Saison cyclonique 2016 : Derniers réglages du dispositif ORSEC

Octavi de Lloà
Par Octavi de Lloà mai 22, 2016 18:31

Saison cyclonique 2016 : Derniers réglages du dispositif ORSEC

Vendredi matin a eu lieu la préparation de la prochaine saison cyclonique dans le cadre du dispositif ORSEC (Organisation des secours). Cette réunion, sur l’état des lieux des moyens mis à disposition et des besoins du territoire pour la saison cyclonique, a eu lieu à l’Hôtel de la Collectivité en présence des autorités, civiles et militaires, ainsi que des forces vives du territoire.

orsec2C’est en présence, entre autres, de la préfète déléguée Anne Laubies, du vice-président Wendel Cocks, du conseiller territorial René-Jean Duret, également président de la SNSM, et de Louis Fleming et Charlotte Terrac de la cellule prévention des risques, que la présidente Aline Hanson a ouvert les débats.

La saison cyclonique débute le 1er juin et se poursuit jusqu’au 30 novembre, ainsi tous les acteurs de la sécurité et de la prévention des risques naturels s’étaient donné rendez-vous pour cette grand-messe, et échanger sur l’organisation avant, pendant et après le passage d’un cyclone.

« En cas de phénomène, la Collectivité intervient en complémentarité de l’organisation mise en place par la préfecture », a précisé la présidente Hanson, « avec l’objectif d’apporter une réponse de proximité à la population et de veiller à la continuité du service public ».

Une organisation qui ne peut se mettre en place que « grâce à la mutualisation des moyens, à une bonne méthodologie et au partenariat entre les services de la Collectivité, de l’Etat et les acteurs du terrain ».

Les autorités de Sint-Maarten sont partie prenantes dans ce partenariat, « et nous travaillons actuellement ensemble sur la formalisation d’une vigilance cyclone commune », assure la présidente de la Collectivité.

Informer les services, les élus et la population

Le dispositif ORSEC doit permettre, notamment, d’adopter une réponse graduée et cohérente des autorités et opérateurs face aux phénomènes susceptibles de concerner les collectivités, établir clairement les procédures nécessaires pour informer les services, les élus et la population. Mais également, définir les mesures collectives adaptées à l’évolution de la situation et au niveau de dangerosité du phénomène et enfin décrire les dispositifs de gestion de crise à mettre en œuvre.

La liste des services et opérateurs à contacter diffère suivant les missions de chacun, de leurs degrés de responsabilités et selon le degré d’évaluation du danger classifié en ; jaune, orange, rouge, violet ou gris.

Un fascicule d’information destiné à la population

La cellule de crise de la préfecture s’est modernisée et s’est dotée, récemment, d’un automate d’appels qui permet, en quelques minutes, d’adresser des informations et des messages par SMS, par message vocal, par fax et par courriel à un grand nombre de destinataire et cela de façon simultanée. Ainsi, une soixantaine de contacts sont à ce jour enregistrés dans l’application et les premiers tests ont été effectués lors du dernier exercice Caribewave.

« Dans le cadre de la prévention cyclonique, la Collectivité a réalisé un document d’information territorial sur les risques majeurs (DITRIM) », rappelle la présidente Hanson, « ce fascicule est un outil de communication vers la population ».

Un document qui est distribué dans tous les établissements scolaires de Saint-Martin, ainsi quand divers lieux stratégiques du territoire, depuis le mois d’octobre 2015.

Octavi de Lloà

 

Commenter avec votre compte Facebook

Octavi de Lloà
Par Octavi de Lloà mai 22, 2016 18:31
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*