ST Barth: Meurtre dans la rue

Rédaction
Par Rédaction avril 5, 2011 21:28

ST Barth: Meurtre dans la rue

Rodrigue, Jean René avec la photo de leur maman, René Marc, les trois fils de Maricile VINCENT

Grâce à l’intelligente gestion de la visite des trois fils de Maricile, Caroline de Radio Calypso, a su spontanément leur proposer de rencontrer la presse et c’est dans les locaux de la radio que nous avons rencontrer trois frères qui nous ont raconté ce qu’ils ‘savaient’ du meurtre de leur maman, survenu Dimanche  dernier, vers 19H, devant le port près de la pharmacie à St Barthélémy.

Maricile Vincent, 57 ans, employée à l’hôtel Carl Gustav en tant que plongeuse quitte son travail Dimanche vers 19H, c’est alors que ‘sortie de nulle part’ une femme l’agresse et lui assène des coups à l’arme blanche, de nombreux coups à répétition, la pauvre dame s’effondre, un passant apercevant la scène tente d’intervenir mais comprend vivement qu’il va recevoir le même sort et fuit s’enfermer dans son véhicule d’où il contacte les gendarmes. Ces derniers prendront contact avec la gendarmerie de Saint Martin qui se chargera du protocole envers les enfants de Maricile Vincent à leur domicile de Rambaud pour leur annoncer le décès de leur maman et les prier de venir reconnaître le corps. Rodrigue, René Marc et Jean René ont pu échanger une brève conversation avec les gendarmes et ont appris que la femme qui a porté les coups  mortels était selon leur récit:

connue des services de police, elle aurait été expulsée de Saint Barthélémy en métropole il y a environ 3 ans car elle agressait régulièrement les personnes ou leurs animaux domestiques; puis elle aurait trouvé un moyen de revenir en premier lieu à Saint Martin,  3 mois environ, puis à  à Saint Barthélémy où elle était sans domicile fixe. De nombreuses plaintes s’acheminant, les gendarmes ont effectué à trois reprises une interpellation avec fouille, car la personne était décrite comme porteuse d’une arme, mais ils n’auraient rien trouver sur elle… Mais ils savaient que cette personne était un danger public , ils n’ont rien fait pour éviter cette situation. Elle était bien connue de tous les restaurants car elle les agressait pour la nourriture; les gendarmes ont dit qu’elle ne fumait pas et ne buvait pas mais elle était dérangée psychologiquement. Les gendarmes  nous ont trouvé parce qu’ils ont retrouvé dans la petite valise de notre mère différents papiers, ils nous ont appelés vers 10H40 le soir pour nous dire que notre mère a été agressée et a reçu une trentaine de coups de couteaux et est décédée, je n’ai pas pu y croire…  Je voudrais porter plainte parce que personne n’en parle pour ne pas ébruiter l’affaire et entacher la réputation de St Barth, ce que je n’ai pas trouvé normal c’est qu’ils disent qu’ils vont la placer (la personne qui a agressé) dans une maison pour fou. Cette femme depuis 3 semaines avait augmenté ses agressions, elle a ‘couru’ un garçon avec un couteau et attendait les gens au coin des rues pour les agresser.  Nous sommes allés à ST Barth, ils nous ont amené de partout, à la gendarmerie, où habitait notre mère car nous devions récupérer les choses qui lui appartenaient, ils ont dit qu’ils essayaient de trouver des preuves pour l’enquête, il y a un témoin mais on ne connaît pas son nom, nous n’avons pas d’informations, le gendarme nous a dit de prendre un avocat pour avoir des informations. Nous ne savons même pas où est notre maman, ils ont dit qu’ils allaient l’envoyer à Saint Martin pour l’autopsie mais on ne sait rien, ils ont dit qu’ils enverraient l’acte de décès le 14… A Saint Barth ils n’enterrent pas les étrangers alors nous devrons l’enterrer ici…”

Ce soir nous avons repris contact avec les 3 frères qui ont un rendez- vous demain à 14H avec le Procureur de la République , nous  communiquons le numéro de Rodrigue à tous ceux qui souhaiteraient l’appeler pour faire un geste de générosité, de soutien, en vue des frais des obsèques: 06 90 826 952

Commenter avec votre compte Facebook
Rédaction
Par Rédaction avril 5, 2011 21:28