Sénatoriales 2014 – La profession de foi de Madame Patricia Chance-Duzant

Autre
Par Autre 25 Sep 2014 23:45

Sénatoriales 2014 – La profession de foi de Madame Patricia Chance-Duzant

ELECTIONS SENATORIALES DE LA COLLECTIVITE DE SAINT-MARTIN 2014


PROFESSION DE FOI – PATRICIA CHANCE-DUZANT

Une fois de plus, le Conseil Territorial de SAINT-MARTIN est appelé à choisir la personne qui droit représenter la Collectivité de SAINT-MARTIN devant le parlement en qualité de sénateur.

Ce messager de la voix de SAINT-MARTIN interviendra dans les commissions, auprès des autorités étatiques et auprès de toutes autorités et responsables en France et Europe, voire international. Il serait possible, nécessaire d’intervenir devant en toute instance afin de défendre la société Saint Martinoise.

Et c’est vrai la beauté, la paix, le bonheur à Saint-Martin ne m’avaient pas donné envie de la quitter. Toutefois, étant qu’enfant courant sur la plage, déjà la curiosité m’a poussée de soulever la question de savoir qu’est-ce qui existait, qu’est-ce qu’il y avait entre la mer et le ciel ?

250914-PatriciaChance-Duzant

Ensuite et surtout, les anciens, ma grand-mère les sages m’ont tous dits, « …allez, partez, partez, allez faire vos études, allez et puis retournez chez nous retournez et faites ce qui est nécessaire… »

Plus de 35 à 40 ans d’études, de travail, d’expérience pratiques, de professionnalisme en droit et de défense en qualité d’avocat, de juriste, de conseil dans les domaines divers et vastes du droit anglo-saxonne et du droit français.

Mais vous avez déjà mon curriculum vitae et ma déclaration de foi de 2008 et vous savez que dans ces neuf pages les sujets traités sont, malheureusement, toujours de l’actualité brûlante aujourd’hui à Saint-Martin.

Cependant, l’ambiance de cette élection m’oblige à traiter les sujets suivants :

  1. ENCORE DES MENSONGES POLITIQUES OU A-T-IL UN PARFUM DE FRAUDE ET DE TRAHISON ?

Oui, j’ai suivi les mots de sagesse et avec mes diplômes en mains et ma fidélité à SAINT-MARTIN je me suis présentée en 2008 en sollicitant d’être votre sénateur, d’être un peu un de vos sages malgré mes imperfections politiques et encore… J’étais obligée même à cette époque de dénoncer les agissements manipulatifs des jeux de certains élus et des prétendus sages.

Oui, je suis née dans une petite case avec du papier brun pour boucher les trous dans le bois, mais comment j’avais raison à m’exprimer parce que pendant plus de neuf mois maintenant nous nous sommes trouvés sans représentant, sans sénateur au parlement.

Aujourd’hui encore il y a ceux qui prétendent qu’ils iront plaider pour les intérêts de SAINT-MARTIN. Toutefois, le vent, les nuages dans le ciel, les tambours et même le coq m’informent et me font ressentir, une fois de plus, une manipulation du peuple Saint-Martinois.

Pire ! Il semble que l’on ne cherche pas seulement à manipuler mon pays, ni même pas à voler l’âme de mon pays, aujourd’hui ils conspirent avec l’intention de simplement donner mon pays à autrui…Jesus, Jésus, Jésus veuillez m’entendre. Ceci contre une Saint-Martinoise de souche de plus de 300 ans ! Mon Dieu, Mon Dieu, Mon Dieu, devant cette horreur, devant cette réalité un mot résonne dans ma tête TRAITRE, TRAITRE, TRAITRE.

Mon Dieu, Mon Dieu, Mon Dieu ? Dans quelles autres mers étrangères remplies de barracudas et de requins devais-je encore plonger ? Sur quels champs de batailles devais-je encore lutter pour protéger les droits humanitaires et mes peuples? Devant quelle armée plus qu’étrangère avec des chars et des soldats aux yeux bleus et un fusil dans leurs mains devais-je encore manifester ?

Quand est-ce que ces personnes, magouilleuses, corrompues, trafiquantes de privilèges, manipulatrices vont se regarder dans le miroir et s’aimer ? Quand est-ce que les Saint-Martinois vont s’aimer ? Et aimer leur propre peuple ?

