Un étudiant désabusé : Lettre ouverte à Madame la Presidente de la Collectivité Territoriale de Saint-Martin

Autre
Par Autre novembre 24, 2015 06:54

Un étudiant désabusé : Lettre ouverte à Madame la Presidente de la Collectivité Territoriale de Saint-Martin

Lettre ouverte à Madame la Présidente de la Collectiviteé Territoriale de Saint-Martin

Madame la Présidente,

Le 29 septembre 2015 paraissait dans les médias locaux une lettre ouverte qui vous était adressée et qui portait au grand jour les dysfonctionnements qui règnent autour de la bourse d’enseignement supérieur 2014-2015 octroyée par la Collectivité Territoriale de Saint-Martin. Vous aviez alors répondu par un communiqué par voie de presse, réponse d’ailleurs qu’on peut également trouver sur le site officiel de la collectivité et qui commence par les mots suivants :

« Je sais qu’en ce début d’année scolaire une partie de nos jeunes a courageusement entamé un processus de formation qui leur permettra – à termes – de favoriser leur insertion dans le monde du travail ; et je soutiens et soutiendrai toujours ces prises de décisions. ».

Madame la Présidente, je tiens sincèrement à vous remercier d’avoir concrétisé votre soutien aux étudiants sous forme d’une aide financière pour nous accompagner concrètement au cours de nos études.

Il a fallu retenir et malheureusement écarter certains dossiers au regard des critères qui s’imposent à vous, et en ce sens j’ai conscience d’être « un privilégié ». Oui je mets ce mot entre guillemet car il n’est malheureusement pas adapté. En effet la société et l’Etat dans lequel nous vivons, à la si belle devise « Liberté, égalité, fraternité », ce sont toujours attachés à ce que le statut social des individus d’une génération ne dépende plus des caractéristiques morales, ethniques, religieuses, financières et sociales des générations précédentes. Je pourrai dire en ce sens que je ne suis pas un privilégié, mais rien n’est acquis notamment au moment des traitements des demandes, des délibérations en conseil sur l’attribution des budgets et pis encore quand je lis les réponses et la mentalité de certains saint-martinois(es) suite à la première lettre ouverte…

Tout est relatif, rien n’est certains et encore moins les promesses, ne dit-on pas à raison que les promesses n’engagent que ceux qui y croient ? Sachez Madame la Présidente que vous avez donné pleinement sens à cette vérité et ce contre votre gré. Je vous cite à nouveau :

« Pour l’année universitaire 2014-2015, le solde sera versé à tous les étudiants qui ont fourni les pièces nécessaires. »

« Les derniers versements seront mandatés cette semaine à tous les étudiants dont le dossier est en règle. Ces derniers recevront le solde de la bourse (40%) qui leur a été accordé, et je me réjouis que cette somme puisse les aider dans leur parcours d’étudiant. Je sais que les services ont pris du retard sur un certain nombre de dossiers et injonction leur est faite de régler tous les dossiers complets en instance. »

Il est vrai que suite à votre réponse, et au courant de la dite semaine (du 7 au 14 octobre) une bonne partie des étudiants « qui ont fourni les pièces nécessaires » a bel et bien reçu le second versement de leur bourse 2014-2015. Quant à nous autres qui avons également « fourni les pièces nécessaires » nous sommes tout simplement bafoués une fois de plus, et ce encore à plus d’un mois et demi soit encore plus de six semaines après votre réponse.

Un flou absolu règne toujours au sein du service de la Bourse d’Études Supérieures qui ne fait que nous dire « Bientôt » mais en nous expliquant tout de même que tout a été transmis au service financier. Madame la Présidente je vous demande des explications. Pourquoi certains

étudiants reçoivent en temps et en heure leur versement et d’autres non ? Ce choix d’étudiant a-t-il été fait aléatoirement (je l’espère) ou dans le cas contraire quels ont été vos critères pour choisir qui méritait ou non d’être sorti de cette situation de précarité ? Que se passe-t-il au sein du service financier de cette collectivité territoriale française ?

