Saint Martin et le Mobile : La qualité en option…

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE janvier 14, 2013 04:42

Saint Martin et le Mobile : La qualité en option…

Peut importe l’opérateur que vous avez choisi, la qualité des communications des téléphones mobiles à Saint-Martin est une vraie galère.
Nous pouvons par ailleurs faire le tour des amis et collègues, c’est souvent le même constat : ” Je n’arrive pas à appeler depuis des heures “, “On ne peut pas me joindre en partie hollandaise “, ” la 3G c’est une mascarade ” ou encore ” j’ai des factures de fou à couse du roaming”, “j’en est marre, je vais changer d’opérateur”
Bref, l’ensemble des usagers est souvent mis à mal par un réseau mobile peu performant.

Alors pourquoi ? Pourquoi sur un territoire aussi petit que saint martin les opérateurs n’arrivent pas à fournir un service de qualité ? Pourquoi lors de vos déplacements sur l’île vos communications se soldent trop souvent par des « blackout » ? Pourquoi des touristes venus sur l’île ne peuvent parfois pas utiliser leur mobile malgré l’option « roaming International » ?

Bien des questions qui méritent réponses des professionnels télécoms de la place !

Nous allons courant fin Janvier proposer un questionnaire aux usagers afin de récolter l’ensemble des difficultés rencontrées par les abonnés de Saint Martin. Difficile à ce jour de partir à la rencontre des opérateurs locaux et de poser vaguement les questions qui s’imposent. Pourquoi ? Parce que, comme vous, nous l’avons déjà fait !

Les réponses sont souvent vaseuses, pas claires du tout, ou alors « ce n’est pas nous c’est … » ou encore des explications techniques qui ferait peur à un ingénieur de la NASA.

Cependant, avant de publier le questionnaire et de récolter vos impressions et interrogations, nous pouvons déjà constater une partie des problématiques dans l’observation des installations, du comportement des différents opérateurs et en faire une petite synthèse.

1 – Un opérateur historique probablement assis sur ces acquis : c’est tout le problème de la France et de son développement télécom. La grande inertie technologique et commerciale de l’opérateur national a été souvent un frein pour le développement des opérateurs tiers sur le territoire national comme ici. N’oublions pas qu’un opérateur « concurrent » de ce dernier est d’abord un « client » de celui-ci.

2 – Un territoire particulier : L’île de Saint-Martin présente plusieurs particularités. La division du territoire entre deux pays tiers avec pour chacun, des règles et autorisations différentes. Pourtant, la population circule sur les deux parties de l’île et ce, parfois plusieurs fois par jour. Cela suppose une gestion intelligente et des accords commerciaux et techniques des opérateurs présents sur Saint-Martin et Sint-Maarten afin d’avoir une continuité de service sans couts supplémentaires. Facile à dire, pas simple à faire.

3 – Un engagement politique des NTIC néant : Faute de trouver des solutions d’investissements proportionnels aux abonnés possibles (équilibre économique et technique) des opérateurs tiers, l’engagement politique et la compréhension de la technologie de la collectivité serait un atout majeur dans le déploiement de réseaux performants. Evidement, je vais encore me faire taper sur les doigts car ils vont répondre qu’ils sont à la pointe de la technologie, qu’ils aident les projets innovants etc.. Comme un fameux « Data center » qui vient d’émerger en partie française. Bref, un appui économique cohérent qui permettrait une avancée significative dans l’amélioration de la qualité des services mobiles, entre autre.. On y ajoutera une touche concernant les accès à Internet qui sont à l’image de la téléphonie mobile, désastreux pour une bonne partie de la population et outrageusement onéreux.

4 – De la concertation : Ce qui manque cruellement à Saint-Martin, c’est la concertation entre les opérateurs. Chacun y met son pied comme il veut ou comme il peut. Par mon expérience et mes relations, je sais que c’est difficile d’avancer quand on est confronté à l’immobilisme qui serait chronique de l’opérateur historique ou aux obligation de résultats financiers des opérateurs alternatifs. De ce fait, certains enterrent des fibres ci et la, d’autres ajoutent des antennes encore plus haut. Le point positif est que la technologie avance quand même tant bien que mal. Heureusement d’ailleurs !

5 – Des offres fantaisistes : Pour fermer cette parenthèse, on pourrait aussi parler des méthodes de commercialisation des offres mobiles. Tandis que l’un affirme que son 3G+ est le plus rapide, d’autres insistent sur le faible cout des communications vers l’international ou la gratuité en local. Oui, mais, en déchiffrant les factures, trop souvent confronté à un service médiocre, notre réaction est que l’on nous prend pour des planches à billets !

Un service 3G (quand il est disponible !) qui dépasse guère 1 méga et plus souvent 250 Kb/s (Moyennes constatés en métropole : SFR : 2,59 Mb/s – Orange : 3,12 Mb/s – Free : 2,17 Mb/s et Bouygues Telecom à 1,83 Mb/s), une facturation de « Roaming* » qui mange votre forfait en 5 minutes, sans parler des zones blanches qui sont à certains endroits, terriblement grandes. Tous cela associé à des tarifs de forfait mobile bien plus chers que sur le continent.

De nombreux aspects techniques et d’autorisations de l’ARCEP sont impliqués dans les énumérations citées ci-dessus. Comme j’ai toujours dit à mes collègues et partenaires du milieu télécom : « la Technologie reste de la Technologie, si c’était simple, ça se saurait » mais tout de même, nous venons d’entrer dans l’année 2013, il serait temps de régler la majorité des problèmes à Saint-Martin concernant les mobiles. N’oublions pas que c’est un atout économique dans le développement de notre île ! Le 21ème siècle est tributaire des moyens de communications. Sans eux, pas de développement, pas de business….

Nous vous tiendrons informé de la mise à disposition de ce questionnaire concernant l’épineux problème soulevé ici, dès que possible.

F.L.

*Le roaming :

En pratique, le roaming ou « itinérance » désigne la faculté des abonnés d’un opérateur de réseau mobile à utiliser les services de téléphonie mobile (voix ou données) de différents réseaux au fur et à mesure de leurs déplacements. Cette fonctionnalité est utile chaque fois qu’un client est hors de portée du réseau de son opérateur. C’est notamment le cas lors d’un déplacement dans un pays étranger ; mais aussi quand les infrastructures d’un opérateur ne couvrent pas totalement le territoire national. Cette faculté est possible du fait que le réseau mobile GSM conserve à chaque instant une information dans ses HLR (enregistreurs de localisation) sur la zone de localisation de l’abonné mobile.

Commercialement (dans les contrats d’abonnement), le terme roaming désigne généralement le roaming international.

Commenter avec votre compte Facebook
F. LETUVEE
Par F. LETUVEE janvier 14, 2013 04:42

Les dernières infos

Suite...