Saint-Martin : Ouverture officielle de la Semaine des Droits de l’Enfant

Octavi de Lloà
Par Octavi de Lloà novembre 21, 2016 19:48

Saint-Martin : Ouverture officielle de la Semaine des Droits de l’Enfant

La salle des délibérations de l’Hôtel de la Collectivité ressemblait à une cour d’école, en moins bruyante, avec 80 jeunes élèves qui ont assisté à l’ouverture officielle de la Semaine des Droits de l’Enfant.

« Vous avez des rêves, peut-être que tous ne pourront pas être réalisés, mais en tout cas vous devez pouvoir les exprimer », Michel Sanz, chef de l’Education Nationale et représentant du recteur.

« Vous avez des rêves, peut-être que tous ne pourront pas être réalisés, mais en tout cas vous devez pouvoir les exprimer », Michel Sanz, chef de l’Education Nationale et représentant du recteur.

Une semaine dédiée aux enfants et qui trouvera son épilogue ce samedi.

Une cérémonie à laquelle ont participé la préfète Anne Laubies, le chef de l’Education Nationale et représentant du recteur, Michel Sanz, l’inspecteur de la circonscription des îles du Nord, Dominique Boyer, la ministre de l’Education, de la Jeunesse, de la Culture et des Sports de Sint-Maarten, Silveria Jacobs, ainsi que les conseillers territoriaux René-Jean Duret et Antero Santos Paulino.

« Aujourd’hui, je vous propose de réfléchir à un droit et à un devoir », a déclaré le représentant du recteur aux enfants. Un droit, « celui de rêver (…) Il me semble que c’est important. Vous avez des rêves, peut-être que tous ne pourront pas être réalisés, mais en tout cas vous devez pouvoir les exprimer ».

Concernant le devoir, « il me semble important que vous puissiez compter sur nous, les adultes, en particulier dans les écoles, dans les collèges et les lycées, pour vous protéger des violences. Des violences verbales et des violences physiques ».

« Avec une population composée à 35 % de jeunes de moins de 19 ans, l’éducation et l’instruction sont incontournables (…) Nos enfants sont les adultes de demain », Antero Santos Paulino, conseiller territorial.

« Avec une population composée à 35 % de jeunes de moins de 19 ans, l’éducation et l’instruction sont incontournables (…) Nos enfants sont les adultes de demain », Antero Santos Paulino, conseiller territorial.

Michel Sanz a décidé, avec l’inspecteur d’Académie, de mener un combat, « celui de votre protection pour lutter contre les violences qui peuvent vous être faites, y compris dans les écoles, les collèges et les lycées ».

Des parents qui ne parviennent pas à éduquer leurs enfants

Avec une population composée à 35 % de jeunes de moins de 19 ans, « l’éducation et l’instruction sont incontournables », assure Antero Santos Paulino, qui représentait la présidente Aline Hanson. « Nos enfants sont les adultes de demain », et la Collectivité compte sur les parents « pour inculquer les solides valeurs à vos enfants, et leur apporter l’amour, la compréhension, la douceur, en évitant toutes forme de violence ».

Pas moins de 109 enfants ont fait l’objet, en 2015, d’une mesure d’Action Educative en Milieu Ouvert (AEMO) prononcé par le juge des enfants. Une mesure qui a doublée, puisque de 2012 à 2014, le nombre de décisions s’élevait à 50 par an.

« A l’école, au collège, au lycée, vous apprenez non seulement ce qu’il faut savoir, mais vous apprenez fondamentalement la vie en société. Vous apprenez à devenir des adultes », Anne Laubies, préfète de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin.

« A l’école, au collège, au lycée, vous apprenez non seulement ce qu’il faut savoir, mais vous apprenez fondamentalement la vie en société. Vous apprenez à devenir des adultes », Anne Laubies, préfète de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin.

Cette mesure permet aux parents, qui ne parviennent plus à assurer convenablement l’éducation de leurs enfants, de retrouver les possibilités d’exercer leur autorité parentale.

Par ailleurs, Antero Santos Paulino a annoncé « un projet qui nous tient particulièrement à cœur (…) La création d’un foyer éducatif. Il répond prioritairement aux objectifs que c’est fixée la Collectivité en matière de protection de l’enfance et à un réel besoin au niveau local ».

Apprendre à devenir des adultes

« Vous parlez français, vous parlez anglais, certains d’entre vous parlez espagnol, ce sont des atouts pour votre vie de demain, parce que votre vie de demain nous sommes en train de la construire », a assuré la préfète Anne Laubies aux jeunes enfants.

Tout en leur expliquant l’importance de l’éducation, « parce que pendant la période où vous êtes à l’école, au collège, au lycée, vous apprenez non seulement ce qu’il faut savoir, mais vous apprenez fondamentalement la vie en société. Vous apprenez à devenir des adultes ».

Et ce que souhaitent les adultes, « c’est que demain, vous puissiez participer à la vie sociale, à la vie collective de Saint-Martin, ou d’ailleurs. Que vous puissiez découvrir le monde, trouver votre voie, que vous puissiez être heureux en famille, professionnellement. Avoir l’impression, le sentiment que vous participez à la vie d’adulte que vous allez devenir ».

Photo Une : L’ouverture de la Semaine des Droits de l’Enfant s’est ouverte dans la salle des délibérations en présence de 80 jeunes élèves.

Octavi de Lloà

Commenter avec votre compte Facebook

Octavi de Lloà
Par Octavi de Lloà novembre 21, 2016 19:48
Écrire un commentaire

2 Commentaires

  1. Mahttha Mishnouv novembre 22, 01:05

    C’est l’inspecteur de la circonscription des îles du Nord et non l’inspecteur d’académie

  2. F. LETUVEE novembre 21, 22:52

    @ Mahttha Mishnouv : Fixed, merci !

Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*