Crash total de Facebook, Instagram et WhatsApp : La panne des réseaux sociaux serait due aux serveurs DNS

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 4 Oct 2021 18:00

Crash total de Facebook, Instagram et WhatsApp : La panne des réseaux sociaux serait due aux serveurs DNS

Plus de 20 000 rapports d’incidents de la part d’utilisateurs incapables de se connecter aux différentes applications ont été recensés.

Des millions d’utilisateurs de Facebook, d’Instagram – son application de partage de photos – et de WhatsApp – son application de messagerie – n’ont plus accès à leurs services, rapporte le site spécialisé downdetector.com lundi 4 octobre ainsi que de très nombreux messages d’utilisateurs de ces services sur les réseaux sociaux.

Downdetectordit avoir reçu plus de 20 000 rapports d’incidents de la part d’utilisateurs incapables de se connecter aux différentes applications, notamment depuis Washington et Paris.

D’après les premières constatations, le problème semble toucher les Domain Name Servers (DNS) utilisés par ces trois applications. Les serveurs DNS fonctionnent comme des annuaires du réseau et permettent aux applications et navigateurs Internet de se connecter aux bons serveurs. Ceux utilisés par Facebook, WhatsApp et Instagram renvoient, jusqu’à présent, des messages d’erreur.

La plateforme aux près de 3 milliards d’utilisateurs mensuels traverse l’une des pires crises sur sa réputation depuis deux semaines, à cause de révélations d’une lanceuse d’alerte.

Ancienne ingénieure chef de produit chez Facebook, Frances Haugen a fait fuiter de nombreux documents internes, notamment au Wall Street Journal, et a accusé le groupe de “(choisir) le profit plutôt que la sûreté” de ses utilisateurs, dans un entretien diffusé par la chaîne CBS dimanche.

À Wall Street, le cours de Facebook, déjà en baisse en début de séance, accélérait ses pertes et chutait de près de 6%.

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 4 Oct 2021 18:00
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*