Mort de Charles Aznavour : le dernier des géants de la chanson française disparait

Autre
Par Autre octobre 1, 2018 14:13

Mort de Charles Aznavour : le dernier des géants de la chanson française disparait


Charles Aznavour, le dernier des géants de la chanson française et son inlassable ambassadeur à travers le monde, s’est éteint lundi matin à l’âge de 94 ans.

Charles Aznavour est décédé dans sa maison de Mouriès (Bouches-du-Rhône), suscitant une vague de tristesse chez ses admirateurs de toute génération.
“C’est avec une profonde tristesse que la famille Aznavour informe du décès de Charles Aznavour. Son nom est gravé dans l’éternité, et sa mémoire est toujours vivante !”, a annoncé sa famille sur Facebook.

Une autopsie doit être réalisée à Nîmes ce mardi

Le parquet de Tarascon, territorialement compétent, ne confirme pas l’information mais indique qu’une autopsie de la célébrité doit être réalisée ce mardi 2 octobre à l’institut médico-légal de Nîmes.

“Il n’y a rien de suspect qui laisserait penser à une origine criminelle, mais les circonstances nous obligent à vérifier les circonstances du décès, il faut que nous sachions exactement de quoi il est mort”, indique le procureur de Tarascon, Patrick Desjardins.

“Profondément français, attaché viscéralement à ses racines arméniennes, reconnu dans le monde entier, Charles Aznavour aura accompagné les joies et les peines de trois générations. Ses chefs-d’œuvre, son timbre, son rayonnement unique lui survivront longtemps”, a twitté Emmanuel Macron.

“Je l’avais convié à mon déplacement à Erevan (10-11 octobre) pour le sommet de la francophonie, où il devait chanter”, a ajouté le président français.

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a déploré “une perte énorme pour le monde entier”, rendant hommage à “un fils exceptionnel du peuple arménien”.

“Je suis fracassé. Je suis complètement bouleversé. Je prends son décès en pleine gueule. J’aime cet homme. Je le connais depuis mes débuts. On a débuté pratiquement ensemble”, a confié à l’AFP Alain Delon.

“Le vrai boss vient de nous quitter. Un guide, un maître, je vous aime Charles. Dur de ne pas pleurer. Hasta pronto señor Champagne”, a twitté Benjamin Biolay.

– 180 millions de disques vendus –

Tel Benjamin Button, le personnage créé par Francis Scott Fitzgerald, né vieillard et qui vécut toute sa vie en rajeunissant avant de mourir nourrisson dans “L’étrange histoire de Benjamin Button”, Aznavour semblait prendre un bain de jouvence ces dernières années à chaque tour de chant.

Avec toujours le même miracle: il débutait ses concerts la voix rouillée et le corps fragile mais les concluait léger comme une plume et le pas dansant, devant son prompteur devenu indispensable.

Inépuisable, le chanteur aux plus de 70 ans de carrière avait repris la scène en septembre avec deux concerts au Japon. Et, apparu vendredi dernier plein d’entrain dans l’émission “C à Vous” sur France 5, il s’apprêtait à repartir en tournée française cet automne.

Ces derniers mois pourtant, il avait dû annuler quelques représentations. D’abord en avril à Saint-Pétersbourg, victime d’un tour de reins. Puis en mai, en raison d’une fracture de l’humérus gauche, après une chute. Des pépins qui le ramenaient à sa condition de mortel.

“Je ne suis pas vieux, je suis âgé. Ce n’est pas pareil”: Charles Aznavour, décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l’âge de 94 ans, avait abordé “sa jeunesse”, “ses amis, ses amours, ses emmerdes”, dans une interview accordée à l’AFP en novembre 2017, quelques jours avant de chanter pour la première fois à Bercy.

QUESTION: Vous chanterez pour la première fois à Bercy, cela ne doit pas vraiment vous intimider…

RÉPONSE: “Peu importe la salle, c’est le public qui compte”.

Q: Avez-vous encore le trac?

R: “Ça s’est terminé le jour où j’ai compris que le public venait pour moi. Avant, je faisais les premières parties, le public attendait les vedettes”.

Q: Le rapport au public est toujours aussi passionné?

R: “J’aime le public, le public m’aime. On est tout à fait d’accord”.

