DÉMISSION DU FMI, DSK SE BAT POUR SA LIBÉRATION

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 19 Mai 2011 06:57

DÉMISSION DU FMI, DSK SE BAT POUR SA LIBÉRATION

Photo : © Capture d'écran LCI

C’est officiel. Dominique Strauss-Kahn a démissionné de ses fonctions de directeur général du Fonds monétaire international. Beaucoup jugeaient sa situation incompatible avec l’exercice de sa fonction, notamment le secrétaire au Trésor américain, Timothy Geithner, qui a estimé mardi qu’il n’était « pas en mesure de diriger ». Dans une lettre adressée jeudi au conseil d’administration, DSK s’exprime pour la première fois depuis son interpellation, samedi soir, dans un avion à l’aéroport de New York. « C’est avec une grande tristesse que je me sens obligé de présenter au conseil d’administration ma démission de mon poste de directeur général du FMI. Je pense en ce moment tout d’abord à ma femme, que j’aime plus que tout, à mes enfants, à ma famille, à mes amis », a-t-il écrit. Une missive dans laquelle il clame aussi son innocence. « Je nie avec la plus grande fermeté possible toutes les allégations à mon encontre. Je veux protéger cette institution que j’ai servie avec honneur et dévouement, et en particulier, je veux consacrer toute ma force, tout mon temps, et toute énergie à prouver mon innocence ».

Ses avocats proposent une caution à un million de dollars

En attendant l’audience de vendredi face au « Grand Jury », chargé de décider de l’inculper ou, moins probable, de lui faire bénéficier d’un non-lieu, les avocats de Dominique Strauss-Kahn vont une nouvelle fois tenter d’obtenir sa remise en liberté sous caution ce jeudi. Selon leur requête à la Cour suprême de l’Etat de New York diffusée mercredi soir sur le site du New York Times, DSK proposerait de verser une caution d’un million de dollars et s’engagerait à demeurer dans une résidence de Manhattan 24 heures sur 24, sous « surveillance électronique ». Le document ne précise pas si cette résidence est celle de sa fille Camille, étudiante à l’université Columbia qui vit de « façon permanente » dans l’Upper West Side, à Manhattan. Mais ces détails visent à montrer ses attaches avec les Etats-Unis. Pour prouver son intention de rester sur le territoire, les avocats du patron démissionnaire du FMI soulignent qu’il a déjà remis son passeport français à la justice américaine et s’engage aussi à remettre son document de voyage de l’ONU aux autorités.

sxminfo avec agences

[ad#ad-2]

 

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 19 Mai 2011 06:57