Saint-Martin : Voeux de Mme Ramona CONNOR, Vice-Présidente en charge du Pôle Solidarité & Familles

Collectivité d'Outremer de Saint-Martin
Par Collectivité d'Outremer de Saint-Martin janvier 13, 2015 10:17

Saint-Martin : Voeux de Mme Ramona CONNOR, Vice-Présidente en charge du Pôle Solidarité & Familles

ramona connorBonjour à toutes et à tous,

Tout d’abord, permettez-moi de vous saluer et de vous remercier tout particulièrement de votre participation à cette cérémonie traditionnelle de présentation des vœux de la collectivité pour l’année 2015.

C’est pour moi, un moment fort de rendre compte, aux côtés de mes collègues élus, de mon action au quotidien et de l’état d’avancement des projets soutenus par notre collectivité.

En tant que vice-présidente du Pôle Solidarité et Familles depuis bientôt trois ans, je me suis engagée à définir le sens des priorités en faveur de tous celles et ceux vulnérables ou fragilisés ; femmes, hommes et familles touchés par l’âge, la maladie, le handicap, la précarité, le chômage, les accidents de la vie….

C’est un privilège d’œuvrer dans le champ de la solidarité mais aussi une très lourde charge dans un environnement international complexe, un contexte socio-économique national dégradé et une collectivité dont les difficultés financières représentent tout à la fois un carcan et un défi.

Les besoins de la population sont légitimes et les attentes de plus en plus fortes sur notre territoire.

La collectivité se doit de garantir la cohésion sociale territoriale en générant les solidarités nécessaires et veiller à leur coordination avec les politiques conduites en la matière par les autres acteurs (état, organismes de protection sociale, associations….).

Elle doit aussi se conjuguer avec les autres politiques sectorielles de l’éducation, de l’insertion, de l’économie, de la culture, du tourisme et de l’aménagement du territoire… avec lesquelles elle est en interaction dans une logique de développement durable. Le travail en transversalité représente, pour moi, un principe d’action incontournable source d’innovation et d’optimisation.

En ce sens, il nous faut être réaliste, pragmatique et responsable et avoir le courage politique de décisions impopulaires mais inévitables si nous voulons pouvoir garantir les prestations en faveur des plus démunis tout en permettant la croissance économique et l’emploi de demain.

Notre collectivité consacre la part la plus importante de son budget en dépenses sociales comme celle du RSA qu’elle n’est plus à même de financer et qui représentable un gouffre budgétaire insoutenable. Une délibération de demande d’habilitation du RSA a été votée par le conseil territorial il y a à présent plusieurs mois afin d’adapter le dispositif aux spécificités de notre territoire.

Nous sommes toujours dans l’attente d’une réponse tandis que la dette s’alourdit inexorablement….

Mon engagement indéfectible s’inscrit dans cette croisée des chemins et des exigences ; la mise en œuvre des politiques sociales sur les différents axes du schéma territorial ; autonomie, enfance, cohésion sociale mais aussi dans celui de la prévention et de la santé, l’optimisation des dépenses, la priorisation des actions au regard des besoins d’aujourd’hui et de demain et le juste droit.

Si la crise stimule une générosité naturelle envers les plus démunis, elle nous force à nous interroger sur l’assistance et les politiques sociales en ce qu’elles influent sur le comportement opportuniste de la part de certains allocataires.

Le préambule de la constitution introduit le droit à l’individu et une obligation de la société mais, il y est affirmé également les devoirs individuels comme celui de travailler pour prétendre à l’indemnisation chômage.

Les situations d’abus existent sur notre territoire, elles sont inacceptables et exigent des contrôles renforcés que je ne souhaite pas voir comme un risque d’instiller de la défiance mais comme un moyen de renforcer les droits de ceux qui ont besoin de l’action publique.

Une équipe de contrôle spécifiquement formée sera dédiée à cette mission.

Dans le champ de l’autonomie, le projet ambitieux et structurant du pôle médico-social a été finalisé et transmis à l’ARS pour son inscription au PRIAC* et ainsi obtenir les financements nécessaires à sa réalisation. Au total, il devrait représenter une capacité d’accueil de 139 places dont 72 pour les personnes âgées et 99 pour les personnes handicapées. Différents établissements offriront un véritable parcours de vie : EHPAD avec accueil Alzheimer et accueil temporaire, IME, MAS, Foyer de vie, CAMPS…Ce projet ambitieux répondra enfin aux besoins prégnants d’une population laissée trop longtemps dans le désarroi d’un manque de solutions adaptées pour leurs proches. Il sera ambitieux dans une conception innovante permettant de mutualiser les moyens fonctionnelset de minimiser les coûts de fonctionnement.

Dans le maintien à domicile, l’instauration des chèques préfinancés permettra une meilleure effectivité des aides accordées.

Seront reconduites les actions de sensibilisation en direction des familles et des aidants et je vous invite d’ores et déjà à prendre date le 25 mars prochain pour un colloque sur la maladie d’Alzheimer.

Il sera également mis en place, le Comité Territorial des Retraités et des Personnes Agées (COTERPA), instance de concertation pour que nos aînés puissent être pleinement associés en tant qu’acteurs ressources et usagers, aux politiques et aux actions qui les concernent.

Pour ce qui est de l’axe de l’Enfance et de la Famille, une restructuration de l’aide à l’enfance a été amorcée par le transfert réalisé au 1er janvier des personnels de l’ancienne antenne MDE.

