Jules Charville, Conseiller territorial indépendant : “Les Langues Régionales mises à l’honneur au Palais Bourbon …Le député Gibbs aux abonnés absents”

Autre
Par Autre juillet 8, 2014 18:38

Jules Charville, Conseiller territorial indépendant : “Les Langues Régionales mises à l’honneur au Palais Bourbon …Le député Gibbs aux abonnés absents”

Jules Charville, Conseiller territorial indépendant

Jules Charville, Conseiller territorial indépendant

Dans un article paru le 8 juin dernier sur le site d’informations en ligne de SXM-INFO, l’auteur, LA FELCO (Fédération des Enseignants de Langue et Culture d’Oc) mettait à la disposition de tous et donc de nous aussi saint-martinois, un excellent compte-rendu d’un colloque qui s’est tenu le 3 juin dernier à l’Assemblée Nationale. (Une première selon le journal). Celui-ci avait pour thème : «L’Avenir des Langues Régionales en France» et visait à sensibiliser davantage les politiques, et surtout à valoriser les Langues Régionales qui jadis ont fait et font encore la richesse et la grandeur de la République Française incontestablement.

Nous apprenions toujours par l’auteur du rapport, que le colloque fut ouvert par Claude Bartolone en personne, l’actuel président de l’Assemblée Nationale, et clôturé par Jean-Jacques Urvoas, le président de la commission des lois. C’est vous dire l’ampleur et l’importance données à ce colloque.

Il est aussi important de noter que ce colloque beau par le fond et la forme, était à l’initiative de la députée de la 5ème circonscription des Pyrénées Atlantiques Colette Capdevielle, très attachée à la langue de sa région, en collaboration avec deux autres députés de la Bretagne, Paul Molac et J-J Urvoas celui-là même qui accompagnait notre député dans le cadre de la mission parlementaire sur l’évaluation de Saint-Martin. À eux trois seulement, ils représentent une part importante du patrimoine français des langues régionales légalement reconnues.

Selon la liste établie officiellement en 1999 par le spécialiste dans ce domaine (Bernard Cerquiglini), on répertorie 75 langues de France dont les locuteurs peuvent être plus d’un million pour les seules langues créoles. Et les purs linguistes pensent qu’il n’y pas de différence entre une langue, un dialecte, un patois. Ils définissent un patois, comme une vraie langue, mais dont l’aire géographique est limitée et qui a connu un destin historique singulier.

Cet évènement qui était placé sous le haut patronage du Parlement Européen s’articulait autour de trois grandes questions qui ont donné lieu à deux tables-rondes très intéressantes.

A Saint-Martin/Sint-Maarten, l’anglais saint-martinois qui est menacée et attaquée de toute part, a aussi depuis de nombreuses années ses défenseurs. Tous (y compris moi), espèrent et croient en la reconnaissance officielle de leur langue maternelle et régionale.

Dès lors, je comprends bien le sous-titrage dans la présentation de l’article par SXM INFO et l’inquiétante question qui est posée à savoir : « La langue Saint-Martinoise ne pourrait-elle pas intégrer la liste de ces langues ? »

Mais cette simple question en appelle plusieurs autres et je comprends l’embarras du journal qui n’apas voulu les aborder ni les poser.

Premièrement, le député de la 1ère circonscription des Îles du Nord, qui est notre unique représentant au sein du Parlement, , était-il présent (en tant que participant) dans la salle Colbert ?

Deuxièmement, a-t’ il pris part aux débats ?

Troisièmement, laquelle des deux Tables-rondes a-t’ il choisie pour bien faire connaitre l’existence de l’anglais saint-martinois comme étant notre langue régionale et minoritaire ?

Quatrièmement, pourquoi les services du député (Attachées, Assistants, Collaborateurs, …), ne nous ont pas encore livré son intervention dans le cadre de cet évènement que nous ici qualifions de très important pour faire prendre en compte nos combats notamment pour l’instauration d’un enseignement bilingue Français / anglais ?

Que cela soit bien clair, si j’évoque tout cela, je n’ai toutefois pas la prétention de faire ici un cours ou une leçon à qui-que-ce-soit; ni même d’ailleurs de faire de la polémique. Je ne voudrais pas prétendre non plus avoir le monopole du cœur pour Saint-Martin, pour sa culture, pour son patrimoine,… ni pour l’anglais saint-martinois, notre langue maternelle. Non: c’est juste à vocation culturelle comme un bon nombre de saint-martinois!

Je pense entre-autres, à Mme Rhoda Arrindell ancienne ministre de la culture de Sint-Maarten qui n’a jamais cessé de défendre l’anglais saint-martinois. Je rappelle qu’elle était intervenue dans la conférence-débat organisée au mois d’octobre 2013 par notre député sur le thème du bilinguisme et du multilinguisme.

Dernière question qui s’impose: les conférences-débats, les séminaires, les colloques, bilinguisme, multilinguisme, RUP, PTOM, …, Info, Intox ou Clientélisme?

Jules Charville

Conseiller Territorial

 

Commenter avec votre compte Facebook
Autre
Par Autre juillet 8, 2014 18:38

Les dernières infos

Suite...