18 mai : fête du drapeau Haïtien

Igor Rembotte
Par Igor Rembotte 18 Mai 2013 10:34

18 mai : fête du drapeau Haïtien

A ceux qui seraient en visite à Saint-Martin ce jour, vous ne pourrez manquer les nombreux drapeaux généralement fixés aux véhicules et s’il peut s’avérer que vous ne puissiez l’identifier : sachez qu’il est haïtien et qu’il y ait adjoint une maxime : “L’Union fait la Force.”.

Pour la petite histoire, ce jour symbolise officiellement celui où Catherine Flon une jeune mulâtresse, filleule ou nièce de Jean-Jacques Dessalines, fondateur de la patrie haitienne aurait cousu ce drapeau bicolore, le 18 mai 1803. L’union de ces deux couleurs symbolise l’union des noirs et des mulâtres dans le combat pour la liberté.

“Le 18 mai 1803, à l’Arcahaie, Dessalines dans un geste violent, arracha la partie blanche du drapeau français et présenta à ses frères et sœurs rassemblés les deux côtés bleu et rouge, formant ainsi le bicolore de la révolution haïtienne.  Il symbolisa l’union entre le noir et le mulâtre. Une jeune fille aurait été chargée de coudre alors le drapeau. Ainsi prit naissance la légende de Catherine Flon, la belle mulâtresse de l’Arcahaie, celle dont les longs cheveux servirent à coudre le drapeau de l’armée indigène”.Une autre version, moins officielle, mettrait en scène une fille de Dessalines qui se serait fait maltraitée par un colon sur l’habitation. Dessalines ayant vu sa fille en sang, aurait déchiré sa jupe bleue, pris son foulard rouge et demandé à Catherine Flon de les réunir en s’exclamant: “Jamais, plus jamais, un Français ne frappera nos filles. Liberté ou la mort”. On présente en faveur de cette version l’argument que le bleu du drapeau haïtien ne serait pas identique au bleu français.

On peut remarquer au centre du drapeau contemporain un détail qui témoigne du passé colonial français d’Haïti mais surtout de l’idée de liberté à la française : un petit bonnet phrygien coiffe le palmier central.On devine sans peine à la lecture des ces deux petites versions l’importance de cette célébration pour le peuple haitien fortement représenté à Saint-Martin. Notez toutefois que 7 autres drapeaux ont flotté au dessus d’Haïti entre 1803 et 1986, année de la chute de Jean-Claude Duvalier, et que le choix d’un retour au bicolore bleu et rouge a été fait consécutivement à celle-ci.
Cette célébration du drapeau trouve sa place dans de nombreux pays au delà du territoire national. La diaspora haitienne est en effet fortement représentée aux USA, en République Dominicaine, avec qui Haïti partage Hispagnola, à Cuba, au Canada, en France et dans les territoires d’Outremer ainsi qu’en amérique du Sud.
La population haïtienne est aujourd’hui estimée à 10 millions d’âmes et la diaspora, qui est le véritable moteur de l’économie du pays, représenterait environ 2 millions de personnes. Une particularité saint-martinoise pose la population d’origine haïtienne comme l’une des plus importante au niveau de la pesée électorale, lui valant d’être largement courtisée durant les périodes de campagne.
Ces festivités sont l’occasion de célébrer Haïti à travers le monde pour son histoire et son goût de la liberté et non d’en parler à travers des prismes médiatiques par trop récurrents : la misère, la corruption, les catastrophes naturelles, la politique, etc.
Igor Rembotte
Par Igor Rembotte 18 Mai 2013 10:34