Vous n’allez pas leur laisser donner mon pays à autrui. Ni pour une journée, ni même pour 30 secondes ! Vous n’avez pas ni le droit ni le devoir, légal ou moral, de donner mon pays à qui que ce soit sauf à nous le peuple Saint-Martinois. Stop ! Nous vous l’interdisons. Le peuple Saint-Martinois a déjà démontré qu’il est réveillé, qu’il ne dort plus et Dieu ne dort jamais. Dieu et le peuple distribueront leurs sanctions.

Cependant, qu’est-ce que nos enfants, vos enfants doivent faire pour être acceptés, respectés pour pouvoir travailler dans leur propres pays ?

Je suis loin d’être parfaite mais quelle motivation est nécessaire pour vous faire comprendre mon sérieux, ma fidélité et ma passion sans faille pour mon pays ainsi que ma compétence pour prendre en main la tâche de défendre les intérêts de SAINT-MARTIN.

Votre ambassadrice qui plaidera la cause de la veuve et l’orphelin et défendra les indéfendables n’oubliera jamais de plaider pour SAINT-MARTIN : ses démunis, ses entreprises, ses salariés, ses fonctionnaires ; son histoire, sa culture, son environnement mais surtout son droit d’être libéré de l’esclavage moderne aussi déshumanisant et d’atteindre le niveau d’autonomie et d’indépendance ainsi éradiquant autant que possible vestiges de colonialisme, néocolonialisme et même colonialisme et génocide par substitution.

  1. LA LOI ORGANIQUE

Reconnaissant bien nos priorités, outre nos problèmes économiques de création, de maintenance et de travail, l’attention au rôle de la jeunesse dans notre société et les aspects sociaux et de sécurité continuellement à traiter, nous ne pouvons pas ignorer qu’il y a aujourd’hui à SAINT-MARTIN l’évidence des lacunes en ce qui concerne la loi organique actuellement en vigueur.

Il est reconnu que les rédacteurs de cette loi ainsi que ceux qui l’ont approuvée et qui vivent les conséquences quotidiennes crient qu’il faudrait utiliser le pouvoir législatif afin de la faire modifier, au minimum et le faire exécuter en l’adaptant mieux, pour assurer un meilleur fonctionnement de la Collectivité de SAINT-MARTIN.

Les observations au cours des années nous ont même emmenés à nous poser la question : “Et si les élus de l’époque l’avaient lu ?”. En tout cas, s’ils l’ont lu, nous nous demandons pourquoi ils n’ont pas fait le nécessaire en la complétant de manière à répondre à la situation spécifique de notre île, comme c’était suggéré à l’époque, même par moi. Or, certains de ces mêmes élus qui se sont montrés si légers et si négligents avec le travail de fond exigé, osent me concurrencer aujourd’hui pour faire un travail encore plus lourd et chargé des éléments de droit.

A mon avis pour un meilleur futur, il est impensable d’améliorer la gouvernance de notre Collectivité sans réunir ses organes et récolter les propositions de chaque personne voulant contribuer, afin de revoir les dispositions et la refondre si nécessaire. Le travail qui a été commencé ne doit pas être laissé dans un tiroir mais pourrait servir comme une base sur laquelle nous pouvons construite une vraie gouvernance d’autonomie.

Que ce soit sur les caractéristiques, devoirs et obligations des organes intervenant et leurs vies relationnelles, intra-relationnelles ou sur les relations inter-régionales, internationales  ; des oublies ; des compétences plus étendues et voir comment il va falloir les exercer ; d’obtenir des deniers compensatoires dus et pourquoi pas les deniers additionnels dus, du fait d’être mal guidé par l’Etat négligeant et du fait d’avoir failli à sa mission d’assistance à l’implémentation des différents structures et contrôles ainsi que l’inexécution de leurs engagements contractuels, surtout de résultat.

  • BILINGUISME

Je m’engage, dans la cadre de notre loi organique et tout ce qu’on peut changer afin d’améliorer la situation de notre langue historique, anglais, de ne jamais l’oublier et de promouvoir toute législation et action afin que notre langue puisse être reconnue pas seulement dans le cadre de l’enseignement bilingue et utilisation quotidienne mais comme une langue régionale avec toutes les conséquences et avantages que celle-là impliquent, donc utiliser partout librement et afficher avec fierté et dignité.

