Russie. L’arme économique de poutine, une arme de destruction massive ?

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 7 Août 2014 18:23
Capture écran France tv

Capture écran France tv

L’arme économique de poutine, une arme de destruction massive ?  Le chef du Kremlin démontre une fois de plus que ces paroles ne sont pas à prendre à la légère.

Le couperet est tombé hier par la Russie en mettant en oeuvre la décision d’embargo des produits alimentaires en provenance des pays d’Europe et des États-Unis sans autre forme.

Un manque à gagner de 300 millions d’euros pour les exportateurs français est envisageable si la Russie maintient cette décision.

L’Interdiction totale de la plupart des produits alimentaires en provenance des pays d’Europe et des États-Unis est entrée en vigueur depuis hier et déjà, les camions se présentant à la frontière avec des produits “interdit” sont priés de quitter les lieux immédiatement en faisant demi-tour.

Cette interdiction concerne:

– Viande de bœuf (fraîche, réfrigérée ou congelée)
– Porc (frais, réfrigéré ou congelé)
– Viandes et abats comestibles de volailles (frais, réfrigérés ou congelés)
– Viande salée, séchée ou durcie
– Poissons vivants
– Poisson (frais, réfrigéré ou congelé)
– Filets de poissons et autre viande de poisson (aussi moulu, frais, réfrigérés ou congelés)
– Poissons salés, séchés ou marinés
– Poisson fumé
– Farine de poisson, de poudres et granules propre à la consommation humaine
– Crustacés (pelés et non pelés, vivants, frais, réfrigérés, congelés, séchés, salés ou en saumure)
– Crustacés fumés (pelés ou non)
– Crustacés non pelés cuits ou cuits à la vapeur (même s’ils sont réfrigérés, congelés, séchés, salés ou en saumure)
– Farines, poudres et pellets de crustacés, propres à la consommation humaine
– Mollusques (pelés ou non, vivants, frais, réfrigérés, congelés, séchés, salés ou en saumure)
– Mollusques fumés
– Farines, poudres et pellets de mollusques, propres à la consommation humaine
– Invertébrés autres crustacés et mollusques (vivants, frais, réfrigérés, congelés, séchés, salés ou en saumure)
– Lait et crème (sans sucre ajouté ou d’autres édulcorants)
– Lait et crème (avec addition de sucre ou d’autres édulcorants)
– Babeurre, lait et crème caillés, yogourt, kéfir et autres laits fermentés ou acidifiés et de la crème (concentrés ou non concentrés ou sans addition de sucre ou d’autres édulcorants ou aromatisés ou non, avec ou sans additionnés de fruits ou de cacao)
– Lactosérum (condensé ou non, avec ou sans sucre ou des édulcorants ajoutés)
– Produits laitiers composés naturels du lait (avec ou sans sucre ou des édulcorants ajoutée)
– Beurre et autres matières grasses et les huiles à base de lait, de produits laitiers à tartiner
– Fromages et caillebotte
– Pommes de terre (fraîches ou réfrigérées)
– Tomates (fraîches ou réfrigérées)
– Oignons, échalotes, ail, poireaux et autres légumes comestibles (frais ou réfrigérés)
– Choux, choux-fleurs, choux frisés, choux-raves et autres choux comestibles (frais ou réfrigérés)
– Laitues et chicorées (frais ou réfrigérés)
– Carottes, navets, betteraves, salsifis, céleris-raves, radis et autres racines et tubercules (frais ou réfrigérés) comestibles
– Cornichons et concombres (frais ou réfrigérés)
– Légumes à cosse (pelés ou non, frais ou réfrigérés)
– Autres légumes (frais ou réfrigérés)
– Légumes crus, les légumes cuits et les légumes cuits à la vapeur (congelé)
– Légumes à longue conservation (par exemple avec adjonction de soufre, de sel ou d’autres substances), non destinées à la consommation directe
– Légumes secs (entiers, coupés ou en poudre) non préparés
– Légumes à cosse secs (nettoyés ou non traités, hachés ou déroulés)
– Manioc, arrow-root ou salep, topinambours, artichauts, patates douces et racines et tubercules similaires à haute teneur en amidon ou en inuline (frais, réfrigérés, congelés ou séchés, tranchés ou non, ou granulés)
– Noix de coco, noix du Brésil et noix de cajou (frais ou secs, écossés ou pelées)
– Autres fruits (frais ou secs, écossés ou non)
– Bananes et plantains (fraîches ou séchées)
– Dattes, figues, ananas, avocats, goyaves, mangues et mangoustans (fraîches ou séchées)
– Agrumes (frais ou séchés)
– Raisins (frais ou séchés)
– Melons (y compris les pastèques) et papayes (fraîches)
– Pommes, poires et coings (fraîches)
– Abricots, cerises, pêches (y compris les nectarines), prunes et prunelles (frais)
– Autres fruits frais
– Fruits (également cuits y compris à la vapeur, congelés, avec ou sans sucre ou d’autres édulcorants)
– Autres fruits, y compris les mélanges de noix ou de fruits secs
– Chair à saucisse (tous les types)
– Les produits conditionnés, y compris le fromage et lait caillé de matières grasses végétales
– Extrait de malt (dont 90 pour cent ou plus sec)
– Farine pour la consommation humaine (pourcentages spécifiques ingrédients)
– Alimentation (lait-produits de matières grasses végétales) (pourcentages précis d’ingrédients)
– Fondue au fromage

Vers une interdiction du survol de la Russie ?

Dmitri Medvedev a également menacé jeudi d’interdire le survol du territoire russe aux compagnies aériennes effectuant des liaisons entre l’Europe et l’Asie via la Sibérie, la route la plus courte, toujours en réponse aux sanctions occidentales.

La fermeture de l’espace aérien russe pour ces liaisons provoquerait pour les compagnies aériennes un important surcoût en carburant qui se répercuterait sur les prix.

Elle provoquerait également des pertes pour la principale compagnie aérienne russe Aeroflot, qui perçoit des indemnités pour ces vols de transit estimées à près de 250-300 millions de dollars par an.

Bien sûr, il s’agit d’une mesure grave. Nous devons toutefois y réfléchir”, a indiqué le Premier ministre russe.

L’OTAN met fin à sa coopération avec la Russie :

Plus grave encore, la rupture de la coopération entre l’Alliance atlantique (L’OTAN) et la Fédération de Russie annoncée Jeudi par le Secrétaire général de L’OTAN Anders Fogh Rasmussen.

L’Alliance met fin à sa coopération avec la Fédération de Russie. Elle renforce la défense collective pour la protection de tous les membres de l’Otan, et a décidé d’augmenter le niveau de soutien et de coopération avec l’Ukraine”. “L’OTAN est prête à renforcer son assistance à l’Ukraine face à l'”agression” de la Russie, qu’elle appelle à retirer ses troupes de la frontière ukrainienne et à ne pas intervenir sous couvert de maintien de la paix” a poursuivi son secrétaire général.

La Russie continue de déstabiliser l’Ukraine” et “de soutenir les séparatistes“, a-t-il estimé, ajoutant que le crash du vol de la Malaysia Airlines le 17 juillet montrait “les conséquences de ce soutien“.

Enfin, M. Rasmussen et M. Iatseniouk ont discuté d’un éventuel soutien de l’Alliance atlantique aux capacités militaires de l’Ukraine, annonce un communiqué du gouvernement ukrainien.

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 7 Août 2014 18:23