Alain Richardson sort de sa réserve et il le fait sans concession

Igor Rembotte
Par Igor Rembotte 30 Jan 2014 23:36

300114-RRRIl existe dans la vie d’un média qui s’engage régulièrement des moments particuliers. Aujourd’hui en est un et ce moment vient appuyer cette reconnaissance large que vous nous accordez et qui se traduit par de belles statistiques de fréquentation. En effet, SXMinfo vous livre ci-après la positon reçue ce jour d’Alain Richardson, Ancien Président de la Collectivité, sur l’année 2013, les réalisations, les écueils et ses manquements.

C’est un témoignage important pour SXMinfo a qui certains prêtent beaucoup de volontés particulières ou partisanes. Si le fait de ne pas se contenter de l’objectivité d’une conférence de presse ou d’une photo de circonstance et de vouloir mettre en perspectives tenants et aboutissants peut nous faire passer dans certaines strates pour des empêcheurs de tourner en rond, il n’en est pas moins nécessaire de s’adonner à ces exercices pour que vous, lecteurs, puissiez avoir la meilleur appréhension possible de cet environnement trop souvent opaque qui est le notre.

Naturellement, nous ne pouvons que nous féliciter de cette première ou en tous cas du relais auquel nous sommes aujourd’hui convié.

Enfin, et alors même certains s’emploient à nous démontrer que nos théories sénatoriales sont fumeuses mais sous couvert de conversations très “off”, publier les mots de celui qui a mené le RRR à la victoire nous conforte largement dans le fait que le Président du Parti RRR n’en a pas terminé avec l’exercice du pouvoir et que 2017 pourrait bien lui sembler par trop lointain.

Même en exploitant fidèlement le contenu de cette longue intervention, de ce message à la population, on est bien obligé de constater que la position de l’ancien président semble ne pas porter aux nues le fruits des réalisations atteintes ou caressées par la gouvernance qui lui a succédé et que le contenu même du message semble quelque peu… électoral. Alors…… SXMinfo, talents divinatoires ou réalités voilées ?


POUR ST-MARTIN, 2014 DOIT ABSOLUMENT ETRE L’ANNEE DES COMBATS

Alain Richardson, ancien Président de la Collectivité et Président du RRR

Alain Richardson, ancien Président de la Collectivité et Président du RRR

2013 s’en est allé. 2013 une année difficile et révélatrice.

Est-ce-que je la regrette ?  Avec un sourire en coin, j’affirme que non. En 2013 j’ai payé au prix fort ma conformité à l’identité, aux spécificités et à la réalité de notre territoire. Pour avoir respecté les règles de totale transparence, d’exhaustivité,  de sincérité et de régularité ainsi que de conformité à la réalité monétaire « officielle »  de Saint-Martin (territoire français avec circulation légale de 2 devises : l’euro et le dollar), le Conseil d’Etat en 2013, a mis fin à mes mandats et prononcé à mon encontre 18 mois d’inéligibilité, (quelle sévérité !!! Non ? Mais après tout, ne dit-on pas que l’on ne prête qu’aux riches ?).

Cette décision a coupé net à la tête du territoire un élan, une combativité et un engagement contre toute épreuve, une méthode, un savoir-faire et une volonté de défendre contre vents et marrées les intérêts propres de SAINT-MARTIN.

A titre d’exemples d’efficacité en  un temps record sous ma présidence, je rappelle :

– Que la situation dont j’ai héritée de quasi « cessation des paiements de la collectivité » (plus de 45 M € de dettes exigibles et un déficit de plus de 24 M €)  a été durablement réglée en moins de 9 mois, malgré les lourdeurs administratives et le peu d’intérêt souvent porté à notre territoire par les ministères à Paris,

– Que de très importantes  ressources nouvelles et pérennes (plus de 17 M €) ont pu être générées sans pénaliser encore plus la compétitivité de notre territoire : Recettes fiscales internes obtenues grâce aux efforts supportables demandés aux contribuables et la population toute entière,  mais aussi et surtout externes (près de 65% de l’effort)  obtenues grâce à une décision fiscale intelligente et perspicace (le quasi quadruplement de la taxe sur le fuel lourd) ; décision qui permet de générer pour la Collectivité des recettes conséquentes (plus de 10,5 M €) ceci sans impact véritable sur le contribuable ou sur le consommateur de Saint-Martin (Le Conseil d’Etat dans sa décision du 26 décembre dernier, faisant suite à l’action intentée par un des redevables (EDF) est venu valider la délibération que j’ai présentée fin 2012 au Conseil Territorial).   