  1. SECURITE : AMELIORATION DE L’ECONOMIE PEUT-ETRE DES EMPLOIS

La délinquance a augmenté et continu à augmenter. Notre peuple ne se sent pas compris ni protégé. Nous renforçons le rez-de-chaussée contre les intrus mais ils cassent les fenêtres et ils viennent au premier étage. Et ensuite, au cours de la nuit ou le petit matin nous les entendons car ils montent sur les balcons. Ils entrent pour prendre des hors d’ouvres et faire de la lèche vitrine en préparant à revenir pour faire du shopping gratuit plus tard.

Nous sommes violés et violentés en sans repris : toujours des bruits sonores aux décibels intolérables, des motos et de plus des tirs de pistolets, même à l’église, trois tirs, ils osent montrer le pistolet aux pieux priants en les demandant « …Tu en veux ? You want some ?». Ensuite, neuf tirs de pistolets au cimetière. Ils retournent plus tard pour chercher leurs douilles des balcons des victimes résidents terrorisés.

Qu’est-ce que c’est l’ordre public ? Où étaient les gendarmes ? Où est l’ordre public ? Où est notre commissariat de police ?

Qui rassure ma ville ? Qui me rassure ? Qui rassure SAINT-MARTIN ?

Où est la manifestation des responsables pour traiter les conséquences psychologiques des victimes terrorisées qui souffrent et pour poursuivre les auteurs qui se rassurent entre eux qu’ils ont gagné par leurs actes de terrorisme plus que bien planifiés ?

Qui voudrait vivre ainsi leur quotidien ; quel touriste, observateur, investisseur…… résident ?

Quel environnement et même le Pole d’Environnement ne souhaite pas s’occuper des ordures, des bouteilles et cannetes de whisky, vin, rhum bières, boites, qu’ils trainent devant nos maisons, dans nos jardins, sous mon balcon. Qu’est-ce qu’il y a de privé dans tout cela ?

Et j’entends que le silence de la part des responsables de l’ordre publique.

Il faudrait au minimum construire et opérer des centres éducatifs et structures physiques pour traiter la délinquance des jeunes, une maison d’arrêt conforme pour les condamnés adultes et des structures et centres pour protéger les femmes et les enfants contre les violences.

Ai-je vraiment besoin de vous soulever les plaintes de nos entreprises et les entrepreneurs jeunes et pas trop jeunes ; de nos entrepreneurs qui ne cessent de crier qu’ils exigent qu’ils soient respectés et accordés des marchés des travaux sur leur île avant surtout que d’autres entreprises profiteuses/exploiteuses qui viennent d’ailleurs et ramènent leur rémunération/butin chez eux ne continuent de spoiler, d’étouffer l’économie de île ?

Ai-je vraiment besoin de vous soulever les plaintes des Saint-Martinois et même de la Collectivité en ce qui concerne leurs taxes et fonds versées qui vont aux allocateurs, certains étant trop souvent des abuseurs et profiteurs qui reçoivent les allocations et les détournent des bénéficiaires en les envoyant toute de suite à l’étranger ou les déboursent en COUNTRY SINT MAARTEN.

  1. JUDICIAIRE : AMELIORATION ET COOPERATION

Oui, c’est vrai des choses se sont évolués à Saint-Martin depuis le cyclone LUIS. Les voyages à la Guadeloupe sont moins fréquents car il y a des juridictions qui se transportent maintenant ici.

Il faudrait quand même revoir la situation de Saint-Martin au niveau du tribunal de première instance. Une conception qui ne semble plus ce que nous aurons voulu qu’elle soit. La France prétend aujourd’hui plutôt tourné vers une justice dite « de proximité ». Mais étant donné notre spécificité est-ce-que ceci est vraiment pour nous ou est-ce-que d’autres modèles ne sont concevables ?

Car, trop souvent, les Saint-Martinois doivent voyager à Basse-Terre pour traiter des dossiers devant le tribunal administratif de sécurité sociale, le tribunal de commerce, le conseil de prud’hommes, le juge d’instruction, la Cour d’Appel et encore. Et souvent ces frais de voyage et séjours sont toujours prohibitifs aux parties et les empêchent trop souvent de poursuivre une affaire et même de faire un recours en appel, malgré le fait que la décision puisse lui être plus favorable, 550€-650 €.

