Saint-Martin : Priorité aux enfants pour la Fondation de France

Marc Banyuls
Par Marc Banyuls septembre 20, 2018 20:36

Saint-Martin : Priorité aux enfants pour la Fondation de France


Mardi dernier, l’association Foundation for Hope a organisé une conférence de presse pour remercier la Fondation de France qui lui a permis de mettre en place, le 28 et 29 juillet ainsi que le 25 et 26 août dernier, les animations aquatiques baptisées « Summer Family Fun Bounce & Splash ».

Deux week-ends durant lesquels le terrain de Bellevue, où se trouvent les jardins communément appelés les jardins des rastas, s’est converti en parc aquatique qui a accueilli plus d’un millier de personnes.

Le président de l’association Foundation for Hope, Paul Whit, et Karine Meaux, responsable de programmes et de fondations Solidarités Internationales de la Fondation de France ont exposé leurs actions à la suite du cyclone Irma. Pour Paul Whit, l’objectif premier était d’offrir aux enfants de Saint-Martin un événement convivial pour tenter d’oublier le cyclone Irma. Pour organiser ces deux événements, la Fondation de France a participé à hauteur de 56 000 euros, auquel se sont ajouté 7 000 euros de la Collectivité, ainsi que la participation de partenaires privés et des visiteurs qui ont payé une entrée de 10 euros. Au final, le budget global s’est élevé à 96 000 euros.

De l’argent public confié à la Fondation de France

Karine Meaux a tenu à rappeler que le jour même de l’ouragan, la Fondation de France a décidé d’ouvrir un appel aux dons, « et à ce jour nous avons collecté un peu plus de 14,5 millions d’euros ».

Tout en affirmant qu’il est « important de rappeler que ces 14,5 millions d’euros ne sont pas tombés du ciel. Ce sont des enfants qui se sont mobilisés dans une école pour vendre des gâteaux pour collecter un peu d’argent, ce sont des vieilles dames qui sont venues en vacances, il y a 20 ans, à Saint-Martin et qui ont été choquées par les images qu’elles ont vues à la télé, ce sont des entreprises qui ont organisé des campagnes pour mobiliser des fonds pour aider les personnes sinistrées par les ouragans. C’est de l’argent privé qui est confié à notre organisation, et notre travail, c’est d’essayer de redistribuer cet argent à des associations de confiance, qui mènent des actions pour les populations les plus vulnérables ».

Il faut que les enfants jouent et se distraient

Un an après Irma, la Fondation de France a déjà engagé 10 millions d’euros sur les 14,5 millions collectés. « On participe sur quatre domaines d’intervention ; l’aide sociale et psychologique, la relance économique, la reconstruction et l’aide pour les enfants, l’éducation et la culture », assure Karine Meaux. Ce qui l’a frappé lors de son arrivée quelques jours après le passage d’Irma, « c’est la destruction du bâti. C’était très impressionnant. Mais on n’oublie pas aussi que suite à une urgence comme celle-là, il est important de reconstruire les hommes et les femmes, et surtout les enfants. On a cherché beaucoup de projets dans ce sens-là, au-delà de la reconstruction de l’habitat ».

Au mois de novembre 2017, la Fondation de France a reçu le projet de SXM Horizon « qui nous demandait un appui financier pour développer cette activité de parc d’attractions pour les enfants. Très honnêtement, quand j’ai reçu ce projet, je me suis dit, mais comment on va pouvoir soutenir un tel projet, alors que les gens n’ont pas de toits sur leur tête (…) Il se trouve que le week-end d’après, j’allais chez des amis en banlieue parisienne et le parc était rempli d’enfants qui jouaient malgré la pluie. Et là, je me suis dit, il n’y a pas que les maisons, la relance économique… Il faut que les enfants jouent, qu’ils se distraient, etc. Quand on a présenté le projet à notre comité de sélection, qui est composé d’experts qui valident l’ensemble des projets qui sont présentés par les associations, il n’a eu aucune hésitation ».

Trouver des partenaires publics et privés

Karine Meaux assure que depuis son retour aux Antilles « on entend beaucoup parler des enfants. On sent bien cette préoccupation, cette priorité à donner aux enfants de Saint-Martin, parce qu’ils sont l’avenir. On a discuté avec M. Paul Whit et on voit que cet événement a été un grand succès. Donc on va proposer à notre comité de poursuivre notre soutien. Mais la Fondation de France ne sera pas à Saint-Martin pour toujours, donc on espère que l’association pourra trouver des soutiens publics, privés, pour pouvoir poursuivre cette activité pour les enfants ».

Marc Banyuls

Commenter l'article avec votre compte Facebook

Marc Banyuls
Par Marc Banyuls septembre 20, 2018 20:36
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire

Les dernières infos

Suite...