Malaysia Airlines : le coup des portables des passagers qui sonnent encore

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 12 Mar 2014 00:28

Malaysia Airlines : le coup des portables des passagers qui sonnent encore

The Washington Post, CNN et bien d’autres relatent en effet que les lignes de plusieurs passagers présents à bord du Boeing continueraient de sonner, selon des proches qui ont tenté de les joindre.

Dix-neuf familles ont ainsi signé un communiqué commun attestant que plusieurs numéros de téléphone étaient toujours actifs d’après le site China.org.

gsm-architechtureIl en va de toutes les hypothèses : “Les téléphones n’ont pas été détruits”, “connectés en classe affaires”, “Passagers connectés sur les réseaux sociaux” pour finir par “Peut on retrouver le Boeing avec les téléphones portables ?”…

Bon, on va d’abord faire un petit point sur le fonctionnement d’un mobile:

Un téléphone portable, qu’il soit en GSM, 2G ou 3G, lorsqu’il est en fonctionnement, et a porté d’une antenne-relais, se trouve automatiquement enregistré dans une base de données permettant de vérifier son réseau “mère”, la validité de l’abonnement et les droits associés (Pays ou zones acceptées, Data 2G ou 3G, services SMS etc..) et surtout la position de celui-ci. Cette base de données appelée HLR* (HLR = Home Location Register) est la cause du téléphone “qui sonne” qui fait tant jaser sur la toile en ce moment.

Pourquoi ?
Quand un téléphone préalablement enregistré en un point donné, donc identifié par le HLR sort de la zone de couverture sans que le “Roaming” lui permette de “Sauter” sur une autre “cellule” ou “relais” reste souvent actif dans la dite base. De ce fait, lorsqu’un appel est émis vers le PQMCDU (ou numéro) du téléphone, le “RTPC” (Réseau Téléphonique Public Commuté”) de la zone d’où est émis l’appel va “router” celui-ci vers le dernier “Relais” où le téléphone a été enregistré. Les mises à jour entre les systèmes mobiles, au niveau mondial, se fait à chaque appel entrant ou sortant (les fameux HLR) très rapidement. On appelle cela “l’interconnexion” opérateurs.
Cependant, en fonction des distances et des différentes “cellules” de mobiles que l’appel a franchi, le cheminement est plus ou moins long. La sonnerie peut être assimilée à un outil en plus d’être un avertisseur lorsqu’un appel est “entrant”.

Le cheminement pouvant être plus ou moins long, durant la phase de recherche et d’interconnexion des différents systèmes (Téléphone fixe vers mobile, Lignes analogiques vers numériques, passerelles VOIP, Roaming international etc ), le téléphone de votre correspondant semble parfois “sonner”. Il se passe plusieurs choses a ce moment la:

1) Durant la ou les premières sonneries, le réseau va chercher le correspondant, le trouver si celui-ci est “accroché” à une “cellule” puis acheminer l’appel vers le terminal de votre correspondant. Parfait.. La communication est établie.
2) Dans le cas ou le mobile de votre correspondant est éteint ou hors d’une zone de couverture, votre appel va être “routé” comme décrit en phase 1 mais aboutir au dernier HLR avant de passer sur la messagerie.
Si le “chemin” parcouru est important en distance mais surtout semé d’embuches comme indiqué plus haut dans le texte (Téléphone fixe vers mobile, Lignes analogiques vers numériques, passerelles VOIP, Roaming international etc ), plusieurs sonneries peuvent vous faire penser que votre correspondant est effectivement joignable et que son téléphone est opérationnel.

Dernière précision: La messagerie ne sera disponible qu’a la seule condition que le dernier HLR a bien reconnu un mobile “valide” lorsque celui-ci était dans la zone. Le système renverra alors l’appel (“rebond”) vers la plaque technique de l’opérateur de votre correspondant et vous permettra de laisser un éventuel message.

Le plus souvent, le HLR présent dans la zone de couverture du mobile actif détecte un certain nombre d’actions:
1) L’arrêt du téléphone mobile (Batterie vide, arrêt volontaire ou accidentel)
2)La sortie de zone sans “Roaming” (Plus d’antenne relais disponible par exemple dans un déplacement important du mobile)
3)Le “Roaming” sur une autre antenne relais qui peut être d’un autre opérateur “connu”
4)Le “Romaing” inactif sur une autre antenne relais (Autre opérateur mais qui n’a pas d’accord commercial et/ou technique avec l’opérateur “mère” par exemple)
Bien souvent, les délais d’acheminement et d’échanges d’informations entre HLR sont très court et automatiques, sans sonnerie, le téléphone non accessible a pour action de basculer l’appel entrant instantanément vers la messagerie. (Je résume)

Loin de moi de faire le scientifique et ceci est une explication simpliste mais vous permettra peut être de mieux comprendre ce phénomène de “téléphones qui sonnent encore”. Il faut l’avouer, cela rend de fait, probablement un peu moins d’espoir aux familles sur la finalité de la disparition du vol MH370.

Des liens Wikipedia sont accessibles depuis les mots en gras dans le texte pour une meilleure compréhension du lecteur.

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 12 Mar 2014 00:28