Saint-Martin’s Week : Une possible reprise, mais…

Octavi de Lloà
Par Octavi de Lloà septembre 24, 2016 07:25

Saint-Martin’s Week : Une possible reprise, mais…

PUB

L’éventuel rachat du feu Saint-Martin’s Week fait toujours couler autant d’encre et suscite un intérêt quant à l’éventuel repreneur.

Un certain nombre d’acquéreurs seraient sur le coup, mais le nom de Jean-Paul Fischer circule avec insistance dans le landernau local. Explications de l’intéressé.

L’homme d’affaire affirme ne pas avoir fait, pour l’instant, d’offre de rachat, « je suis vaguement intéressé, mais ça s’arrête là. Je sais qu’il y a beaucoup de gens qui s’y intéressent et qui ne sont pas en relation avec moi ». Et de préciser que « quand j’y vais, j’y vais tout seul ! ». Voilà qui a le mérite d’être clair…

Le paysage médiatique a été quelque peu chamboulé et a désorienté quelques institutions et personnalités, car si les journaux numériques intéressent beaucoup de lecteurs locaux, mais aussi de par le monde, la presse écrite qui peut être diffusée massivement, fournit surtout une information localement. Et c’est ce que recherchent certains investisseurs…

Effectivement le Saint-Martin’s Week avait sa place et intéressait beaucoup de lecteurs, mais nombreux étaient ceux qui lui reprochaient sa ligne éditoriale qui consistait à ménager la chèvre et le chou.

Jean-Paul Fischer considère « qu’un organe de presse est là pour informer les gens », car la situation à Saint-Martin « est tellement difficile et tellement grave qu’à un moment donné il faut dire la vérité aux gens ».

Pas achetable, pas vendable, pas corruptible

« Je ne suis pas fondamentalement attaché au Saint-Martin’s Week, mais à un moment donné on m’a sollicité. Bon, pourquoi pas. Maintenant je vais regarder, je ferai peut-être une proposition ». Mais, en bon Lorrain qui a la tête sur les épaules et le sens des réalités, « je ne ferais pas n’importe quoi ».

Avant de poursuivre, « ceci étant, pourquoi pas. Ça fait partie des choses qui sont dans le domaine du possible et amusantes ». Car Fischer n’a pas fondamentalement besoin d’avoir un journal pour exister, mais, pour le fun, cette opportunité reste une bonne éventualité. Ce dernier est aussi pour la diversité de l’information pour « ne pas être prisonnier de la pensée unique ».

Depuis que la nouvelle, d’une éventuelle reprise par l’homme d’affaire, est sortie, « ça tire dans tous les coins, parce que visiblement ma candidature embête un certain nombre de personnes. Ils savent pertinemment que je ne suis pas achetable, je ne suis pas vendable, je ne suis pas corruptible ».

Jean-Paul Fischer avoue, « il y a des contacts », mais « je dirai ce que j’ai à dire le moment venu ».

Octavi de Lloà

Commenter avec votre compte Facebook

PUB

Octavi de Lloà
Par Octavi de Lloà septembre 24, 2016 07:25

Les dernières infos

Suite...