«Campagne hors sol», «mépris des Outre-mer» : Babette de Rozières quitte sèchement Pécresse

Autre
Par Autre 9 Mar 2022 00:49

«Campagne hors sol», «mépris des Outre-mer» : Babette de Rozières quitte sèchement Pécresse

La chef cuisinière, aussi conseillère régionale d’Ile-de-France, a annoncé avec fracas son départ de l’équipe de Valérie Pécresse, lui reprochant un manque global de sincérité, un «mépris» pour les Outre-mer et une campagne très mal conduite.

Interviewée sur CNews ce 8 mars, la chef Babette de Rozières a eu des mots très durs pour la campagne de Valérie Pécresse et a indiqué la quitter, nourrissant une série de griefs à l’encontre de la candidate Les Républicains. Conseillère régionale d’Ile-de-France, Babette de Rozières a souligné que Valérie Pécresse était une «très bonne présidente de la région», avant de faire pleuvoir les coups sur la candidate.

«La présidentielle c’est autre chose. Ce n’est pas une campagne à coups de WhatsApp, […] dépourvue de densité humaine, qui n’a pas de sincérité, qui ne touche pas le cœur des Français», a-t-elle attaqué, avant de dénoncer l’absence complète des Outre-mer dans le programme de la candidate. «Au fil du temps, j’ai remarqué qu’elle n’a pas une seule ligne sur les Outre-mer», a déploré la conseillère régionale, née en Guadeloupe.

Elle a reproché à Valérie Pécresse un «manque d’ambition», et l’a même accusée de faire preuve de «mépris» à l’égard des territoires ultramarins, illustrée par l’annulation au dernier moment de sa venue au salon de la gastronomie des Outre-mer, fin janvier 2022. Impossible, dans ces conditions, de continuer : «J’ai pris la décision de ne pas la soutenir et de m’écarter de la campagne.», a-t-elle confirmé, précisant : «J’ai décidé non seulement de ne pas soutenir Valérie, mais je dirai aussi à mes compatriotes de ne pas le faire.»

Elle a choisi un canard boiteux, elle en subit les conséquences

L’élue a ensuite tiré une autre salve de remontrances destinée à Patrick Stefanini, le directeur de campagne de Valérie Pécresse. «C’est une campagne tout à fait hors sol, avec un directeur de campagne qui est complètement nul, ça n’a ni queue ni tête», a lâché la chef, lui reprochant de conduire une «campagne des années 80». Regrettant une communication interne réduite à la messagerie WhatsApp et un manque de «sincérité» comme de «loyauté», elle a affirmé que «l’équipe de Valérie Pécresse n’est pas au niveau», précisant qu’elle n’était pas la seule à «penser exactement la même chose», mais que peu osaient s’exprimer publiquement sur le sujet.

«Quand on veut avoir un champion, il faut un bon entraîneur», a imagé l’élue, avant d’asséner : «Elle a choisi un canard boiteux, elle en subit les conséquences». La chef avait déjà attaqué avec virulence Patrick Stefanini dans un tweet du 5 mars, lui reprochant à la fois sa «nullité» personnelle et «l’incompétence de l’armée mexicaine qui l’entoure», y voyant une cause du recul de la candidate de LR dans les sondages.

Egalement présent sur le plateau de CNews, le maire LR de Châlon-sur-Saône Gilles Platret a appuyé les propos de Babette de Rozières : il a jugé que Patrick Stefanini était «un énorme problème» dans une campagne confrontée à de nombreuses difficultés, dont le ralliement de plusieurs élus à Emmanuel Macron, ainsi que des soupçons sur l’honnêteté du vote de la primaire. Sans donner une autre consigne de vote, Babette de Rozières n’a pas exclu de «renforcer le président» compte tenu de la gravité du conflit ukrainien.

Source RT France

Autre
Par Autre 9 Mar 2022 00:49
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*