Education : l’évolution des méthodes est-elle responsable du déni de civisme des plus jeunes ?

Igor Rembotte
Par Igor Rembotte septembre 12, 2013 11:20

Education : l’évolution des méthodes est-elle responsable du déni de civisme des plus jeunes ?

120913-EnfantRoiA moins de reconnaître des vertus à la politique de l’autruche, il est indéniable que la recrudescence de la violence dans nos sociétés touche en particulier les jeunes et force est de constater qu’il s’agit de ces générations que les bien-pensants ont préconisé d’élever dans des valeurs réformées prônant davantage de compréhension et de dialogue. Quel paradoxe !

Alors … à avoir centré nos mondes sur nos enfants, à vouloir répondre à tous leurs besoins, anticiper leurs envies voire même à assouvir leur caprice pour combler les manquements que nous imposent la société d’aujourd’hui et le manque de temps disponible, en avons-nous fait des adultes qui répondent à la frustration par la violence, d’autant plus que l’autorité ne leur a pas été inculquée dans ce qu’elle représente de risques de sanction dans le dépassement des limites  ?

Même si nous sommes bien conscient qu’il serait limitatif de chercher une cause unique et de vouloir encore une fois porter la responsabilité des erreurs commises par nos enfants, qui somme toute sont maintenant suffisamment autonomes pour s’armer et sévir, il nous apparaît tout de même que la modernité y compris dans l’éducation joue un rôle dans la recrudescence des incivilités et de la délinquance.

En effet, les mutations du cadre familial, qui annihilent le schéma vertical porté traditionnellement par le père, chef de famille ; conjuguées au développement des théories préventives et à la prédominance de la psychologie et de l’émotionnel ont nécessairement contribué au déplacement des limites de l’acceptable et des requis. Attention, il ne s’agit pas de prôner un pouvoir supérieur absolu et tyrannique qui dicterait arbitrairement des règles et décrèterait les sanctions de la même façon. L’autorité dont il est question ici, et qui fait défaut aux nouveaux modes d’éducation, est celle qui tient son essence de son étymologie : “ce qui fait croître” ; il s’agit donc d’accompagner et d’encadrer le processus d’initiation des petits d’homme.

[sws_pullquote_right] Des enfants rois, accrochés au matériel, mais finalement livrés à eux-mêmes socialement et en terme de transmission de valeurs par manque de temps… [/sws_pullquote_right] Entre flou des rôles de chacun, parents, enfants, beaux parents, etc…, qui engendre une perte des repères; et prise en considération exacerbée des désirs de l’enfant, même sur des sujets anodins (“ou veux tu aller?, que souhaites-tu manger ?”), les enfants “modernes” tendent à occuper une place centrale dans la vie familiale qui ne les prépare pas à la gestion des frustrations auxquelles ils ne pourront pourtant pas échapper dans leur vie d’adulte.

Il faut dire que l’enfant est (généralement) maintenant désiré, le fruit d’un choix réfléchi. Lorsqu’il arrive, il devient donc le centre du foyer, l’objet de toutes les attentions au détriment du couple qui est pourtant la pierre angulaire et qui est censé demeurer “jusqu’a ce que la mort le sépare” tandis que l’enfant est voué à partir une fois adulte.

Les rapports entre parents et enfants ont ainsi profondément changé, et cette mutation, pour ne pas dériver, aurait dû être mieux prise en considération par les autorités étatiques qui ont également leur part de responsabilité non seulement dans ces mutations, mais également dans le glissement vers l’usage répandu de la violence.

[sws_blockquote align=”” alignment=”alignleft” cite=”Luc FERRY” quotestyles=”style01″] Eduquez vos enfants avant de les envoyer à l’école… [/sws_blockquote] Tout d’abord, l’Education nationale a elle-même basculé de fait en mettant désormais l’accent sur le respect de l’enfant en tant qu’individu à part entière qui ne devait plus subir ni sanctions, ni actes d’autorité de la part d’un personnel qui s’est de plus fortement féminisé et qui n’a plus d’obligations de répondre aux canons vestimentaires qui à une époque incarnaient l’autorité. Il a bien fallu s’adapter à ces “nouveaux” parents qui ne reconnaissent pas à l’école le rôle d’éduquer qui relève de leur compétence exclusive  et qui sont prêts à en découdre dès lors qu’ils estiment que leur progéniture aurait été spoliée. Mais alors, si les parents n’éduquent plus et si le rôle de l’école est d’instruire et non d’éduquer, qui pourrait bien se charger de cette tâche apparemment anodine mais qui dicte pourtant les grandes tendances sociétales de demain.

Plus globalement, la République, traditionnellement maternaliste avec ses citoyens a elle aussi progressivement troqué ses figures d’autorité pour plus de protectionnisme, d’égalitarisme, de solidarité nationale. Ces valeurs, en soi, sont bien entendu des clés de voute de notre société, la résultante de décennies de pensées et de quête de mieux être ensemble, mais ici comme en toute chose l’excès nuit… Et l’on assiste ainsi aujourd’hui à une victimisation systématique, à un déni de la responsabilité du violent qui en fait mériterait encore plus d’attention, plus de prise en charge de sa frustration. La voie empruntée par les réformes de Madame Taubira illustrent très bien ce propos, mais l’actuelle ministre de la justice ne détient pas le monopole en la matière, les mandatures précédentes ont également porté leur lot d’efforts de prise en charge “douce” des contrevenants. 

En conclusion, en ces temps ou nous nous offusquons à raison contre la recrudescence des violences, où nous stigmatisons l’inertie des institutions et l’insuffisance de résultats des forces de police et judiciaires, il est peut être aussi temps de nous interroger quant à notre responsabilité en tant que parents et en tant que citoyens … Pour recoller à notre territoire, les appels incessants à la responsabilité et au civisme de nos élus surtout en cette période de rentrée et de bonnes résolutions ne s’adressent pas aux enfants et aux adolescent mais à VOUS, PARENTS.

Commenter avec votre compte Facebook
Igor Rembotte
Par Igor Rembotte septembre 12, 2013 11:20

Les dernières infos

Suite...