NIGERIA: Pas de confirmation de la libération des sept otages français

Autre
Par Autre 21 Fév 2013 12:22

NIGERIA: Pas de confirmation de la libération des sept otages français

Jeudi matin, un officier camerounais cité par l’AFP a affirmé que la famille française enlevée mardi dans le nord du Cameroun avait été retrouvée par les autorités nigérianes dans la localité de Dikwa, dans le nord du Nigeria.
“Les otages sont sains et saufs et sont aux mains des autorités nigérianes”. “Ils ont été retrouvés abandonnés dans une maison dans la localité de Dikwa”, à une centaine de kilomètres de la frontière avec le Niger, a-t-il indiqué.

Kader Arif, le ministre délégué aux anciens combattants, a d’abord confirmé, dans l’enceinte de l’Assemblée nationale, cette libération. Durant le débat d’un texte UMP sur les anciens combattants, il a réclamé la parole pour annoncer la nouvelle, dans l’hémicycle. Mais il est ensuite revenu sur ses propos : “il s’agissait d’informations transmises par voie de presse, il n’y a pas pour le moment de confirmation officielle à ce stade” de la libération, a déclaré M. Arif.

Depuis, ni l’Elysée ni le Quai d’Orsay à Paris n’ont confirmé la libération des sept Français. Le ministre camerounais de la communication a, lui, démenti l’information. “C’est une folle rumeur. Si d’aventure ce qui s’est dit à travers cette rumeur était une vérité, le gouvernement camerounais aurait déjà porté l’information à la France”, a déclaré Issa Tchiroma Bakary lors d’une conférence de presse. A son tour, l’armée nigériane a ensuite démenti la libération des otages peu après. “Ce n’est pas vrai”, a déclaré Sagir Musa, porte-parole d’une unité spéciale de l’Etat de Borno, où ils auraient été découverts.

Le collaborateur de GDF Suez et sa famille, dont quatre enfants de 5 à 12 ans, avaient été enlevés mardi alors qu’ils “rentraient du parc naturel de Waza”. La France avait dit “tout faire” mercredi pour les retrouver, soupçonnant ouvertement la secte islamiste nigériane Boko Haram d’être à l’origine de l’enlèvement. Des gendarmes français participaient depuis mardi à l’enquête au Cameroun.

Les Français, expatriés au Cameroun et en vacances dans le nord du pays, avaient été enlevés mardi par des hommes à moto, qui les avaient emmenés ensuite vers le Nigeria voisin. Il s’agissait du premier enlèvement de Français depuis le début de la guerre lancée par la France le 11 janvier au Mali pour déloger des groupes islamiques armés qui occupaient le nord du pays.

Sources: Le Monde et AFP

Autre
Par Autre 21 Fév 2013 12:22