Saint-Martin : le Bon, la Brute et le Truand, ACTE III

Igor Rembotte
Par Igor Rembotte 30 Août 2013 11:00

Saint-Martin : le Bon, la Brute et le Truand, ACTE III

300813-GuichardChristian Guichard ne démord pas et poursuit sa démarche dans ce qu’il convient aujourd’hui d’appeler “l’affaire Guichard”. Pour une parfaite compréhension des propos que l’homme d’affaires vous propose ci-après, il est bon d’avoir pris connaissance des deux articles précédents de cette saga de l’été :

– Saint-Martin : le Bon, la Brute et le Truand ? – 12/08/13

– Saint-Martin : le Bon, la Brute et le Truand… ACTE II – 23/08/13

Quelque soit l’issue de ce bras de fer engagé par Christian Guichard avec les forces de gendarmerie, les services vétérinaires ou les services de la Préfecture, il est indéniable que la disparition de son entreprise sur le port de Galisbay aura des conséquences économiques importantes à notre échelle puisque Frigodom perdrait un client lourd et que les recette du Port s’en trouveraient elles aussi rabotées.


Un prisme différent”, disent-ils.

La réponse de la préfecture quant à « l’affaire Guichard » laisse perplexe tant elle contient des contradictions. Comment peut-on à la fois revendiquer la stricte « application des règles communautaires » et en même temps admettre qu’il faut quelquefois les voir à travers “un prisme différent” ? Comment “veiller à l’application des normes en vigueur” et consentir une certaine souplesse dans leur mise en pratique ? C’est admettre implicitement que la loi française, à Saint-Martin, peut – et doit – être aménagée.

Comment peut-il en être autrement d’ailleurs ? Si l’Etat français voulait vraiment respecter les lois édictées par lui en matière de sécurité alimentaire, il devrait immédiatement fermer les frontières avec Sin Maarten, mettre en place un poste d’inspection frontalier (PIF) et délivrer le document vétérinaire commun d’entrée (DVCE) attestant de la conformité sanitaire des marchandises. On imagine alors les files de bouchons à Bellevue ou Quartier d’Orléans pour contrôler les consommateurs – personnel de la préfecture compris – revenant du côté hollandais avec leurs courses …. On sourit à l’image des audiences surpeuplées du tribunal correctionnel de Marigot, puisque tout manquement de présentation aux services vétérinaire en cas de contrôle du document DVCE expose l’importateur – vous et moi – à une peine de 2 ans de prison… Sait-on seulement que sur quelques 30 conteneurs de marchandises alimentaire importés chaque semaine à St Martin/St Maarten, 1 à 2 seulement proviennent d’Europe ?

 Ce n’est évidemment pas possible. L’état de droit à Saint-Martin doit s’infléchir intelligemment selon les spécificités locales, et c’est ce qu’il fait le plus souvent… Sauf…, sauf…,  quand un fonctionnaire zélé, de passage pour trois ou quatre ans pour 40% de salaire en plus, décide de «se payer» un Saint-Martinois afin d’agrémenter son séjour et de se croire professionnellement utile.

Ce fut précisément mon cas quand l’inénarrable Marsoni, des services vétérinaires, imposa naguère à ma société Guichard International Eurl de se mettre en conformité aux fameuses « normes communautaires », alors qu’il accordait des dérogations à ses petits copains manifestement plus généreux et plus compréhensifs. La conséquence des deux mises en demeure dont je fus l’objet amena le dépôt de bilan de la société car les aménagements édictés étaient matériellement impossibles à mettre en œuvre.

A ce niveau là, ce ne fut pas la prise en compte d’un «prisme différent », mais bien plutôt l’utilisation insensée par un fonctionnaire pointilleux d’un véritable laser administratif, explorant avec avidité d’inattendus recoins du droit sanitaire pour mieux amener une société à la faillite.

C’est ce que je revis encore actuellement dans le port de Galisbay, à Frigodom, avec d’incessants contrôles et procédures juridiques entachées d’illégalité, quand d’autres sociétés, de nationalité étrangère, continuent de commercer tranquillement sur l’île de Saint-Martin…

Dessine moi un bœuf

Le strabisme administratif ne s’arrête d’ailleurs pas là, et j’ai particulièrement goûté, dans le communiqué de la préfecture, la référence à l’abattoir. L’historique de cette « sombre connerie », pour reprendre en off l’opinion de M. le Préfet, mérite ici d’être racontée.

Le vétérinaire de l’époque, Mr Lelaguadec, vint me rencontrer un jour, tout excité d’avoir enfin trouvé les statistiques d’exportation de bœufs sur la Guadeloupe et la Martinique en provenance de St Martin. Selon lui des milliers…

Alors que les rares pâturages de l’île étaient à l’évidence quasiment déserts du moindre bovin.

Alors que ces milliers de bœufs provenaient en fait du Vénezuela et de Colombie, mais étaient réétiquetés « Saint-Martin » après transit par bateaux, pour le plus grand bénéfice de quelques familles de l’île.

Alors que le prix de revient – ne serait-ce que les besoins en eau – rendait cette filière peu rentable.

Rien n’y fît. Les chiffres, pour Mr Lelaguadec, étaient là et ne mentaient pas. A croire qu’il ne savait pas à quoi ressemblait une vache.

C’est donc grâce à ce fonctionnaire clairvoyant et fin statisticien que l’on se retrouve aujourd’hui avec un abattoir surdimensionné (un simple camion aurait suffit), permettant d’abattre annuellement 1500 bêtes ! Soit six mois d’utilisation, tout au plus, puisque le cheptel de Saint-Martin est estimé à 750 têtes, pour un prix de 3 millions d’euros, et une implantation près de la cantine scolaire en infraction avec les lois en vigueur.

Pour une « sombre connerie », cela en est vraiment une…

Cet exemple montre bien que l’administration n’est pas à l’abri d’erreurs d’appréciation et qu’elle serait bien inspirée de renforcer la concertation avec les différents intervenants de la filière agro-alimentaire plutôt que de manier contrôles et répression, procès verbaux et amendes.

Christian Guichard

Igor Rembotte
Par Igor Rembotte 30 Août 2013 11:00

Les dernières infos

Suite...
Abonnement WPServeur
Euro0.9169
18 Juil · CurrencyRate · USD
CurrencyRate.Today
Check: 18 Jul 2024 18:05 UTC
Latest change: 18 Jul 2024 18:00 UTC
API: CurrencyRate
Disclaimers. This plugin or website cannot guarantee the accuracy of the exchange rates displayed. You should confirm current rates before making any transactions that could be affected by changes in the exchange rates.
You can install this WP plugin on your website from the WordPress official website: Exchange Rates🚀