Enseignement : Le recteur d’Académie fait la rentrée à Saint-Martin

Octavi de Lloà
Par Octavi de Lloà août 31, 2016 20:34

Enseignement : Le recteur d’Académie fait la rentrée à Saint-Martin

Accompagné de son comité de direction, le recteur d’Académie, Camille Galap, a consacré la journée de mercredi à la rentrée scolaire dans les îles du Nord.

« Dans certaines classes, les CP, CE1, CE2, il était important qu’on ait deux enseignants avec des pédagogies un peu différentiées et qui font le travail pour pouvoir étayer, conforter, les fondamentaux pour ces élèves », Camille Galap, recteur d’Académie de Guadeloupe.

« Dans certaines classes, les CP, CE1, CE2, il était important qu’on ait deux enseignants avec des pédagogies un peu différentiées et qui font le travail pour pouvoir étayer, conforter, les fondamentaux pour ces élèves », Camille Galap, recteur d’Académie de Guadeloupe.

C’est au Centre culturel de Sandy Ground que les chefs d’établissements, directeurs d’école et autres personnels de l’éducation nationale de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin ont assisté aux interventions des responsables de l’Académie de Guadeloupe.

Pour cette rentrée scolaire, l’essentiel des gros dossiers concerne la mise en place de la réforme des collèges, « puisque depuis l’année dernière nous y travaillons. Maintenant nous devons tout mettre en œuvre pour cette rentrée, avec la mise en place du nouveau diplôme national du brevet (DNB) qui aura lieu en juin prochain », assure le recteur d’Académie.

Le volet numérique est quelque chose d’important et l’Académie de Guadeloupe « est très en avance par rapport à ses coopérations avec les collectivités. Et c’est vrai que sur Saint-Martin il y a une Collectivité qui est très attentive à ce qui peut se passer au niveau du numérique ».

Les mesures de sécurité, suite aux attentats, sont aussi à l’ordre du jour, d’autant que la ministre de l’Education Nationale a rappelé « qu’il fallait que dans l’ensemble des établissements on soit en mesure de former tous nos cadres, et aussi nos élèves, à avoir les bons gestes, postures, en cas d’intrusion dans l’établissement ».

Le recteur souligne que le fait d’être sur un territoire avec des risques sismiques et cycloniques « les postures d’alerte sont déjà un petit peu en ordre de marche. On a un petit peu d’avance là-dessus ».

Par ailleurs, il est prévu que des rondes de police et de gendarmerie soient organisées autour des établissements scolaires, « et puis ce qu’on demande aux établissements c’est d’être très attentifs à ce qui se passe aux abords, éviter les regroupements d’élèves, et tout ce qui pourrait mettre en danger. Sans tomber dans la psychose permanente… ».

Favoriser l’apprentissage du français pour les enfants anglophones et hispanophones

Pour cette rentrée, l’Académie a mis un accent particulier sur la scolarisation des enfants de moins de trois ans. Une décision qui aurait plusieurs avantages, notamment de socialiser ces enfants le plus tôt possible.

Autre dispositif important, la question liée au « plus de maîtres que de classes. C’est-à-dire que dans certaines classes, les CP, CE1, CE2, il était important qu’on ait deux enseignants avec des pédagogies un peu différentiées et qui font le travail pour pouvoir étayer, conforter, les fondamentaux pour ces élèves-là et qu’ils soient dans une dynamique de réussite par la suite ».

Si l’Académie va continuer à soutenir le réseau d’éducation prioritaire (REP), un projet original, quasiment unique au niveau national, va être mis en place à Saint-Martin avec le lancement de la formation d’enseignant du 1er degré sur le Français langue étrangère. Une formation qui se fera avec la participation du CNED. « Avec la spécificité locale et avec le nombre d’enfants anglophones ou hispanophones, le fait que les enseignants aient cette compétence-là, ce sont des choses qu’on pourra utiliser dans les années à venir et qui aura un effet bénéfique pour favoriser l’apprentissage du français pour tous ces enfants qui ont d’autres repères linguistiques autres que le français ».

Pas question de mettre des gens non formés devant les élèves

Concernant le bilinguisme, le recteur Galap considère qu’à Saint-Martin il y a un dispositif très « offensif » sur les classes bilingues et ce dès les classes élémentaires. « J’ai obtenu des moyens spécifiques pour Saint-Martin sur la base de projets autour du Français langue étrangère et puis sur les classes bilingues. J’ai obtenu cinq postes dans le 1er degré, que nous allons pouvoir déployer cette année, pour monter en puissance dans les années qui viennent ».

Sur Saint-Barthélemy et Saint-Martin le nombre d’élèves s’élève à 10144 pour la rentrée 2016, un chiffre stable puisque pour l’année 2015-2016 il y avait 10033 élèves.

Le recteur se veut rassurant en affirmant que « nous sommes en mesure, aujourd’hui, d’assurer aux parents que cette rentrée sera bien organisée, avec un enseignant dans chaque classe. Et si on a des besoins de remplaçants on verra comment on utilise la brigade de formation académique, voire la brigade constituée de remplaçants. En tout cas, il n’est pas question qu’on mette des gens qui ne sont pas formés devant des élèves ».

Illustration Une : « J’ai obtenu des moyens spécifiques pour Saint-Martin sur la base de projets autour du Français langue étrangère et puis sur les classes bilingues. J’ai obtenu cinq postes dans le 1er degré », Camille Galap, recteur d’Académie de Guadeloupe.

Octavi de Lloà

Commenter avec votre compte Facebook
Octavi de Lloà
Par Octavi de Lloà août 31, 2016 20:34

Les dernières infos

Suite...