Gendarmerie: Droit de réponse article “AGRESSION A L’ARME BLANCHE RUE DU GÉNÉRAL DE GAULLE”

Gendarmerie
Par Gendarmerie octobre 25, 2012 23:00
PUB

DROIT DE RÉPONSE DE LA COMPAGNIE DE GENDARMERIE SUITE A L’ARTICLE : AGRESSION A L’ARME BLANCHE RUE DU GÉNÉRAL DE GAULLE

Je vous prie de bien vouloir trouver en pièce jointe un communiqué de presse de la compagnie de gendarmerie départementale de St-Martin et St-Barthélémy qui fait suite à l’article paru en date d’aujourd’hui sur votre site d’information en ligne, article au sujet de la rixe qui s’est déroulée le mercredi 24 octobre 2012 à 16h35 rue du Général de Gaulle à Marigot, et au cours de laquelle deux individus ont été blessés, dont un grièvement, sans que son pronostic vital ne soit engagé.

Ledit article présentant de nombreuses inexactitudes, il me semblait important que vous soient apportées quelques précisions ayant valeur de droit de réponse.

Suite à cet évènement, l’enquête judiciaire ouverte pour tentative de meurtre a été confiée à la brigade recherche de St-Martin.

Chef d’escadron BETAILLE, commandant la compagnie de gendarmerie départementale de St-Martin et St-Barthélémy.


COMMUNIQUE DE PRESSE:

Le mercredi 24 octobre à 16h20, une patrouille de gendarmerie en service externe détecte rue du Général de Gaulle la présence d’individus au comportement suspects et soupçonne rapidement la commission de faits délictueux à venir. La patrouille décide donc de procéder à un contrôle d’identité qui se déroule sans difficulté malgré la nervosité des individus.

Peu de temps après, d’autres personnes surgissent dans la même rue. Un début de bagarre éclate. Alertés par la clameur publique, les mêmes militaires interviennent pour tenter de séparer les protagonistes. Deux d’entre eux parviennent toutefois à échanger des coups de couteau hors de la vue des gendarmes avant de se disperser dans différentes directions. Les militaires décident alors d’engager une poursuite à pied pour procéder à l’interpellation d’un des auteurs porteur d’une arme blanche qui se dirige vers l’hôtel de la collectivité. Au cours de son interpellation, les militaires constatent alors la présence d’un important saignement sur le corps de l’individu et lui prodiguent immédiatement les premiers soins dans l’attente de l’arrivée des secours.

La survenance d’un tel évènement dans l’une des rues les plus commerçantes et fréquentées de Marigot agglomère très rapidement une centaine de badauds sur les lieux des faits. En difficulté pour gérer à la fois le secours à la victime et la forte affluence, la patrouille fait appel immédiatement à des renforts. A l’arrivée de ces derniers, il est décidé d’établir un périmètre de sécurité afin de permettre aux services de secours et à la gendarmerie de manœuvrer dans les conditions les moins inconfortables possibles. Les nombreux badauds sont alors repoussés dans le calme à l’extérieur d’une zone délimitée par de la tresse. En aucun cas, il n’a été fait usage de bombe lacrymogène pour repousser la foule pressante sur le lieu des fait. La seule utilisation de bombe lacrymogène l’a été à titre accidentel, non intentionnelle, et en fin d’intervention dans un endroit dépourvu de public.

Au final, cet évènement a donc été géré au mieux par les primo-intervenants avant l’arrivée de renforts conséquents qui a permis de contrôler dans le calme une situation dramatique qui a sous toute vraisemblance suscité un important émoi au sein de la population.

Commenter avec votre compte Facebook

PUB

Gendarmerie
Par Gendarmerie octobre 25, 2012 23:00
Écrire un commentaire

4 Commentaires

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire

Les dernières infos

Suite...