Rassemblements de personnes non autorisés

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE octobre 27, 2020 05:17

Rassemblements de personnes non autorisés

La Préfecture a été informée ce week-end que plusieurs fêtes non autorisées se sont tenues sur les plages de Saint-Martin allant jusqu’à rassembler plus d’une centaine de personnes.

Ces événements favorisent la propagation de l’épidémie de covid-19 et l’émergence de clusters. Dans le contexte sanitaire que nous connaissons, la Préfecture signale que ces comportements sont dangereux et peu responsables à l’égard du reste de la population, respectueuse des gestes barrières.

Les mesures prises en métropole (couvre feu notamment) se basent sur l’augmentation du nombre de cas et la capacité hospitalière. A Saint-Martin, l’hôpital est sous tension. Le nombre de personnes hospitalisée augmente chaque semaine, au 18 octobre il y avait encore 112 cas actifs et 12 personnes hospitalisées, dont 6 en réanimation aux centres hospitaliers de Guadeloupe et de Martinique. La semaine dernière 6 personnes ont dû être évacuées pour urgence sanitaire.

Il est important de savoir que des comportements, comme ceux que nous avons connu ce week-end dans la mesure où ils se traduiraient par une dégradation de la situation sanitaire de l’île, pourraient nécessiter la mise en place de mesures plus restrictives.

L’effort qui est demandé par l’État (port du masque, distanciation sociale, respect des gestes barrières, éviter les rassemblements de plus de 6 personnes, limitation des événements festifs) est le seul moyen de lutter efficacement contre le virus. Ces mesures doivent être prises au sérieux.

La Préfecture en appelle à la responsabilité de chacun. La lutte contre le virus est un combat commun dans lequel nous sommes tous engagés pour la santé de nos compatriotes, pour l’économie de notre territoire et pour l’emploi des jeunes.

Commenter avec votre compte Facebook
F. LETUVEE
Par F. LETUVEE octobre 27, 2020 05:17
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*