LES PÊCHEURS DE SAINT-MARTIN MÉRITENT NOTRE SOUTIEN

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE janvier 18, 2011 18:51

LES PÊCHEURS DE SAINT-MARTIN MÉRITENT NOTRE SOUTIEN

Marigot, le 17 janvier 2011

Daniel Gibbs a rencontré à leur demande, ce matin, une dizaine de représentants de l’Association des pêcheurs de Saint-Martin afin de voir quelles mesures pourraient être prises pour dénouer la crise actuelle.

 

Familier du dossier, puisqu’il était en charge du Pôle économique jusqu’à novembre dernier, le premier vice-président partage les inquiétudes et revendications des pêcheurs. «Nos pêcheurs, a-t-il , déclaré, sont les victimes d’ententes signées à l’époque ou nous faisions partie du département de la Guadeloupe.

Ces ententes disposent des droits de pêches dans les eaux entourant Saint-Martin et ont donné, de bonne foi, à l’époque, une certaine marge de manœuvre aux pêcheurs anguillais. Ce n’est malheureusement pas la Collectivité qui peut remettre ces ententes en cause.»
 

C’est pourquoi Daniel Gibbs vient d’écrire au préfet afin que, dans un premier temps, il reçoivent d’urgence une délégation de nos pêcheurs, mais aussi qu’il traite en priorité ce dossier.
 
La Collectivité et l’État ont, par contre, le devoir d’appliquer strictement les lois que transgressent certains pêcheurs anguillais en venant vendre leur marchandise directement sur les côtes saint-martinoises. « Déjà mettre de l’ordre à ce niveau rétablirait une certain équilibre dans la libre concurrence
Par ailleurs, le premier vice-président demande également au Président de la Collectivité de forcer une rencontre rapide avec les autorités d’Anguilla.
 
La pêche, même si elle ne représente plus le poids économiques des années passées à Saint-Martin, reste une élément essentiel de notre tissu social et patrimonial. De nombreuses familles en vivent et doivent pouvoir continuer à le faire.
 
SXMINFO
 
[ad#ad-2]
Commenter avec votre compte Facebook

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE janvier 18, 2011 18:51
Écrire un commentaire

1 Commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*