Caraïbes. L’épidémie de chikungunya arrive en Guyane

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 25 Déc 2013 23:44

Caraïbes. L’épidémie de chikungunya arrive en Guyane

La région Caraïbe est touchée par le virus du chikungunya, transmis par le moustique tigre. Un premier cas en Guyane, en pleine période pluvieuse, inquiète les autorités sanitaires.

Malgré une surveillance renforcée de la part des autorités, la Guyane n’a pas réussi à échapper à l’épidémie de chikungunya qui touche la région Caraïbe. Un premier cas a été identifié par l‘Agence régionale de santé du département (ARS). Ce virus se transmet d’homme à homme par les piqûres du moustique tigre (aedes aegypti), en particuliers lors des saisons chaudes dans les pays aux régions au climat humide. Parmi les symptômes, une forte fièvre, des douleurs dans toutes les articulations et de forts maux de tête.

Selon l’ARS, l’épidémie de chikungunya a été déclarée sur l’île de Saint Martin, et après la Martinique, un premier cas en Guadeloupe a été confirmé en Guadeloupe le 24 décembre par le centre national de référence de Marseille.

“Dès l’apparition d’une fièvre élevée et de douleurs articulaires intenses, il est impératif de consulter son médecin traitant. Il faut également prendre des  mesures appropriées pour éviter de se faire piquer par des moustiques qui pourraient ensuite transmettre la maladie en piquant les personnes de son entourage”, met en garde l’Agence de Guyane, alors que le département est en pleine période pluvieuse.


Se protéger pendant au moins deux semaines:

Les déplacements de personnes entre les Antilles et la Guyane en raison des fêtes de fin d’année inquiètent également les autorités. Selon les experts, le moustique tigre peut véhiculer le chikungunya durant environ trois semaines après avoir piqué une personne qui a le virus. Pour limiter toute introduction de la maladie en Guyane, l’ARS conseille aux personnes voyageant à Saint Martin, en Guadeloupe et en Martinique de se protéger des piqûres de moustiques, pendant leur séjour et pendant au moins deux semaines après leur retour.

Les consignes de prévention et les mesures de protection – les mêmes que pour la dengue – sont essentielles pour limiter la propagation du virus.


Luttez contre les moustiques :
détruire les larves ainsi que les gites potentiels de reproduction des moustiques autour et dans l’habitat.
– en faisant contrôler vos citernes et vos gouttières,
– en éliminant les détritus,
– en supprimant les soucoupes sous les pots de fleurs,
– en vidant au moins une fois par semaine tous les récipients contenant de l’eau stagnante.


Protégez-vous des piqures de moustiques :

– en portant des vêtements longs et amples,
– en utilisant des répulsifs cutanés (respecter les précautions d’emploi),
– en l’utilisant des moustiquaires même pendant la sieste pour l’adulte et pour l’enfant (y compris le nouveau-né et le nourrisson).
Protégez-vous à l’intérieur de l’habitat (grillages-moustiquaires, diffuseurs électriques…)
Consultez votre médecin en cas de fièvre et ne prenez pas d’aspirine !

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 25 Déc 2013 23:44