Le vol AH5017 d’AIr Algérie a disparu 50 minutes après son décollage.

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 24 Juil 2014 07:12

Le vol AH5017 d’AIr Algérie a disparu 50 minutes après son décollage.

air-algerie-logoLa compagnie aérienne Air Algérie a annoncé avoir perdu le contact avec le vol AH5017 parti de Ouagadougou pour Alger, 50 minutes près le décollage de l’appareil.

Le signal a été interrompu lors du passage au dessus d’une zone non couverte par les radars dans l’espace aérien malien, près de la frontière algérienne.
“Air Algérie informe que les services de navigation aérienne ont eu leur dernier contact avec le vol AH 5017 assurant la liaison Ouagadougou-Alger ce jour 24 juillet à 1 heure 55 minutes GMT, soit 50 minutes après son décollage”, précise un communiqué.

Une source au sein de la compagnie a indiqué que l’appareil en question est un McDouglas, affrété par Air Algérie auprès d’une compagnie espagnole dont elle n’a pas divulgué le nom. Selon les investigations d’ AirLiveNet, il s’agirait de la compagnie Swift Air.

Selon le site spécialisé AirLiveNet, 110 passagers et 6 membres d’équipage étaient à bord du vol AH5017.

MAJ. 07h32 Locale: “Il y aurait de nombreux français à bord” a déclaré Frédéric Cuvillier, le secrétaire d’état aux transports.

MAJ. 09h41 Locale: L’avion Air Algérie s’est écrasé, 51 Français à bord.
Le Quai d’Orsay a mis un numéro en place une cellule de crise pour les familles des passagers du vol : + 33 1 43 17 56 46

51 Français étaient à bord : Parmi les 51 Français qui étaient à bord, quinze passagers devaient se rendre à Roissy-Charles-de-Gaulle, 7 passagers à Marseille. 116 personnes (110 passager, 2 pilotes, 4 membres d’équipage), dont 51 Français, 26 Burkinabés, 7 Algériens, au moins 20 Libanais voyageaient sur le vol.

MAJ. 11h20 Locale: Les forces françaises stationnées au Mali ont détecté l’épave de l’avion AH5017 à mi-chemin entre Gao et Kidal, dans une zone désertique très difficile d’accès. L’impossibilité pour les secours spartiates des équipes médicales de Gao d’accéder à la zone rendent tout secours dans la journée très hypothétique. La nécessité de sécuriser la zone et d’en empêcher l’accès à tout personnel non formé aux contingences des enquêtes aériennes laisse redouter une issue dramatique.

Parmi les passagers du vol AH5017, deux fonctionnaires européens de nationalité française en poste à Ouagadougou et Mariela Castro nièce de Fidel Castro, ancien chef d’Etat cubain.

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 24 Juil 2014 07:12