Courrier du lecteur : Ô range, ô désespoir, ô commerce ennemi

Autre
Par Autre septembre 5, 2013 21:13

Courrier du lecteur : Ô range, ô désespoir, ô commerce ennemi

050913-LaudeC’est au cours de petits incidents commerciaux, que les systèmes s’éclairent brusquement. La pieuvre Orange a envahi ma vie, une petite vie bien tranquille, cliente de longue date avec des niveaux de factures élevés.

L’achat d’un téléphone d’une valeur de 800€ , Samsung Galaxy Note, a découvert la réalité du fonctionnement de cette société que nous connaissons tous.

Cette acquisition fut faite le vendredi soir à 17h, il a fallu le ramener le mercredi à 15h pour un vrai défaut de fonctionnement constaté par les agents. Il ne peut pas être changé pour un neuf. Il me semblait que j’étais dans mon droit, celui qui nous confère un Droit de rétractation de 7 jours. Non ! Le maudit téléphone doit être retourné en Guadeloupe en SAV pour une durée que nous connaissons tous, trop vieux déjà pour être simplement remplacé ! Je pensais avoir acheté un appareil neuf, constatant qu’il ne fonctionne pas, je m’attendais naïvement à me voir remettre un nouveau téléphone neuf…

Le délai de 3 jours, inscrit nulle part le jour de l’achat, fût opposé à toute forme de remplacement : la règle c’est la règle. La réponse de Madame Orange est implacable, si le client que je suis reste dans le magasin “j’appelle les gendarmes”.

Chez Orange, acheter un téléphone neuf, c’est vous exposer à devoir considérer qu’il est vieux 4 jours plus tard. Et les 3 jours incluent les samedis et dimanches !!! Avec un calcul précis, j’ai eu ce téléphone 73h30…

Naturellement, je fût envahi d’un sentiment de colère. J’étais prise dans le filet des payeurs qui ne peuvent rien revendiquer, même pas le droit de rétractation pour produit non conforme à l’achat.

L’attitude commerciale des personnels, d’accueil agréable au demeurant, n’est que façade. Les sourires n’expriment que l’impossibilité de décider. Ils illustrent ce mode de management qui forme ou nomme des responsables à capacité d’action très réduite que ces méthodes cachent, et derrière des comportement sympathiques, c’est la très mauvaise qualité des services proposées qui transparait. La marge devient ainsi un objectif unique fondé sur des règles strictes au détriment du service. Une société implanté sur ce petit territoire devrait être dans l’obligation de fournir les mêmes services que la maison mère et aux mêmes conditions de vente. Communications, banques, compagnies aériennes etc…

Madame Orange avoua son incapacité a contrôler la pieuvre, elle ne pouvait rien faire. Les gendarmes sont venus à 17h. Il m’a fallu quitter les lieux avec son téléphone à 800€ inutilisable sous le bras.

Cet incident souligne le fonctionnement de ces sociétés-antennes-agences à fort taux de marge, celles qui nous regardent, qui analysent nos chiffres, leurs chiffres. Celles qui assujettissent les clients, les ménages, les consommateurs de la “Supérette Saint Martin” à des diktats de fonctionnement. Ces sociétés ressemblent à d’énormes pompes plantés sur notre sol pour en tirer le maximum de profits. Les centres de décisions sont ailleurs, en Guadeloupe en zone hollandaise, en France. Des circuits indispensables a notre bon fonctionnement qui nous mettent en état de dépendance économique.

L’éloignement des centres de décisions est l’une des causes du retard de notre ile. Il faudra bien, un jour, aborder ce dossier, pour que la population reçoive un service correspondant à ce qu’elle paie et aux efforts qui lui sont demandés.

Une attitude lié à une volonté politique que nous ne sommes pas prés de voir, pourtant cela solutionnerait tant de ces petits incidents qui jonchent nos vies. De mon côté, c’est au travers des huissiers et des avocats que je gèrerai ce cas, la procédure, c’est mon travers…

Philippe Laudé

Commenter avec votre compte Facebook
Autre
Par Autre septembre 5, 2013 21:13

Les dernières infos

Suite...