Antilles. Seaborne lancera en Avril trois nouvelles liaisons à San Juan vers Fort-de-France, Pointe-à-Pitre et la Dominique

Autre
Par Autre mars 11, 2013 12:46

Antilles. Seaborne lancera en Avril trois nouvelles liaisons à San Juan vers Fort-de-France, Pointe-à-Pitre et la Dominique

La compagnie aérienne Seaborne Airlines lancera le mois prochain trois nouvelles liaisons à San Juan, vers Fort-de-France et Pointe-à-Pitre, et vers la Dominique.

Les deux nouvelles liaisons antillaises devraient voir le jour le 1er avril 2013 et être opérées en Saab 340 de 34 places ; mais elles n’étaient pas disponibles à la réservation au moment d’écrire ces lignes. Selon France-Antilles, l’aller-retour sera proposé à 380 euros, les vols étant effectués « quasiment tous les jours dans la matinée ».

Seaborne Airlines avait passé le 18 février dernier un accord interligne avec American Airlines, dont la desserte de la Guadeloupe et de la Martinique depuis San Juan (opérée par American Eagle, qui ferme sa base portoricaine) sera abandonnée fin mars au profit de routes depuis Miami inaugurées le 6 avril avec un vol tous les samedis en Boeing 737-800.

La troisième nouveauté de Seaborne Airlines reliera San Juan à l’aéroport de Marigot – Melville Hall à la Dominique à partir du 1er avril, là aussi au lendemain de l’abandon de cette route par American Eagle.

Fondée en 1992 et basée dans les Iles Vierges américaines, son réseau à partir de Sainte-Croix couvre aujourd’hui San Juan, Vieques, Tortola et Saint Thomas, tandis que depuis San Juan elle dessert Vieques, Tortola, St Thomas et Virgin Gorda – plus donc le mois prochain les trois nouvelles destinations. Outre trois Saab 340, sa flotte comprend exclusivement des De Havilland Twin Otter DHC-6 300, dont deux en version hydravion qui lui ont valu son nom.

Air Journal

Commenter avec votre compte Facebook

Autre
Par Autre mars 11, 2013 12:46
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*