Ouragan sur Cuba : le crash d’un ATR-72 fait 68 morts

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE novembre 5, 2010 08:51

Ouragan sur Cuba : le crash d’un ATR-72 fait 68 morts

Soixante-huit personnes, dont 28 étrangers, sont mortes dans le d'un de ligne intérieure cubaine qui reliait Santiago de Cuba à La Havane jeudi. Il n'y a aucun survivant. Un Français se trouvait parmi les passagers, ainsi que neuf Argentins, sept Mexicains, un Vénézuelien, trois Néerlandais, deux Allemands, deux Autrichiens, un Italien et un Espagnol.

La tempête tropicale Tomas serait à l'origine de l'accident. L'état d'alerte a été décrété jeudi soir dans la zone orientale de Cuba en raison de la progression près de la côte orientale de cette tempête. Tous les vols en partance ou à destination de Santiago avaient été suspendus en fin de journée. Vers 16h30, l'appareil à hélices ATR-72 de la compagnie publique AeroCarribean avait décollé de Cuba par mauvais temps. Moins d'une heure plus tard, il faisait état d'une «situation d'urgence».

L'épave réduite en morceaux

Les «services de contrôle du trafic aérien ont ensuite perdu tout contact» avec l'appareil qui s'est s'écrasé «dans la région de Guasimal, (province de Sancti Spiritus, centre)», ont ajouté les autorités. Des journalistes cubains sur place ont affirmé que les «premiers cadavres» avaient été localisés près de l'épave en flammes, quasi réduite en morceaux, au milieu d'une brousse difficile d'accès. Des habitants ont accouru sur les lieux du crash pour venir en aide aux équipes de secours qui tentent de retrouver «des survivants ou des restes humains», selon le site Cubanate.

Une commission a été créée «pour enquêter sur ce lamentable accident» et en trouver les causes, selon l'Institut aéronautique civil cubain.

Source leparisien.fr  – Credit Photo AFP/HO

Commenter avec votre compte Facebook

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE novembre 5, 2010 08:51
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*