Grâce au Soualiga Grassroots movement, vous pouvez enfin savoir si vous êtes saint-martinis… ou pas !

Igor Rembotte
Par Igor Rembotte juin 9, 2015 12:33

Grâce au Soualiga Grassroots movement, vous pouvez enfin savoir si vous êtes saint-martinis… ou pas !

“We are in a war here on Soualiga, because colonialism is an attack on a people and they have to defend them selves by any means necessary, that is the reason why we at the Soualiga Grassroots Movement are on the front line of this war.” … C’est ainsi qu’est vécu notre territoire par ceux qui forment le Soualiga Grassroots Movement. Pour les moins saint-martinois d’entre nous, ceux pour qui “l’anglais” est encore une langue étrangère dans un “pays” qui pourtant l’a maternelle, nous vous offrons une traduction non assermentée : “Nous sommes en guerre ici sur Soualiga, car le colonialisme agresse le peuple et il est de son devoir de se défendre par tous les moyens nécessaires, c’est la raison pour laquelle le Soualiga Grassroots Movement est en première ligne de cette guerre.”

Voilà, c’est sur ce fond de colonialisme moderne et avec un ton belliqueux que le Soualiga Grassroots Movement se fait fort de définir qui peut prétendre à une reconnaissance de sa saint-martinitude… ou non. Et les critères sont clairs, précis, sans détours, entre autres déistes ou relevant d’un droit du sang absent des codes de la République :

  • Un saint-martinois est une personne qui peut identifier sa généalogie localement depuis au minimum 1963. Il s’agit ici de liens de sang qui ne peuvent être altérés par la nationalité ou les frontières coloniales. Il ne s’agit pas d’être né ici ou né pour être ici, il s’agit de sang.
  • Un saint-martinois est une personne de foi
  • Un saint-martinois est une personne d’amour
  • Un saint-martinois est une personne qui prône l’unité
  • Les saint-martinois sont la friendly island
  • Les saint-martinois poursuivront la voie que Dieu leur a choisie dans leur vie et pour leur île car “vee say so” (“nous l’avons décidé”)

Le mouvement ne s’arrête naturellement pas là puisque le Soualiga Grassroots Movement a aussi un avis très arrêté dans les domaines de l’immigration et des manifestations publiques organisées par ceux qui ne seraient pas identifiés comme saint-martinois…

Ces idées, elles sont connues de toutes et tous, elles font le terreau du nationalisme et trouvent leur source pour ce qui concerne Saint-Martin dans ce redoutable sentiment d’invasion vécu depuis 1963 : aucun territoire au monde n’a subi une augmentation de la pression démographique comme l’a vécu l’île de Saint-Martin entre cette date et les années 2000.

C’est aussi sur ce sentiment d’invasion qu’un autre mouvement devenu l’un des plus puissants partis de France cultive son succès… alors, même cause même combat ? La venue prochaine et annoncée de Marine Le Pen sera-t-elle saluée par le Soualiga Grassroots Mouvement ? Le mouvement sera-t-il organisé et suffisamment populaire pour devenir Parti à l’approche de 2017 ?


Commenter avec votre compte Facebook
Igor Rembotte
Par Igor Rembotte juin 9, 2015 12:33

Les dernières infos

Suite...