– Que la crédibilité et l’autorité de la Collectivité et de ses institutions étaient rétablies,

– Que le regard des institutions financières publiques et privées ainsi des investisseurs et autres porteurs de projets sur notre territoire et sur son potentiel économique a évolué très favorablement, (financement obtenu de l’AFD pour la COM, Projets hôteliers privés initiés et ou en cours de considération : à La Belle Créole, à la Baie Nettlé, à Happy Bay, etc.. ; autre projet à impact significatif : Mc Donald, cercle de jeux,  etc..    

– etc..

Conscient des enjeux, des menaces et des urgences mais aussi de l’indifférence et du mépris (certains en hauts lieux préfèrent parler  « d’oublis » et ou de « négligences ») témoignés depuis de trop nombreuses années par l’Etat à l’égard des difficultés mais aussi des atouts et potentiels de notre territoire,  j’avais lors de la présentation de mes vœux pour 2013 déclaré l’année 2013 comme celle des batailles pour SAINT-MARTIN, en particulier les batailles contre l’Etat, car le contentieux là est lourd et ne cesse de s’amplifié. Oui, Il était alors question pour moi, que notre territoire adopte le seul langage que comprend le France, la seule méthode qui garantit une vraie écoute et des résultats tangibles, celui de la mobilisation de toutes les forces et de tous les acteurs économiques, sociaux, etc … Certains esprits que je ne sais comment qualifiés prétendent voir dans la sévérité de la décision du Conseil d’Etat à mon encontre un lien de causes à effets. Quoi qu’il en soit le Conseil d’Etat est passé par là, et ma succession à la tête du territoire n’a pas assumée une continuité dans cette approche.  

Toutefois les décisions récentes prises à l’égard de SAINT-MARTIN par la France par le biais du parlement, du gouvernement, de ministres et même du Conseil d’Etat ne laissent rien présager de bon et ou de positif pour cette année 2014 :

1 – La double peine pour ST-MARTIN : Exclusion du bénéfice des mesures de baisse du coût de la main d’œuvre prévues par le Crédit d’impôt pour la compétitivité et pour l’emploi (CICE) mais application de la baisse de l’exonération de charges patronales pour les entreprises des DOM. Lors du vote par le parlement du crédit d’impôt pour la compétitivité et pour l’emploi (fin 2012) j’avais réuni nos deux parlementaires (député Gibbs et Sénateur Fléming) afin de leur faire part de ma déception et mon agacement  devant leur passivité à l’occasion du passage de ce texte devant leur assemblée, j’avais en outre interpellé à plusieurs reprises Le Ministre Lurel et ses services sur cette injustice et cette inégalité de traitement supplémentaire envers ST-MARTIN (aucune mesure rectificative n’a été prise à ce jour). Pire encore,  la Loi de Finances pour 2014 (votée fin 2013) a prévu pour compléter le financement du CICE au profit des entreprises dans les DOM où ce dispositif est applicable, le redéploiement des fonds du Ministère des outremers destinés au financement des dispositifs d’exonération et de baisse des charges patronales pour les entreprises DOM (dispositifs qui existent depuis de nombreuses années et dont bénéficient la quasi-totalité des entreprises de ST-MARTIN).  Conséquences pour ST-MARTIN : Pas de CICE et baisse des exonérations et réductions de charges afin de financer ce même CICE. Où étaient et que faisaient nos parlementaires pendant ce temps-là ? Nous subissons donc la double peine.

