Neknomination. Le jeu 2.0 inquiète et fait réagir

Sxminfo Antilles
Par Sxminfo Antilles février 20, 2014 09:55

Neknomination. Le jeu 2.0 inquiète et fait réagir

Ceux qui fréquentent les réseaux sociaux n’ont pu échapper à ce qui semble être LE jeu tendance du moment qui fait de plus en plus d’émules parmi les jeunes la neknomination.

Il s’agit de se filmer buvant de l’alcool, partager la vidéo sur internet et désigner des amis qui auront 24h pour faire de même. 

Devant l’ampleur ascendante du phénomène qui, au-delà des risques connus de la surconsommation d’alcool en particulier chez les jeunes, aurait déjà fait 5 morts, les réactions commencent à poindre tels que celles de la Police nationale ou de la Fédération française des spiritueux qui, dans des genres différents, appellent à la raison.


200214-PoliceNationaleCe phénomène prend actuellement de l’ampleur en France, et beaucoup d’entre vous pourront nous dire que ce n’est pas de boire un verre d’alcool devant une caméra qui les tuera !

Sauf que cette tendance présente un danger bien plus insidieux qui s’inscrit sur le long terme. Les défis relevés par les jeunes « nominés » deviennent bien souvent de plus en plus recherchés, mais parfois dangereux pour leur santé. Et c’est bien là tout le problème de cette petite mode, dont les dérives peuvent être nombreuses, entraînant au passage des comas éthyliques, voire la mort.

Alors, suivez donc quelques conseils simples :

– Face aux défis de vos amis, montrez que vous êtes bien plus intelligents que ça et ne vous laissez pas influencer par une stupide épidémie.

– Pensez à votre avenir également ! Vous n’avez certes aujourd’hui que 18 ou 20 ans, mais ces vidéos, postées en public sur internet, resteront des années, voire durant toute votre vie sur le web.

Que penseraient alors dans dix ans vos futurs employeurs face à de tels contenus ?

– Ne négligez pas les dangers de l’alcool sur votre santé.

– Conservez vos talents créatifs pour de bonnes causes !


200214-FFSFace à une recrudescence des phénomènes d’incitation à une consommation excessive et dangereuse d’alcool sur les réseaux sociaux, la filière des spiritueux rappelle ses engagements pour une consommation maîtrisée.

Sylvie Hénon-Badoinot, Présidente de la Fédération Française des Spiritueux* (FFS) déplore l’incitation au développement des comportements à risque et rappelle que « la consommation de boissons alcoolisées n’a de sens que dans le cadre d’un usage approprié et modéré ».

Consciente de l’impact de l’usage nocif de l’alcool sur la santé publique et convaincue de son rôle primordial sur cette question essentielle, la filière des spiritueux est engagée depuis longtemps dans des actions de prévention à l’égard des consommateurs, et notamment sur les seuils de consommation à moindre risque définis par l’OMS (www.2340.fr).

La Fédération s’inscrit ainsi dans une réelle volonté de prévention et d’éducation, dans un soutien sans réserve à la modération. Dans ce cadre, il est important de souligner qu’aucune marque d’alcool ne saurait être impliquée dans ces phénomènes d’incitation par les internautes à une consommation excessive et dangereuse d’alcool.


Parmi ces réactions, nous retiendrons surtout celle du Bordelais Julien Voinson qui, une fois défié, a préféré détourné l’objet du jeu tout en gardant les principes. Et c’est ainsi qu’est née la Smartnomination qui invite aussi à défier ses amis sur Facebook autour de la générosité. Plutôt que de se filmer en train de boire, la Smartnomination consiste à se filmer en train d’accomplir une bonne action puis à proposer à 3 de ses amis d’en faire de même dans les 24 heures.

200214-SmartNomination

Ce contrepied de la neknomination existe dans d’autres pays également puisqu’aux  Etats-Unis, au Canada ou en Afrique du Sud, la “Proud Neknomination” incite à venir en aide à des sans abri. 

Commenter avec votre compte Facebook

Sxminfo Antilles
Par Sxminfo Antilles février 20, 2014 09:55
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*