Il s’agit de renforcer l’action menée dans la prise en charge des enfants et des familles mais aussi de développer une véritable politique de prévention en favorisant les actions de parentalité dans un espace repéré comme tel. Par et pour l’ensemble des acteurs concernés du territoire, il aura l’ambition de sensibiliser aux responsabilités éducatives et de contribuer à l’accompagnement des familles dans leurs devoirs ; réunions d’information, groupes de parole collectifs, ateliers, actions de reparentalisation, médiation, ….

Par ailleurs, et pour illustrer cette transversalité souhaitée par toutes les directions, le Pôle Solidarité et Famille pilotera dans le cadre du plan d’actions du CLSPD conduit avec l’état, l’axe des violences intrafamiliales.

*PRogramme Interdépartemental d’Accompagnement des Handicap et de la perte d’autonomie

La CRIP, instance incontournable dans le champ de l’enfance en danger, a révélé en 2014 son efficacité et sa place essentielle dans notre politique de l’enfance. Son action sera prolongée par un observatoire de l’enfance en danger.

Le planning familial sera réactivé pour là aussi répondre, dans le champ de la prévention, aux besoins identifiés auprès des jeunes et des femmes.

Dans le vaste champ de la cohésion sociale, dont les contours restent déterminés par ceux des autres champs avec lesquels il s’articule en complémentarité, la politique déjà évoquée en matière de RSA, doit se prolonger vers des actions instituant d’une véritable réforme territoriale en matière de revenu minimum. Un audit opérationnel et juridique a été lancé et finalisé fin 2013 qui préconise un éventail de mesures que j’ai défendues auprès des deux ministres de l’outre-mer qui se sont succédés en 2014 et auxquelles ils ont porté respectivement une écoute intéressée et positive.

Dès que l’habilitation nous sera donnée, le chantier de la réforme devra être rapidement ré-ouvert afin d’adapter le dispositif dans ses différentes acceptions pour la mise en œuvre d’une politique du juste droit avec les services de l’Etat, la CAF et Pôle Emploi.

En matière d’inclusion sociale, un partenariat avec l’ADIL a été formalisé en 2014 pour que les saint-martinois puissent être mieux informés et conseillés sur les questions du logement et de l’habitat.

Un nouveau service d’aide à l’habitat devra être mis en place pour les propriétaires occupants modestes afin de prévenir et de lutter contre le logement insalubre.

Enfin, et parce que la prévention et l’accès à la santé sont intimement liés aux inégalités sociales en matière de santé, et que nous intervenons directement au cœur de l’action médico-sociale, ce segment essentiel de l’action publique en direction de la population a été particulièrement investit en 2014 au travers du CLS (Contrat Local de Santé) et du PLS (Plan Santé Jeunes). Dans un engagement réciproque avec l’ARS en réponse à un diagnostic posé sur les besoins spécifiques du territoire, le pôle pilotera le dispositif sur 3 volets :

  • La mise en place d’actions de dépistage des troubles du développement chez l’enfant et de comportement chez la personne âgée.
  • La mise en œuvre des orientations du Plan Santé Jeunes de Saint-Martin
  • La création d’un Pôle Médico-Social

L’état conduira les 3 priorités que sont :

  • La nutrition et lutte contre le surpoids et l’obésité
  • La prévention des maladies humaines transmises par les moustiques
  • La mise en place d’un Conseil Local en Santé Mentale (CLSM)

Le PSJ, concernera les 6-25 ans, et ciblera principalement les conduites à risque, la promotion des bonnes habitudes alimentaires, la prévention de la crise suicidaire et de la souffrance psychique ainsi que les pratiques addictives ». Il comportera une série de mesures visant à mieux protéger la santé des jeunes au travers 7 orientations :

  • L’accès aux droits avec le projet de création d’un Espace Santé Jeunes et la réflexion sur la mise en place d’un « passeport jeunes »,
  • La nutrition et la lutte contre l’obésité et le surpoids,
  • La santé sexuelle et maternelle,
  • Les conduites addictives,
  • La santé mentale,
  • Le Handicap,
  • La couverture vaccinale.

L’accès aux services représente également un enjeu majeur en matière de lutte contre les inégalités et pour la satisfaction des usagers. La MSF de Sandy Ground sera déplacée dans des espaces plus adaptés à un accueil de qualité et une permanence devrait pouvoir se tenir à Grand Case où la présence du PSF fait défaut.

Enfin, le Pôle Solidarité et Famille sera délocalisé dans un nouveau centre administratif partagé avec Pôle Emploi ; les agents actuellement dispersés pour des raisons de contingence y trouveront des conditions de travail plus conformes à leur organisation et pour la satisfaction des publics.

Conclusion

Vous le voyez, en 2015 les projets sont nombreux et signifiants dans la construction d’une solidarité assise sur des valeurs partagées et revisitées en matière d’inter-générationalité, de politique familiale plus lisible, de soutien à la parentalité, de prévention effective, de maintien à domicile, d’hébergement, de proximité, de partenariat et de transversalité.

Si les dépenses sociales représentent un effort collectif immense, il faut qu’il soit aussi synonyme d’investissement productif dans l’intérêt et l’avenir de tous.

Je veux remercier personnellement ici tous ceux, partenaires, professionnels, collaborateurs, acteurs locaux et institutionnels qui s’impliquent au quotidien pour construire une citoyenneté sociale sans exclusion.

J’adresse à toute la population et à vous toutes et tous, mes vœux de bonheur, de santé et de prospérité pour l’année 2015 avec une pensée toute particulière en émotion pour ceux qui sont dans la peine.

Commenter avec votre compte Facebook
Collectivité d'Outremer de Saint-Martin
Par Collectivité d'Outremer de Saint-Martin janvier 13, 2015 10:17