Quand on affirme haut et fort quelque chose qui par la suite est clairement erroné il n’y a que trois possibilités : soit on a menti, soit on s’est trompé ou enfin on n’a pas tenu promesse. Par respect pour vous et de tout ce que vous représentez j’élimine d’ores et déjà la première possibilité. J’aurai tant voulu dire que vous vous êtes trompée mais comme une injection venant de vous avec un délai clair et net a été faite, je ne peux que dire que vous n’avez pas tenu promesse. Et pour la femme politique que vous êtes c’est décevant car un décideur (ou celui ou celle qui soutient et soutiendra toujours une décision) doit montrer ce que signifie tenir sa parole et se tailler une réputation de fiabilité.

Je passerai sous silence l’aspect ridicule et complètement absurde qu’étant scolarisé en tant qu’étudiant pour l’année scolaire 2015-2016 je n’ai toujours pas reçu en totalité les fonds qui devaient m’aider pour l’année scolaire 2014-2015. C’est pour cela que je vous propose Madame la Présidente de remplacer dans le nom de la bourse la mention 2015-2016 par 2015-2017 ou mieux encore 2016-2017 avec cela vous ne serez plus en retard d’un an…

Pour conclure, dans le cadre de mes études j’ai lu un livre intitulé « Le pouvoir de la confiance » et dans lequel il est écrit à un moment « Tenir vos engagements repose sur les principes suivants : intégrité, réalisation, courage et humilité. Ce commandement est étroitement lié à d’autres comme parler franc et fournir des résultats ». Tenez vos engagements s’il vous plait Madame la Présidente surtout celui-là :

« Je souhaite une bonne année universitaire à l’ensemble des étudiants saint-martinois et je maintiens mon engagement envers la Jeunesse qui reste au centre de nos politiques publiques. »

La situation est juste invivable au quotidien.

Un étudiant désabusé

Commenter avec votre compte Facebook

Autre
Par Autre novembre 24, 2015 06:54
Écrire un commentaire

7 Commentaires

  1. Gilles Kelaïdites sur Facebook novembre 24, 14:15

    Encore une lettre ANONYME !
    A SXM, tout le monde ou presque a peur de critiquer ou de caricaturer les élus publiquement, en son nom.
    On dirait la Russie ! la liberté d’expression de la République est bien loin.
    C’est vraiment grave.

  2. Colette Greaux sur Facebook novembre 24, 14:40

    les parents qui veulent vraiment leur enfants partir travailler plus dur .moi jai travailler dur sans laide de la Collectivite et mes 2filles ont obtenu leur BTS .

  3. F. LETUVEE novembre 24, 16:54

    Gilles, cette lettre n’est pas anonyme parce que dans ce cas, elle ne serait pas publiée… il s’agit de protéger aussi son auteur… ce qui est un droit…

  4. Gilles Kelaïdites sur Facebook novembre 24, 16:58

    J’avais compris 🙂

  5. François novembre 24, 18:10

    Cher étudiant désabusé,
    C’est trop long, trop embrouillé et trop répétitif. Cela montre aussi que l’ironie n’est pas à la portée du premier venu.
    Pour ton information, ces aides que tu réclames tant, ce sont des aides “extra-légales”. Je traduis parce que tu n’as peut-être pas encore lu le bon livre : ça veut dire que tu n’as “droit” à rien, oui à rien, que dalle, zéro, vraiment rien.
    Tu as juste le droit d’être patient et, surtout, de remercier tes élus d’avoir la gentillesse de subventionner grassement tes études qu’on imagine brillantes.
    Et puis, être étudiant n’exclut pas de s’intéresser à la vie de la cité… Et oui, tu n’es pas la priorité des priorités et, tu l’as compris, tout le monde s’en fout de tes aides sociales, c’est dur, hein ?
    Travaille bien l’étudiant désabusé.

  6. Marie Siffer sur Facebook novembre 24, 22:40

    Ce n’est pas du tout cohérent comme propos.

  7. junior novembre 28, 11:00

    Je souhaite postuler pour une boursse d’études

Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*