Les Saint-Martinois ont aussi besoins des suivants :

  • d’un Palais de Justice plus grand ;
  • outre que ma diffusion à la radio, information organisée de la Collectivité et de l’état concernant l’existence d’aide judiciaire ;
  • un bureau d’aide judiciaire ou un annexe à Saint-Martin, consultations gratuits, SOS avocat
  • une maison d’arrêt : pour aussi des raisons humanitaires, les familles doivent pouvoir visiter leurs prochains incarcérés

Malheureusement, nous sommes toujours en besoin d’harmonisation des législations entre les pays de la région et de permettre d’exécuter des jugements dans tous les domaines. Les échanges plus ouverts sont à entreprendre avec COUNTRY SINT MAARTEN sur le Traité de Concordia et la quotidienne de la vie ainsi qu’en transportant entre les frontières.

  1. 50 PAS GEOMETRIQUES

En ce qui concerne la réalité de résolution des problèmes autour des 50 pas géométriques nous sommes toujours dans l’obscurité.

Oui, après plus de six ans nous avons récemment reçu la nouvelle que la réponse à que la question des 50 pas géométriques est de dire aux pauvres gens que maintenant la Collectivité va traiter les dossiers en cours en premier. Ensuite, après elle va traiter les autres dossiers. J’ai un dossier chez moi depuis plus de huit ans, attendant que le titre soit validé. 

  • CONCLUSIONS : SOLUTIONS SPECIFIQUES IMPERATIVES ET URGENTES

Je me répète mais nous avons besoin à Saint-Martin de faire tout ce qui est humainement possible pour arriver aux solutions spécifiques :

Sur le plan économique entre COUNTRY SINT MAARTEN et la Collectivité de SAINT-MARTIN, une coopération afin d’échanger, d’utiliser certains biens structurels qui permettront aux deux pays de profiter plus avantageusement de la vie économique mais aussi quotidienne en ce qui concerne :

  • L’infrastructure des eaux, d’électricité, ramassage et traitement des ordures, transport et les routes, etc.
  • Protection de l’environnement
  • Protection des eaux territoriales: la pêche,
  • L’élevage et la consommation de produits de la mer (crevettes, lambis, ouassous, poisson) et d’autres formes de la vie marine
  • L’affermage, des fruits des bananes des pêches des oranges et des légumes
  • La plantation aux fins d’embellissement des deux côtés de l’île, le traitement des plages.
  • L’agriculture: l’élevage des porcs, des vaches, des cabris, des poules,
  • Immigration/installation et développement des moyens pour éviter le choc culturel (gendarmes, étrangers…) et la violence
  • Travail, des étrangers, des jeunes
  • Force de l’ordre : une maison d’arrêt conforme pour les condamnés adultes, centres éducatifs et structures physiques pour traiter la délinquance des jeunes, et des structures et centres pour protèges les femmes et les enfants contre les violences
  • Judicaire : Palais de justice de taille et bien équipé, information sur l’Aide Judicaire, un bureau d’aide judiciaire et des consultations gratuites, relations plus poussées avec le Barreau des Avocats de la Guadeloupe ou création de notre propre barreau.

La survie de notre communauté en dépend et il ne saurait y avoir de redressement de la situation des Saint-Martinois avec une Collectivité qui n’aurait pas rompu de façon radicale et définitive avec les mauvaises et dangereuses habitudes d’un certain passé.

Elue comme représentante de la Collectivité, le sénateur veillera donc avec l’ensemble des institutions qui en ont déjà la charge au strict respect de la loi dans toutes les activités.

La tâche est immense et le travail toujours à poursuivre.

J’ai la volonté et la détermination pour l’accomplir et le courage pour affronter tous les obstacles qui ne manqueront pas de se trouver sur le chemin de la renaissance de la société Saint- Martinoise.

Encore et toujours, aujourd’hui l’urgence appelle ; l’heure est venue de saisir l’avenir. Les opportunités ratées ne se présenteront plus. Il ne faut pas qu’il y ait des conséquences indéfectibles pour l’avenir, un avenir qui pour nous est déjà gravement hypothéqué par les erreurs et les errances du passé.

Mes chers compatriotes électeurs, c’est pour l’ensemble de ces raisons que je me présente à cette élection afin qu’enfin éclate la voix de ceux qui trop longtemps n’ont pas eu de voix soient entendus et que Saint-Martin connaisse une autre destinée !

PATRICIA CHANCE-DUZANT, Esquire

Autre
Par Autre 25 Sep 2014 23:45