Saint Martin. La Baie Orientale est une propriété privée !

Sxminfo Antilles
Par Sxminfo Antilles 15 Mar 2013 00:38

Saint Martin. La Baie Orientale est une propriété privée !

Vous imaginez-vous avec un flot continu de personnes qui passent dans votre salon pour aller d’un point à un autre, alors qu’un chemin contourne votre maison ?
C’est notre quotidien à la Baie Orientale. Cet état de fait, on nous le justifie par trois arguments principaux :
– C’est plus joli par ici,
– Le chemin (du Galion) est en zone verte,
– Ce même chemin ne permet pas de desservir tous les établissements de la plage, notamment le WAKIKI.

Le problème c’est qu’aucun de ces arguments ne tient, surtout si on les confronte à la loi.

1/ Le premier argument comporte en lui toute l’hypocrisie de la situation, car si effectivement le paysage et les routes sont agréables dans la Baie Orientale, c’est uniquement grâce à l’investissement personnel et financier de chacun des copropriétaires de cette résidence privée.

Quand ceux-ci seront lassés et vidés financièrement, et que le charme doucement disparaitra, qu’ils quitteront progressivement les lieux et laisseront ce dernier endroit vivant et entretenu de la partie française se dégrader, les profiteurs actuels regretteront peut-être d’avoir tué la poule aux œufs d’or en ne participant pas à sa survie aux causes d’égoïsme et de vues à court terme comme dans la fable.

2/ le deuxième argument, celui du Préfet, est tout simplement risible pour ceux qui connaissent un peu Saint Martin… En effet, le passage de bus et gros taxis, quad, Harley Davidson, voitures par centaines, dérangerait la tranquillité des oiseaux et de leurs écosystèmes. Au passage, je conseille aux habitants de la Baie Orientale de se faire greffer des plumes, ils gagneraient peut-être en considération.

En terme de désagrément pour le milieu naturel, qu’en est-il :

– Du déversement des eaux usées de Quartier d’Orléans, de Grand-Case et de la Baie Orientale et de Cul de Sac dans les étangs et dans la mer, sans aucune forme de retraitement,

– De la présence de bases nautiques, kite-surf, jet-ski, planche à voile et autres hors-bords. De la présence d’une décharge à ciel ouvert à Cul-de-Sac (au sein même de la Réserve Naturelle, étonnant, non ?),

– Du fait que la plage du Galion est à 50% du temps une décharge publique plutôt qu’une plage,

– Des bateaux de Cul-de-Sac sont entretenus avec des peintures marines au plomb achetées en partie hollandaise.

– Etc, etc, etc…

3/ Enfin, pour ce qui concerne le troisième argument, l’accessibilité à tous les établissements de plage pour que perdure une vitalité économique en partie française (que nous soutenons d’ailleurs). De quoi parle t’on ? D’un seul établissement : Le Waikiki. En effet, le Coco-Beach n’est que peu impacté, il ne reçoit quasiment pas de croisiéristes, il est sur une autre politique commerciale. Par contre, le Waikiki ne peut recevoir ses clients par la route du Galion qui est le chemin naturel, historique et public qui mène à la plage d’Orient Bay. Pourquoi ? Parce que sur ce chemin naturel, historique et public qui mène à la plage d’Orient Bay, des entrepreneurs privés se sont octroyés le droit de construire, et d’occuper les lieux aux dépends de toutes législations en vigueur.

Résultat : dans le plus grand des paradoxes, on ne remet pas en cause ces violations de la loi, et l’on demande à un tiers d’en subir les conséquences pour que cela perdure ! Tiens ! et si demain les habitants de la B.O. étendaient leur propriété en gagnant sur la route ? Ils en seraient après tout plus légitimes que de simples locataires (que sont les restaurants de plage). Pourquoi ne pas rétablir le passage routier en exigeant que le Bikini, la Playa et le Waikiki respectent tout simplement la loi ?

La Résidence du Parc de la Baie Orientale est une propriété privée. Un simple rappel.

Le noyautage artificiel et illégal de l’Assemblée des colotis de la B.O., par une mafia qui est le rat dans le fromage, et à la fois la chèvre et le chou, laisse à penser de l’extérieur que tout va bien dans le meilleur des mondes. Il n’en demeure pas moins que la loi est la loi et que si elle était tout simplement appliquée et contrôlée par les personnes qui en sont dépositaires : nos droits seraient respectés ce qui n’est pas le cas actuellement.

Monsieur le Préfet, Monsieur le Sénateur, Monsieur le Député, Monsieur le Président de la COM, Messieurs les élus locaux en charge de cers dossiers, je vous accuse d’être de connivence avec les différents acteurs de ce dossier qui violent la loi. Ou alors… d’être incompétents… ? Je ne vois pas de troisième choix … Ou vous savez, et vous êtes coupables et complices. Ou vous ne savez pas, et vous ne servez à rien.

Un copropriétaire de la Baie Orientale

Sxminfo Antilles
Par Sxminfo Antilles 15 Mar 2013 00:38