Philippines. L’horreur sous le typhon Haiyan

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE novembre 9, 2013 10:01

Philippines. L’horreur sous le typhon Haiyan

“Au moins 1000 morts” selon une estimation de la Croix-Rouge après le passage du typhon Haiyan à Tacloban et autour de 200 morts dans la province de Samar. “Les vérifications sont en cours” a indiqué Gwendolyn Pang, secrétaire générale de la Croix-Rouge Philippines.
Pourtant, le dernier bilan fourni par les autorités philippines faisait état samedi de “seulement” 100 morts et d’environ 150 blessés à Tacloban. Le gouvernement avait dépêché samedi matin 15 000 soldats vers les zones les plus touchées par Haiyan, qui a balayé vendredi le centre-est de l’archipel. Des avions C 130 chargés de matériel de secours ainsi que des hélicoptères et des unités d’infanterie ont été envoyé en appui sur les zones dévastées.

Les dernières informations provenant de Tacloban faisant craindre le pire pour d’autres communautés de la région, le gouvernement a exprimé son inquiétude face à cette catastrophe sans précédent après avoir évacué plus de 800.000 personnes dans des abris.

Le Vietnam sur la route du super typhon:
Les autorités ont commencé l’évacuation de quelque 100.000 personnes se trouvant sur la trajectoire de Haiyan, attendu dimanche au Vietnam.

Jeff Masters, météorologue américains chez Weather Underground, une entreprise privée de météorologie, a indiqué cette semaine que Haiyan était le plus puissant cyclone à toucher terre de l’histoire.
Données confirmées par les autorités américaines qui ont publié des chiffres qui défient l’entendement. Des vents soutenus de Haiyan mesuré à 315 kilomètres/heure et ses rafales à 380 kilomètres/heure, ce qui en fait très probablement la tempête la plus puissante jamais mesurée sur Terre, devant l’ouragan Camille et ses vents de 305 kilomètres/heure en 1969.

Commenter avec votre compte Facebook

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE novembre 9, 2013 10:01
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*