2 – L’enterrement du projet d’ouverture sur ST-MARTIN d’un centre du Régiment du Service Militaire Adapté (RSMA). Projet O combien important et crucial pour notre territoire et pour sa jeunesse. Projet pour lequel je me suis tant battu, et ce avant même que je ne devienne Président. Le Ministre Lurel a pris la décision en décembre dernier d’annuler cette implantation (alors même que ses prédécesseurs au nom de l’Etat avaient pris l’engagement ferme avec notamment une participation au financement (de près de 50%) pour l’acquisition du terrain en 2012. Il n’est un secret pour personne que notre territoire souffre depuis des décennies d’un manque de structures de formation encadrées, que les taux d’échecs scolaire,  de déscolarisation mais aussi le nombre de personnes sans diplôme et ou de formation professionnelle ici sont les plus élevés de France. Il n’est un secret pour personnes qu’ici plus de 40% de la population à moins de 20 ans (avec de l’ordre de 11 000 élèves scolarisés annuellement dans nos écoles publiques et privées), que les taux de natalité et de croissance de la population sont avec ceux de la Guyane et de Mayotte les plus élevés de France. Il n’est un secret pour personne non plus que contrairement à la Guadeloupe la priorité des priorités ici est celle de l’emploi et de l’employabilité de notre jeunesse. Pour mémoire en Guadeloupe désormais la priorité est celle de la gestion des seniors (personnes âgées) car ce territoire devient celui avec le plus fort taux de personnes âgées de France (le plus vieux département de France). Comment  comprendre alors que le Ministre Lurel (notre ancien député et ancien président de la Région dont faisait partie ST-MARTIN il y a encore moins de 7ans) puisse enterrer ce projet majeur et indispensable pour ST-MARTIN et  décider de renforcer les moyens du centre de Guadeloupe afin d’accueillir plus de St-Martinois ?  Comprenons clairement, que l’ouverture d’un centre du RSMA ici à ST-MARTIN emporterait nécessairement un redéploiement des moyens et des capacités de Guadeloupe (territoire vieillissant et disposant d’une multitude d’institutions de formation et d’insertion tant publiques que privées). Faut-il voir dans cette décision un conflit d’intérêt, ou des intérêts autres ? Car ST-MARTIN a été sacrifiée une fois de plus au profit de la Guadeloupe,  (les ambitions politiques du Ministre en Guadeloupe sont connues de tous)?

3 – La création à ST-MARTIN d’un Tribunal de Première Instance (TPI) remise toujours aux calendes grecques : Cela fait des années que les professionnels de la justice attendent la création de ce TPI, et pourtant, malgré les actions des magistrats et des avocats, malgré aussi  mes interventions à l’époque on ne voit rien venir à l’horizon. Il n’est un secret pour personne que l’immense majorité des affaires traitées par le Tribunal de BASSE-TERRE (dont dépend ST-MARTIN) concerne des justiciables de notre territoire.  Il n’est un secret pour personne non plus que la dotation de notre territoire d’un TPI, pourrait avoir pour conséquence dans le contexte actuel d’une raréfaction des moyens financiers de l’Etat, la remise en cause et même l’existence du Tribunal de BASSE-TERRE et ou son rattachement pur et simple à POINTE-A-PITRE. Souffrons-nous ici encore de conflit d’intérêts et encore comme pour le RSMA d’une décision au profit de la Guadeloupe alors que les vrais besoins sont ici ?  Je pense sous silence la question de la prison.

4 – Un niveau annoncé de dotations en fonds européens (Feder, FSE, etc..)  pour la période 2014-2020, sans commune mesure avec les vrais besoins et même le poids que représente notre territoire. Il n’est un secret pour personne que les besoins en équipements structurants et le retard structurel de notre territoire au regard des autres territoires français mais aussi des autres Régions Ultrapériphériques, sont criants.  Au-delà de ces retards, le marqueur pertinent pour apprécier le niveau des prétentions légitimes de notre territoire est le pourcentage qu’a représenté et que continue de représenter ST-MARTIN au regard de la Guadeloupe. Même pour les représentants de l’Etat, 10% est le niveau minimum que doit représenter la part de toute action et de tous moyens d’Etat et de l’Europe devant revenir à ST-MARTIN. Pourtant selon les chiffres annoncés nous seront encore une fois  loin du compte (ce marqueur de 10% devrait représenter au bas mot plus 85 M €). Avec l’état des finances de la France, nous ne pouvons même pas espérer que des arbitrages seront faits en faveur de ST-MARTIN notamment au titre du plan de rattrapage promis, pour la part Etat dans le futur Programme Opérationnel. Donc ici encore, comme pour le RSMA, la prison, le tribunal, dans le rapport de force et avec notre manque « d’actions à la française » (les manifestations et protestations),  ST-MARTIN ne fait pas le poids et nous sommes traités comme quantité négligeable.

