’abeille, cosmétiques etc.). Il exclut également l’utilisation des animaux pour les loisirs (cirques, zoos, promenades sur leur dos…) ou pour le travail (chiens guides, chevaux de trait…), estimant que l’évolution technologique permet de s’en passer. Par rapport au végétarisme et au végétalisme, qui désignent simplement des régimes alimentaires, le véganisme vise plus largement un mode de vie rattaché à des choix moraux et politiques, comme ceux du mouvement des droits des animaux. On nomme communément végane la personne qui opte pour le véganisme. (Wiki)

Nous vous proposons un petit papier sur ce sujet en vogue, papier contemporain, et nous le faisons avec plaisir d’autant plus que l’auteur est de ceux qui autorisent et invitent même ceux qui font “l’agora électronique”, comme dirait un fameux oiseau local, à partager ses écrits.

Un papier extrait du Blog NorthGate et écrit par Spi.


Et si ces enfoirés de vegans avaient raison ?

Connaître des vegans n’est pas de tout repos. Le vegan considère que tuer un animal équivaut à tuer une personne. Il vous parle de spécisme et vous explique que maltraiter n’importe quelle espèce, c’est mal. Il va jusqu’à comparer les abattoirs aux camps de concentration : une vision des choses qui nous parait tellement disproportionnée qu’elle nous choque. Pas eux.

A force de côtoyer ces hurluberlus, un jour vous aurez le choix :

  1. vous arrêtez de leur parler,
  2. vous allez les troller,
  3. vous écoutez.

Pour ma part, j’aime les débats alors j’ai joué le jeu et j’ai écouté avec cependant la quasi-certitude d’être dans le vrai : pour moi, le véganisme était une « préoccupation de riche occidental qui avait satisfait tous ses besoins primaires et s’attachait maintenant à satisfaire ceux des animaux ». Un truc de bobo hipster lopette, quoi.

Petit plongeon chez les hippies.

Lorsque vous commencez votre incursion dans leur monde, vous ne connaissez pas grand chose à leur concept puisque vous avez très probablement été élevé dans une famille où l’on mange traditionnellement de la viande. On vous aura dit partout que c’était dans l’ordre des choses, que nous étions au sommet de la chaîne alimentaire, qu’on faisait ce qu’on voulait et qu’on pouvait emmerder les bestioles à loisir. Et puis de toutes façons, on est omnivores et remettre en question un mode de vie qui existe ainsi depuis des siècles, ça semble vain (ou au mieux très difficile). Mais bon, OK, on a dit qu’on essayait de comprendre alors on va s’y mettre.

Lorsque vous commencez votre incursion dans leur monde, vous ne connaissez pas grand chose à leur concept puisque vous avez très probablement été élevé dans une famille où l’on mange traditionnellement de la viande. On vous aura dit partout que c’était dans l’ordre des choses, que nous étions au sommet de la chaîne alimentaire, qu’on faisait ce qu’on voulait et qu’on pouvait emmerder les bestioles à loisir. Et puis de toutes façons, on est omnivores et remettre en question un mode de vie qui existe ainsi depuis des siècles, ça semble vain (ou au mieux très difficile). Mais bon, OK, on a dit qu’on essayait de comprendre alors on va s’y mettre.

Pourquoi ces gens sont ils vegans ?

Pour commencer, vous pensez qu’ils ont juste une grosse empathie envers les animaux ; vous comprenez, mais l’empathie c’est subjectif, pas la peine de s’étendre dessus. Alors vous commencez à leur parler plus concrètement de leur régime. Ne vous inquiétez pas ils sont habitués, ils sont armés pour répondre à toutes vos questions (pour peu que vous écoutiez leurs réponses) et ils s’en sortent bien : l’argumentaire des vegans est plus réfléchi que vous ne le pensez et s’articule autour de ces points :

  • Ils font preuve d’empathie à l’égard des animaux.
  • Ils ont une alimentation plus saine.
  • Ils réduisent l’impact environnemental car la viande consomme beaucoup de ressources.

Oubliez donc l’image de cette connasse de Brigitte Bardot. Rien à voir.

Les convaincre qu’ils ont tort !

Comme leur raisonnement se tient et va au-delà de « j’aime les chatons, n’en mangez pas SVP », vous êtes pris au dépourvu. Va falloir assurer pour défendre votre morceau de viande. Vous vous préparez donc à aller chercher des arguments aiguisés pour les annihiler dans un petit « pouf » ridicule. Sauf que… Sauf que vous avez un peu de mal à leur opposer des idées qui tiennent la route. Vous étiez pourtant persuadé que ça viendrait tout seul, que vous en auriez des dizaines des raisons valides de becqueter des bêbêtes, mais il vous en reste juste une poignée et en plus elles sont un peu foireuses :

Vous avez l’air fin avec ça, d’autant que les conditions de vie ont changé depuis que votre arrière-arrière-arrière-grand-mère grimpait aux arbres. Votre cerveau est maintenant bien développé (plus que celui de Lucy ou Kevin) et c’est plus dû au fait de cuir les aliments qu’à la viande cuite (semble-t-il). Quant au « on a toujours fait comme ça », vous savez bien qu’on a toujours excisé des jeunes filles et que ce n’est peut-être pas la meilleure chose à faire (peut-être). Je parlerai des carences dans un instant mais on ne vaincra pas par là non plus…

Pas de panique, on peut contre-attaquer : allez jeter un œil à la définition du spécisme dont on vous rabat les oreilles, il y a bien quelqu’un qui vous dira qu’il est normal de différencier les traitements en fonction des espèces… Et bien… Euh… Non. Le spécisme est cautionné uniquement par habitude (lui aussi) et de nombreux savants, scientifiques et philosophes le déconseillent au même titre que le sexisme ou le racisme. Merde.

