Saint-Barth – Les murets de Grand Fond en danger

Autre
Par Autre août 25, 2014 09:41

Saint-Barth – Les murets de Grand Fond en danger

Cette tribune a été publiée dans le journal de Saint-Barth


Ils façonnent le paysage de la côte sauvage, silencieux témoins de notre histoire et symbole pour beaucoup du travail de nos anciens, les murets de Grand Fond font partie de l’identité et de l’authenticité de St Barth.

Touristique, typique, historique, naturelle, la route de Grand-Fond est tout à la fois. Elle est un atout charme pour Saint-Barthélemy, et nous devons le préserver avec le plus grand soin.

Certes, quelques pans de murets méritent d’être entretenus et restaurés, certains terre-pleins de front de mer pourraient être aménagés sommairement, mais l’essentiel est là et doit demeurer intact.

10450774_10152605428537766_1965630118606496676_n

1621950_10152605430482766_3127625065473195816_n

Tantôt éléments de soutènement, tantôt clôture pour contenir l’élevage ou délimiter la propriété, les mûrets en pierre marquent profondément le paysage de Saint-Barthélemy. Présents dans chaque quartier, ils sont les témoins d’un patrimoine immatériel de techniques, savoirs et savoirs-faire traditionnels et constituent un héritage historique fragile qui participe à l’identité et à la mémoire des lieux, en lien avec les ressources naturelles locales dont ils sont issus.. La plupart de ces murets ont été assemblés sans mortier, ce qui permet à l’eau de sécouler entre les pierres. En raison de la souplesse de leur structure, ils peuvent subir de légers mouvements sans être déstructurés pour autant. Certains sont constitués de pierres ajustées et taillées, d’autres de moellons empilés. Dans cet ensemble, les murets de Grand Fond auxquels nous nous intéressons aujourd’hui, se révèlent tout à fait particuliers, principalement assemblés de galets et coraux, donnant au paysage côtier de Grand Fond un paysage si remarquable. Par manque d’entretien autrefois assuré par les riverains et les utilisateurs des parcelles (éleveurs, agriculteurs), ces murets sont à terme condamnés à l’effondrement, sans possibilité véritable de les reconstituer à l ’identique en raison de la disparition du savoir-faire traditionnel. (Photographies et légende, source FaceBook “Saint-Barth Essentiel”)

Lors de précédents débats, dont le dernier débat budgétaire, la question de la rénovation de la route de Grand-Fond a été abordée, et le financement d’une étude inscrit au budget. Nous avons eu l’occasion, Benoit Chauvin et moi, lors de ce débat et de plusieurs conseils exécutifs, de rappeler que nous souhaitions préserver l’authenticité de cette portion de route, de ne pas céder à l’uniformisation en œuvre sur le reste de l’île : élargissement des voies pour permettre le croisement de deux véhicules, mise en place de trottoirs de ciment, déplacement des murets, etc… Un tel « aménagement » serait une perte incommensurable : patrimoniale, esthétique, paysagère, et touristique. Et il conduira surtout à augmenter encore davantage la vitesse de circulation sur cette voie, qui n’est pas une voie de transit mais une voie de partage entre découverte, sport et promenade.
N’a-t-on pas mieux à faire que de dépenser 4 millions d’euros dans un projet dont les objectifs n’ont pas été bien définis ?

Élue des quartiers du Vent et profondément attachée à ces murets et à ce qu’ils symbolisent, je suis particulièrement sensible à ce sujet. Comme beaucoup d’entre vous je vais m’assoir sur ces murets pour contempler la mer déchainée, je marche le long de leur parcours en respirant les embruns et c’est pour que nous puissions encore le faire que je ne pouvais qu’attirer l’attention de tout un chacun sur ce sujet.

Compte tenu de l’absence d’une commission travaux, je propose qu’on crée une commission ad hoc qui pourrait traiter de cette question.

D’autres voix s’élèvent pour dénoncer ce qui serait une réelle perte pour notre patrimoine si ces murets étaient voués à disparaitre. J’espère que nous saurons nous organiser collectivement, porter notre point de vue et proposer des alternatives respectueuses de cet endroit.

Bettina COINTRE

Contact : [email protected]

Commenter l'article avec votre compte Facebook

Autre
Par Autre août 25, 2014 09:41
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*