Météo-Logique et autres déductions par Doc Charli

Charli ETCHEGOYEN
Par Charli ETCHEGOYEN 9 Sep 2011 07:01

Météo-Logique et autres déductions par Doc Charli

Donc depuis quelque temps déjà en cette année 2011, les SARGASSES sont venues faire un petit tour aux Caraïbes.
C’est déjà arrivé par le passé, mais pas de cette envergure. Il y a une explication comme toute forme de mouvement naturel de notre chère planète. Il faut partir des calottes glacière et surtout de la banquise qui depuis le printemps se met a fondre, et crée un courant froid descendant vers le sud. Ceci entraine un ralentissement du gulf-stream qui lui, remonte les eaux chaudes des régions tropicales.

La mer des sargasses qui est en fait un gigantesque tourbillon créer par la rencontre de ces deux courants opposés, et qui sert généralement de rassemblement a tout ce qui flotte sur l’océan, (un genre de poubelle rotative), se retrouve décalé par l’arrivée massive d’eau froide en provenance de l’Arctique, et donc il se déplace ver le sud. De plus, depuis trois ans déjà, le courant directeur qui part du golf de Gascogne vers le sud ouest atlantique, se retrouve renforcée par ce phénomène, il n’y a qu’a observer la cote atlantique de l’Europe, elle se refroidit doucement, les étés y sont plus frais… et les sargasses qui sont drainées par ce puissant courant, viennent a être éjectés de leur circuit fermé, comme un tourbillon qui irait trop vite et laisserais passer l’excédent vers l’extérieur… en l’occurrence chez nous aux caraïbes.

C’est un phénomène nouveaux pour nous, car nous n’avons pas de référence sur le temps pour ce cycle. Il durera jusqu’à l’automne ou le froid reprendra sa place, et les courants ralentirons. Mais le phénomène se reproduira les années suivantes, car c’est un cycle long, et les perturbations qui sont en cour au niveau planétaire ne font que commencer. Un certain Pôle magnétique participe a ces changements, par son déplacement rapide vers le sud, lui aussi influe sur la force de Coriolis elle même très influente sur les courants marin.

C’est comme le “pot au noir, généralement au abords des iles du cap vert, Il s’est déplacé vers l’ouest, et se trouve en période cyclonique plus près de chez nous.
Ce qui fait que les cyclones ne se développent plus la bas, mais proche de nos cotes. Et notre saison normalement sèche (d’avril a juin) est devenue une saison pluvieuse, ceci entraine un refroidissement de la surface des eaux et des zones subtropicales donc un développement plus lent des basses pression cyclonique. Tant mieux pour nous, nous avons ouvert le bal des cataclysme en 95 avec El senior Luis, ce qui devrais nous donner une longueur d’avance sur les autres qui a tour de rôle subissent les effets des changements climatique.

Nous sommes un tout, l’homme et la nature, mais l’homme avec son égo, pense être responsable du désordre climatique… il oubli que lui même en est l’un des composants.
Il veut penser qu’il en est le seul responsable, et cela lui permet de faire des plan pour en contrer les effets… pure fadaise, Dame nature en est la grande Maitresse et lui dit quoi faire: se terrer lorsqu’un cyclone arrive, s’effacer devant un tsunami, subir lorsqu’un tremblement de terre secoue la surface.. elle nous rappel sans cesse a quel point nous sommes insignifiant… par contre si nous étions a son écoute, alors ce serrait merveilleux, on apprécierait ces magnifiques mouvements, qui finalement sont loin d’être des catastrophes. La catastrophe, c’est nous. Quelque part nous avons empiété sur son domaine avec force, sans réfléchir, sans écouter les anciens, a force d’abolir les traditions, on en oublie les témoignages, pour ne participer qu’a notre égoïsme.

Et pourtant elle est douce a notre égard, nous prévient toujours si nous savons l’écouter et nous effacer lorsqu’elle se met en mouvement. Et puis le beaux temps ce n’est pas seulement le soleil, regardez comment ce nouveau climat de pluie embelli notre ile, il est propice au développement des espèce: singes, iguane, rivières, arbres,… font partis de notre nouvel environnement aujourd’hui… quand au sargasses, ce n’est pas une plaie, c’est un apport qui a surement sa raison d’être. Peut être nous disent elles de ne pas se focaliser sur les plages et le tourisme, mais de se concentrer sur notre sociétés interne qui aurai bien besoin d’une restructuration complète…

Charli

Charli ETCHEGOYEN
Par Charli ETCHEGOYEN 9 Sep 2011 07:01