Et si j’avais tort…?

Votre confiance en vous vacille. On mange sans doute de la viande en quantité parce qu’on en a besoin. Pourquoi sinon ? On en a besoin car manger uniquement des légumes entraîne des carences en fer et en protéines. Et ça c’est vrai ! Ou pas, crotte. Les végétariens, ne mangent pas que des légumes. Ils doivent varier leur alimentation en incluant des aliments auxquels on ne pense pas : des céréales, des fruits secs, des sources de protéines comme la quinoa, etc. Nous les viandards, on sait que notre alimentation habituelle subviendra à nos besoins, mais on n’a aucune éducation sur comment varier notre alimentation sans viande. Forcément, si vous virez veggie et que vous ne mangez que des haricots, vous êtes mal. Mais si vous vous éduquez sur le choix de votre nourriture, ça a l’air de même pouvoir convenir à des femmes enceintes.

Bon, les enfants, on a un problème. Personne ne nous donne de raison valide de manger de la viande plusieurs fois par semaine. Et si ces enfoirés de vegans avaient raison ? Ca parait fou. On a toujours mangé de la viande, c’est impossible. Peut-être est-il temps d’arrêter de se moquer et d’écouter.

Le bouffeur de mousse et le viandard

Ecouter en essayant de rester neutre, c’est important car les confrontations entre vegans et carnivores se résument souvent au même show. Chacun balance des arguments et personne ne cherche à comprendre :

– Z’en avez pas marre d’être des meurtriers ?
– Z’en avez pas marre de nous faire hièch avec vos images dégueulasses de veaux morts ?
– Ouais ben si vous assumiez de manger de la viande vous les tueriez vous-même !
– J’fais c’que j’veux et je te pisse à la raie !
– La raie aussi à le droit de vivre, salop !
– Non, euh…
Etc.

Toujours, un groupe tente de se faire entendre en insistant lourdement, ce qui fait chier l’autre groupe qui se braque. Ca ne fait pas avancer le schmilblick d’un iota.

Si vous participez à cette guerre des tranchées, vous n’en tirerez rien. Au mieux vous vous débarrasserez de quelques amis. Mais si vous abordez le sujet de façon ouverte et constructive, vous allez peut-être découvrir des choses. Des choses qui vous feront mal au fion. Mais ça, je vous laisse le plaisir de le faire.

Et alors ? 

Morpheus: This is your last chance. After this, there is no turning back. You take the blue pill – the story ends, you wake up in your bed and believe whatever you want to believe. You take the red pill – you stay in Wonderland and I show you how deep the rabbit-hole goes.

Et alors, il faut bien que je l’admette : il n’est pas impossible qu’ils aient en grande partie raison. Aujourd’hui on sait que :

Alors qu’est-ce qu’on fait ? Je ne vais pas vous dire ce qu’il faut faire, ce serait prétentieux. Juste que ça mérite réflexion.

Vous trouverez plein de documentation sur le Net sur les vegans. Comme d’habitude, sachez prendre du recul et décider de soit : continuer à consommer un burger par jour, diminuer votre consommation de viande en achetant de qualité (bio, de saison), passer au véganisme. Pour le dernier, changer ses habitudes n’est pas facile et les vegans se feront un plaisir de vous aider à assurer la transition. Nous, on a choisi la 2ème en mode petits joueurs. ;)

Un papier extrait du Blog NorthGate et écrit par Spi.

Visitez mercivegan.fr !

Commenter l'article avec votre compte Facebook

Autre
Par Autre avril 17, 2015 12:59
Écrire un commentaire

7 Commentaires

  1. Victoria Epicure Sxm avril 17, 18:10

    Je ne serais jamais vegan mais papier très sympa à lire mon Flo!

  2. Igor Rembotte avril 17, 14:52

    Allo la terre…… Flo est à St Barth !

  3. Armelle Brunette avril 18, 00:28

    Cendrine! Nous on est vegan! Tu as vu cet article?

  4. Cendrine Trotter avril 18, 00:56

    non…. ben je regarde maintenant!! 🙂

  5. Cendrine Trotter avril 18, 01:03

    NOOOOOOOOOOOOON ils l’ont fait!!!!!!!!!! sans dec???????

  6. Cendrine Trotter avril 18, 01:04

    enfin un vrai article :p

  7. Benito avril 18, 05:06

    Après la quasi-totale disparation de l’espèce humaine, dans un tribunal d’animaux, animé par l’excentrique juge MagiCJacK, un homme, David Carniste, choisi pour représenter l’humanité se fait juger pour les conséquences des actes de son espèce.
    S’engage alors un long procès où l’être humain est pour la première fois jugé par une autre espèce que la sienne.
    Une production 100% VEGAN

    Source : magicjackproduction –
    http://www.dailymotion.com/video/x197com_magicjack-le-jugement_creation

Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire