Antilles. Chikungunya : Point de situation

Autre
Par Autre janvier 6, 2014 09:37

Antilles. Chikungunya : Point de situation

Le 6 décembre 2013, deux cas autochtones de chikungunya ont été confirmés dans l’île de Saint Martin et le début d’épidémie a été déclaré le jour même.

Depuis le début de l’épidémie  :

  • 271 cas suspects  et 118 cas probables ou confirmés à Saint Martin.
  • 7 cas confirmés et 2 probables sont reportés à Saint Barthélemy.
  • 13 cas confirmés et 5 cas probables sont reportés en Martinique.
  • 3 cas confirmés sont reportés en Guadeloupe dont un importé.
  • 1 cas confirmé importé est reporté en Guyane. 

Situation épidémiologique actuelle à Saint Martin

La tendance générale depuis le début de cette surveillance est à la hausse, même si, en semaine 2013-51, une légère baisse a été observée. Cependant, les données des 2 dernières semaines doivent être consolidées la semaine prochaine car tous les médecins généralistes n’ont pu être joints pendant ces semaines de fête de fin d’année.

Au total, on estime que 271 cas suspects de chikungunya ont été vus en consultation médicale à Saint Martin depuis le début de l’épidémie. D’ores et déjà, 98 cas confirmés et 20 cas probables ont été rapportés par la surveillance depuis le début de l’épidémie. 

En terme de distribution géographique, les trois foyers déjà identifiés à Oyster Pond, à Sandy Ground et à quartier d’Orléans sont confirmés. D’autre part, de nouveaux foyers semblent émerger à Marigot et autour de Marigot d’une part, mais aussi dans le nord de l’île à Grand Case et Cul de sac. 

060114-Carte

Cinq cas confirmés et un cas probable ont été hospitalisés à Saint Martin depuis le début de l’épidémie. Il s’agissait de six adultes. Par ailleurs, un cas confirmé (un enfant) a été transféré au CHU de Pointe à Pitre.

Aucun décès lié au chikungunya n’a été enregistré à ce jour. 

Situation épidémiologique actuelle à Saint Barthélemy

A Saint Barthélemy, la surveillance renforcée mise en place depuis l’alerte à Saint Martin a, dans un premier temps, détecté 11 cas suspects cliniquement évocateurs lors de l’avant dernière semaine de décembre. Au cours de la dernière semaine de décembre, la confirmation biologique de certains cas a montré l’existence d’une circulation du virus à Saint Barthélemy.

Au cours de la dernière semaine de décembre, 16 cas suspects ont été signalés par les médecins généralistes.

Même si les données sont encore incomplètes pour les dernières semaines compte tenu des délais de transmission des prélèvements, en particulier aucun résultat n’a été reçu pour la semaine 52, 7 cas ont d’ores et déjà été confirmés et 2 cas probables ont été rapportés par la surveillance depuis le début de l’épidémie. 

Situation épidémiologique actuelle en Martinique

En Martinique, 13 infections par le virus chikungunya ont été confirmées, et 5 cas ont été classés comme probables. La moitié de ces cas résident dans un même quartier de Fort de France. Les personnes concernées n’ont pas voyagé dans une zone à risques les deux semaines précédant l’apparition des signes cliniques. Ces données confirment l’existence d’une chaîne de transmission du virus en Martinique.

Le dispositif de surveillance épidémiologique a permis de détecter 43 cas suspects cliniquement évocateurs pour lesquels les résultats des examens biologiques sont attendus.

Situation épidémiologique actuelle en Guadeloupe

En Guadeloupe, la surveillance renforcée mise en place depuis l’alerte a permis de détecter des cas suspects autour desquels des mesures de prévention ont été mises en place. Un cas autochtone a été confirmé biologiquement le 24 décembre 2013. Depuis 2 autres cas ont été confirmés dont un importé de Saint Martin. Le dispositif de surveillance épidémiologique a permis de détecter 26 cas suspects cliniquement évocateurs pour lesquels les résultats des examens biologiques sont attendus.

Situation épidémiologique actuelle en Guyane

En Guyane, ce même dispositif de surveillance renforcée a permis d’identifier un cas biologiquement confirmé, importé de Martinique. 

Pour ce département, la situation correspond toujours à la phase 1 renforcée du Programme de Surveillance d’Alerte et de Gestion (Psage) d’émergence du virus chikungunya. 

060114-Rappels

Commenter avec votre compte Facebook
Autre
Par Autre janvier 6, 2014 09:37