Japon en direct avec Green Peace

Rédaction
Par Rédaction mars 19, 2011 12:29

Japon en direct avec Green Peace

18 mars 21h30 : Une semaine après le séisme et le tsunami, le bilan humain est lourd, 6 911 morts, 10 354 disparus et 2 285 blessés. Plus de 88 000 maisons et bâtiments ont été complètement ou partiellement détruits. Il y a 370 000 personnes dans 2 100 abris.

18 mars 18h16 : Le statu quo à Fukushima n’est pas une bonne nouvelle Certes, la situation n’empire pas, mais elle ne s’améliore pas non plus, et les dommages causés sont toujours là !

Voir le communiqué de Greenpeace France

18 mars 17h25 : Tokyo Electric Power a indiqué qu’il avait bon espoir de rétablir l’électricité dans les deux premiers réacteurs dans la journée de samedi. Ensuite seulement, le personnel pourra constater si le système de refroidissement et les autres équipements sont en état de fonctionnement. Pour les réacteurs 3 et 4, l’électricité ne devrait pas être rétablie avant dimanche au mieux.

18 mars 14h30 : voici les principaux points du jour.
La poursuite des tentatives de refroidissement reste la priorité numéro UN pour TEPCO et l’autorité de sûreté nucléaire japonaise. L’effort est particulièrement concentré sur les cœurs des réacteurs 1 à 3 qui sont en fusion, et sur les piscines de combustibles des réacteurs 3 et 4. Notons que les rejets de pressions se poursuivent, et de la radioactivité est donc relâchée. Le rétablissement de l’électricité est toujours attendu, à priori pour la journée de samedi (il est actuellement 22h au Japon).
Les ingénieurs de la centrale ont concédé pour la première fois que le seul moyen pour prévenir une fuite radioactive majeure est peut être d’enterrer la centrale, de la recouvrir de sable et de béton. Cette solution n’est pour le moment pas encore envisagée.

18 mars 10h15 : L’autorité sûreté nucléaire japonaise passe en niveau 5 les accidents des réacteurs 1, 2 et 3 centrale de Fushima Dai-ichi (4 auparavant). Sur l’échelle internationale INES, le niveau 5 correspond à un accident (entraînant un risque hors du site) avec pour le site un endommagement grave du réacteur ou des barrières radiologiques. Voir en détail la présentation de l’échelle INES sur le site de l’ASN.

18 mars 9h25 (17h25 au Japon) : point sur la situation. Le Japon a repris vendredi les opérations pour tenter de refroidir les réacteurs de la centrale de Fukushima, où la situation semblait s’être stabilisée. Pour la première fois depuis le début de la crise, on entend parler de « lueur d’espoir », car la situation ne s’est pas empirée. « La situation reste très sérieuse à la centrale. Mais il n’y a pas eu d’aggravation significative depuis hier », a déclaré Graham Andrew, conseiller spécial du directeur général l’AIEA.
Les efforts se poursuivent pour refroidir les centrales, le rétablissement de l’électricité souhaité par TEPCO ne semble pas avoir abouti pour le moment. L’opérateur Tepco espère rétablir le courant dans les réacteurs 1 et 2 aujourd’hui et, si possible dans les unités 3 et 4 également d’ici la fin de la journée. Hier jeudi, Tepco était parvenue à tirer un câble haute tension jusqu’au site de Fukushima 1 Daiichi. L’objectif aujourd’hui est de reconnecter chez réacteur puis chacun de leur système de refroidissement pour espérer faire à nouveau circuler l’eau dans les piscines de stockage et les cuves de confinement. Ainsi, les réacteurs pourront retrouver une certaine stabilité et émettre beaucoup moins de radiations qu’à l’heure actuelle où ils sont en surchauffe et dangereux.

18 mars : Alors qu’une minute de silence a été observée à 5H46 GMT, une semaine après le séisme et le tsunami meutrriers, le combat continue à la centrale de Fukushima pour refroidir les barres de combustible du récateur 3 et éviter un accident nucléaire majeur.

17 mars 22h00 : L’AIEA propose sur internet une présentation technique des réacteurs BWR (type de la centrale de #Fukushima qui propose également un tableau synthétique de la situation. A consulter pour comprendre en détail le fonctionnement :

17 mars 20h32: S’il apparaissait qu’une centrale française présente le moindre risque à l’issue des tests, elle serait fermée, a affirmé François Fillon , invité du journal de 20h sur France 2.

17 mars 16h : les informations continuent d’être éparses, hachées, contradictoires.
Cette situation est inquiétante, il est difficile de faire le tri. Pour faire le point : la priorité essentielle reste à l’heure actuelle, de refroidir les réacteurs & de remettre de l’eau dans les piscines de combustibles. De nombreux moyens ont été mis en œuvre par TEPCO, l’armée et le gouvernement Japonais dans ce but : hélicoptères militaires projetant de l’eau, camion équipés de canons à eau, ainsi que la tentative de mettre en place une alimentation électrique alternative pour relancer les circuits de refroidissement. La nuit est maintenant tombée sur le Japon et ces tentatives sont loin d’avoir apporté la quantité d’eau suffisante.
Le 17 mars matin le bilan est lourd pour le Japon : 5 178 morts, 8 606 disparus et 2.285 blessés. Plus de 88.000 maisons et bâtiments ont été complètement ou partiellement détruits.

vidéo aérienne de la centrale de Fukushima Daiishi filmée le 16 mars

17 mars 12h45 : un message de soutien au peuple japonais :
私たちの想いは日本の方々とともに。

17 mars 11h30 : actualisation de la situation. L’ASN (autorité de sûreté nucléaire française) fait le point ce matin, et parle d’ évolution préoccupante des piscines d’entreposage du combustible usé des réacteurs n°3 et n°4. La priorité est de refroidir le combustible dans le cœur des réacteurs n°1, 2 et 3, ainsi que d’apporter de l’eau aux piscines des réacteurs n°3 et 4. Différents moyens ont été envisagés pour l’appoint en eau des piscines et sont en cours de mise en œuvre : largage d’eau par hélicoptère, intervention par camion citerne.
TEPC0 a annoncé qu’il essaierait de rétablir dans les prochaines heures l’alimentation électrique par une ligne à haute tension.
Les opérations de décompression volontaire des enceintes conduisent toujours à des rejets radioactifs.
L’exposition au rayonnement des travailleurs sur le site reste préoccupante.
La radioactivité relevée par les balises de mesure à Tokyo reste faible et ne nécessite pas d’action particulière de protection des populations.
Selon le point matinal de l’IRSN, qui fait un focus sur l’état des piscines de combustibles, les piscines des réacteurs n°3 & 4 de Fukushima Daiichi sont en ébullition.

16 mars 23h37 : les informations sont très contradictoires. En effet, on apprend que Tepco dément les informations américaines. Les autorités japonaises et Tepco nient en bloc les propos de Greg Jaczko, président de l’Autorité américaine de régulation nucléaire, qui affirme que la piscine de stockage du réacteur 4 de la centrale de Fukushima est vide. Pour l’exploitant de la centrale nucléaire, le réacteur est stable.
Commenter avec votre compte Facebook
Rédaction
Par Rédaction mars 19, 2011 12:29

Les dernières infos

Suite...