Economie : La CCISM et la révolution numérique

Octavi de Lloà
Par Octavi de Lloà septembre 22, 2016 16:59

Economie : La CCISM et la révolution numérique

Accompagné de la 1e vice-présidente Angèle Dormoy, le président de la CCISM (Chambre Consulaire de Saint-Martin, Jean Arnell a évoqué, lors d’une conférence de presse, la CCI de demain.

65 % des enfants qui entrent à l’école primaire, à l’heure actuelle, vont œuvrer dans un emploi qui n’existe pas aujourd’hui.

65 % des enfants qui entrent à l’école primaire, à l’heure actuelle, vont œuvrer dans un emploi qui n’existe pas aujourd’hui.

Une adaptation aux technologies de demain qui devraient faciliter le travail des entreprises.

« Le monde change, notre économie change et l’exigence des entreprises change », assure Jean Arnell, « aujourd’hui, l’entreprise peut-être sur Internet à toute heure de la journée pour passer une commande », et ces entreprises réclament au service public « le même niveau de disponibilité de leurs services, le même niveau d’accessibilité et la même performance ».

Dans ce contexte, depuis deux ans les CCI de France, mais aussi les Chambres de Métiers, les Chambres d’Agriculture, réfléchissent à leur adaptation à ce nouveau modèle. Arnell précise que « des économistes prédisent l’avènement d’une 4e révolution industrielle qui unifie, ce monde numérique mais aussi le monde de la physique, de la biologie ».

Les Chambres doivent être les leaders de cette transformation numérique

Les entrepreneurs d’aujourd’hui sont des entrepreneurs différents, assure Jean Arnell, et « les secteurs traditionnels demeureront, mais on va avoir de nouveaux secteurs, de nouveaux entrepreneurs ». Et de prendre à témoin le rapport du Forum Economique Mondial, paru en janvier 2016, qui prévoit que 65 % des enfants qui entrent à l’école primaire, à l’heure actuelle, vont œuvrer dans un emploi qui n’existe pas aujourd’hui.

« Ca veut dire que l’entrepreneur du futur est un entrepreneur qui va évoluer dans une économie bleue, une économie circulaire, une économie verte, une économie numérique, mais une économie différente », augure le président de la CCI. Car « il y a 30 ans, les grandes valeurs du monde n’étaient pas Apple, Amazone, Microsoft, Google… C’était autre chose » et « il est important que nous, en tant que Chambre, on soit les leaders de cette transformation digitale ».

Un concept en trois parties

Les CCI de France ont mis en place un concept défini en trois blocs, « le e-service, un ensemble de services numériques accessibles 24h/24 aux entreprises, la CCI-Data, pour exporter les données dont nous disposons, ainsi que les données du CFE et les autres données du territoire, pour aider les entreprises dans leur implantation, enfin la CCI-Campus, c’est-à-dire la création d’un espace ouvert collaboratif aux entreprises, pour les accompagner et offrir plus de services ».

Au niveau de la CCI de Saint-Martin, « nous allons très prochainement implémenter ces trois grands blocs du concept de CCI de demain (…) Avec l’équipe du Centre de Formalité des Entreprises, nous allons travailler sur le développement de nos e-services », mais aussi réfléchir à la façon dont les données de la CCI et celles qui sont disponibles sur le territoire peuvent contribuer à l’attractivité de Saint-Martin.

Photo une : « Des économistes prédisent l’avènement d’une 4e révolution industrielle qui unifie, ce monde numérique mais aussi le monde de la physique, de la biologie », Jean Arnell, président de la CCI de Saint-Martin.

Octavi de Lloà

 

Commenter avec votre compte Facebook
Octavi de Lloà
Par Octavi de Lloà septembre 22, 2016 16:59

Les dernières infos

Suite...