5 –  Après plus de 2 ans de la saisine sur le contentieux relatif à la compensation des charges, Le Conseil d’Etat prononce son incompétence et renvoie le dossier devant le Tribunal administratif.  Comment comprendre qu’il ait fallu à cette instance aussi longtemps pour se rendre compte qu’elle n’était pas compétente dans un dossier aussi urgent, avec des conséquences financières aussi cruciales pour l’avenir de notre territoire alors, que dans l’affaire Dieudonné, en moins de 2h30, elle a pu être saisie, se réunir  et rendre une décision. Pourquoi, ce dossier a tant trainer et qui avait intérêt à ce qu’il soit mis sous le coude ? Certainement pas ST-MARTIN car ce sont des millions d’euros qui sont enjeux à son profit. Y-a-t’ il ici encore deux poids deux mesures ? En tout état de cause,  nous voici repartis pour encore de longues années devant le Tribunal Administratif de Paris.

6 –  Une visite ministérielle tant attendue, avortée, car Le Ministre Walls a choisi Léonarda (la jeune collégienne expulsée de France) devant le territoire français avec, nous rappelle-t-on régulièrement,  le taux de délinquance, de criminalité et d’immigration clandestine le plus élevé de la République.   Je ne reviens pas sur cet épisode, mais ici encore on a la manifestation flagrante d’une attitude et d’un modèle de traitement des dossiers et problèmes de ST-MARTIN par la France et ses autorités.

Il est manifeste donc  que pour être traité comme tout bon français et bénéficier de tous les droits légitimes,  le St-Martinois doit subir un déracinement et ou une expatriation (RSMA : droit  à une formation encadrée avec plus de 90% de chance d’être embauché, Tribunal : droit à la justice  rapprochée, prison : servir sa peine et préparer sa réinsertion, l’accès à certains services publics d’Etat, etc.  Conclusion : Le territoire de St-Martin n’est certainement pas aussi français qu’ailleurs.    

Voilà une liste non exhaustive de faits de ces derniers mois concernant notre territoire dans ses relations avec la République à laquelle il appartient. Tous ces évènements, toutes ces décisions et ces attitudes maintes et maintes  fois reproduites, indiquent clairement que 2014 ne peut et ne doit pas être une année de « business as usual ». J’affirme donc, que pour ST-MARTIN, 2014 doit être l’année de la rupture, L’ANNÉE  DES COMBATS.

Pour tous les habitants, tout le monde socio-économique, tout le monde politique, tout le monde associatif, toute la jeunesse de ce territoire,  pour nous tous,  voilà pour 2014 le mot d’ordre et l’appel.  Au niveau des élus, ce sont les élus de base de la majorité qui doivent désormais incarner cette combativité, et être les vrais agents du changement fidèle aux engagements pris devant les électeurs (vous pouvez et devez faire bouger les choses). Vous pouvez compter sur mon indéfectible engagement et combativité pour que réussisse ST-MARTIN.   

Faisons ensemble de 2014 une année d’actions pour ST-MARTIN et parlons désormais le seul langage que comprend la France, soyons donc de bons français.  A vous toutes et tous je vous souhaite Santé, Résilience, Combativité, Confiance, Solidarité et une Foi inébranlable.

                                                                                                                                                Alain RICHARDSON.

                                                                                                                                                Ancien Président de la Collectivité.

Igor Rembotte
Par Igor Rembotte 30 Jan 2014 23:36

Les dernières infos

Suite...
Abonnement WPServeur
Euro0.9353
22 Juin · CurrencyRate · USD
CurrencyRate.Today
Check: 22 Jun 2024 02:05 UTC
Latest change: 22 Jun 2024 02:00 UTC
API: CurrencyRate
Disclaimers. This plugin or website cannot guarantee the accuracy of the exchange rates displayed. You should confirm current rates before making any transactions that could be affected by changes in the exchange rates.
You can install this WP plugin on your website from the WordPress official website: Exchange Rates🚀