Q: Avant d’être une figure tutélaire, vous avez été vous-même soutenu. Par Piaf notamment…

R: “Les jeunes qu’elle faisait monter sur scène étaient ses amants. Moi non. Elle m’a soutenu pour d’autres raisons. Mon passé s’accordait bien avec le sien. Mes parents étaient des étrangers, qui ne parlaient pas français. Ils nous ont, ma soeur et moi, laissés devenir des enfants de la rue. Piaf était une enfant de la rue. Ça nous a rapprochés”.

Q: Qu’y faisiez vous?

R: “On faisait l’école buissonnière, on allait dans les bals-musette, les cinémas, les musées. Personne ne venait nous dire, +on ne fait pas ça ici+, puisqu’on ne le savait pas. Ça a été une grande chance”.

Q: Piaf, Trénet, Chevalier c’étaient vos inspirations ?

R: “Il y a eu aussi Constantin Stanislavski, Carlos Gardel, Bing Crosby, Mel Tomé, Frank Sinatra. Piaf a été la seule femme qui m’ait influencé”.

Q: Votre voix a longtemps été raillée, ça ne vous a pas empêché de chanter avec les plus belles comme Liza Minnelli…

R: “Eh oui! Liza, je l’ai formée même. Je l’ai amenée à Paris en 1969, Bruno Coquatrix ne la connaissait pas. La première soirée à l’Olympia a été un succès immédiat. Son spectacle était fait avec beaucoup de mes chansons et une manière très française de les interpréter, pas vraiment +Broadway+.”

Q: Celui que vous avez aidé aussi, c’est Johnny Hallyday, peu soutenu par le monde de la musique à ses débuts…

R: “Ils ont été très méchants avec lui. Henri Salvador a été affreux, il s’est levé dans la salle en disant qu’il n’avait rien entendu d’aussi mauvais. On n’a pas le droit de faire ça, même si c’est vrai”.

Q: Vous lui avez écrit “Retiens la nuit”, qui l’a fait interprète…

R: “Mais il était un bon interprète ! Comment ne s’en sont-ils pas rendus compte pendant toutes ces années ?”

Q: “Outre le talent, la détermination explique votre réussite. Elle se voyait dans vos concerts…

R: “Ce n’est pas que j’en voulais tellement: je voulais surtout placer ce que je savais faire, c’est différent. J’ai fait de la danse classique, de la variété, du théâtre… Je me suis dit que si j’imprégnais mes chansons de toutes ces expériences, je trouverais mon style. Et c’est devenu +du Aznavour+.”

Q: D’autres, comme Yves Montand, étaient aussi dans l’incarnation…

R: “Montand faisait des gestes. (Il se lève et marche sur place, bras ballants) +Tam, tam-tam, sur les grands boul’vards!+ Mais en quoi on reconnaît les grands boulevards ? En rien ! Il était pourtant studieux. Alors que moi, j’arrive sur scène en me demandant ce que je vais faire, et je le fais…”

Q: Y a-t-il un artiste avec lequel une émulation s’est créée ? Gilbert Bécaud peut-être ?

R: “Pas vraiment. Lui, il voulait être le premier partout. Par exemple, il a été très malheureux de me voir faire le Muppet Show. Il m’a demandé comment j’avais fait. Je lui ai dit qu’on me l’avait juste demandé et il m’a répondu: +je suis jaloux+”.

Q: Dans votre dernier livre (“Retiens la vie”) vous affirmez ne jamais manger avant un concert, ni boire pendant. Pourquoi ?

R: “Je n’aime pas voir quelqu’un en eau sur scène. J’ai juste trouvé la façon. La modernité ce n’est pas d’être moderne. C’est d’être de son temps. Je n’aime pas qu’on dise que je suis vieux. Je ne suis pas vieux, je suis âgé. Ce n’est pas pareil”.

Q: Vous continuez de chanter en langues étrangères ?

R: “J’aime faire plaisir aux personnes qui viennent m’écouter, alors qu’elles ne comprennent pas le français”.

Q: Préparez-vous un nouvel album ? R: “J’ai 40 chansons d’avance. Je vais en enregistrer une douzaine pour commencer. Puis je vais en distribuer. Après tout, avant je gagnais ma vie comme ça, en étant chanté par les autres”.

avec AFP

Commenter l'article avec votre compte Facebook

Autre
Par Autre octobre 1, 2018 14:13
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire

Les dernières infos

Suite...