Les voiles de St.Barth : Une entame prometteuse !

Autre
Par Autre avril 14, 2015 23:58

Les voiles de St.Barth : Une entame prometteuse !

Après une journée, hier, consacrée à la confirmation des inscriptions et aux derniers réglages, les 70 équipages engagés dans la 6e édition des Voiles de Saint-Barth sont entrés dans le vif du sujet, ce mardi. Profitant d’une bonne brise d’est soufflant entre 18 et 20 noeuds, le comité de course a d’abord lancé les petites unités (les Spinnaker 4, les Non-Spinnaker et les Melges 24 puis les Spinnaker 1, 2 et 3) sur un parcours de 23 milles entre le Pain de Sucre et l’anse Saint-Jean via Roches Roubes et Les Grenadins avant d’envoyer les plus gros bateaux de la flotte ainsi que les multicoques sur une boucle de 39 milles autour de l’île Frégate et Roche Plate. Comme attendu, le spectacle a été de toute beauté et la bagarre redoutable dans chacune des dix catégories en lice.

Phaedo 3 © Jouany Christophe

Phaedo 3
© Jouany Christophe

Deux heures et vingt-cinq minutes, c’est le temps qu’il aura fallu à Phaedo 3, l’ex MOD 70 Foncia de Michel Desjoyeaux, pour boucler le parcours du jour. L’équipage mené par l’Américain Lloyd Thornburg a, en effet, mené tambour battant sa machine, réussissant ainsi à conserver l’avantage au classement en temps compensé sur ses adversaires, Paradox de Peter Aschenbrenner – à bord duquel naviguait ce mardi un certain Loïck Peyron, parrain de l’évènement -, et Elvis de Stephen Cucchiaro. Chez les monocoques, si l’on peut déplorer le fait que Bella Mente skippé par Hap Fauth n’a pas pu partir, la faute à la casse de son œillet d’écoute de grand-voile survenu quelques minutes avant la procédure de départ, ce que l’on retiendra, c’est le scénario du premier duel très attendu entre les deux super Maxi Comanche et Rambler 88. Si le premier s’est adjugé la victoire en temps réel avec dix minutes (tout pile) d’avance sur son concurrent, le second, victime d’un souci de spi qui l’a contraint à terminer la course avec une configuration de voile pour le moins inhabituelle, s’octroie toutefois les honneurs en compensé. « Nous ne sommes pas vraiment surpris car George David a conçu son bateau pour bénéficier du handicap le plus avantageux possible, ce qui n’est pas le cas de Comanche », a déclaré Ken Read à son retour à terre. « Cela étant dit, nous sommes loin d’avoir dit notre dernier mot ».

Rambler 88 © Jouany Christophe

Rambler 88
© Jouany Christophe

Sans faute obligatoire

Son de cloche identique du côté de Peter Harrison, skipper du TP 52 Sorcha, qui termine sept minutes derrière Vesper qui s’installe en tête du classement provisoire des Spinnaker 0. « Nous avons commis quelques petites erreurs et dans notre catégorie, le niveau étant très homogène, la moindre faute se paie au prix fort », a déclaré le propriétaire Britannique. Même constat ou presque du côté de Peter Holmberg, tacticien à bord du Carkeek HP 40 Spookie, actuellement troisième au général, après une course. « Nous savons que nous pouvons battre les TP52 qui concourent dans la même classe que nous, mais pour cela, nous devons produire une copie parfaite ». A l’inverse, leur adversaire, Gavin Brady, a pu se satisfaire d’avoir navigué au plus juste. « Aujourd’hui, nous avons su profiter des conditions typiques de Saint-Barth. C’était magique, avec des surfs interminables au portant. Le rêve pour des TP 52 qui sont dotés de très grands spinnakers !  Nous avons eu pas mal de réussite et nous avons très bien navigué. Résultat, nous entamons l’épreuve par une victoire, ce qui est toujours bon pour le moral », a indiqué le marin qui ne compte pas moins de six participations à la Coupe de l’America, dans un large sourire.

Flotte © Jouany Christophe

Flotte
© Jouany Christophe

De la bagarre à tous les étages

Même enthousiasme du côté de  Greg Slyngstad, skipper du J 125 Hamachi, chez les Spinnaker 1. « Nous avons pris énormément de plaisir sur l’eau. C’était vraiment une très belle journée de navigation. Nous avons pris un excellent départ, en nous positionnant en bout de ligne. Ainsi, nous avons eu la voie libre pendant que la plupart des autres bateaux étaient au contact à proximité du bateau comité. Dès lors, nous avons pris un certain avantage mais c’est en réalité après la dernière marque que nous nous sommes installés aux commandes pour finalement ne plus les lâcher jusqu’à la fin », a précisé le régatier qui s’est offert le luxe de franchir la ligne d’arrivée en deuxième position au scratch. « C’était magnifique de voir toutes ces voiles derrière nous. Bien sûr, nous aurions aimé être premiers en temps compensé ce soir dans notre catégorie mais Lazy Dog et Dingo sont devant nous », a-t-il terminé, rappelant néanmoins qu’il les avait battu récemment, lors de la Saint Marteen Heineken Regatta. Bref, on l’aura compris, ce mardi ça a bataillé ferme à tous les étages… et ce n’est que le début.

CONTACT PRESSE FRANCE INTERNATIONAL – Gaia CORETTI

[email protected]

mob : 00.33(0)6.58.17.43.47

Skype : gaia.8

CONTACT PRESSE USA

Barby MACGOWAN

Media Pro International

[email protected]

mob : +1 401.225.0249

Skype : barbymacgowan

RESPONSABLE COMMUNICATION

Alexandra LEMARCHAND-GUIBOUT

[email protected]

phone: +590590272064

Commenter l'article avec votre compte Facebook

Autre
Par Autre avril 14, 2015 23:58
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*