Edito: Que reste-t-il des printemps arabes un an après? ‎

Autre
Par Autre juin 21, 2012 00:39

Edito: Que reste-t-il des printemps arabes un an après? ‎

Un an après, que reste-t-il de la ferveur et de l’espoir soulevés par les printemps arabes ? Tandis que le peuple syrien n’en finit plus d’être massacré sans avoir aperçu le moindre rayon de ce printemps, ça chauffe en Tunisie. Les salafistes font régner la terreur fondamentaliste, s’attaquant aux médias, aux syndicats, aux universités, saccageant les expos du Printemps des arts de La Marsa. Même les islamistes “modérés” au pouvoir semblent dépassés.

En Egypte, la Haute Cour constitutionnelle vient d’invalider le tiers de l’Assemblée récemment élue et de maintenir la candidature d’Ahmad Chafiq, ex-pilier du régime Moubarak, qui affronte au second tour de l’élection présidentielle le Frère musulman Mohamed Morsi. Les Egyptiens sont coincés entre l’armée, l’ancien régime et les islamistes (au moins ont-ils voté pour ces derniers). L’Egypte moderne de Wael Ghonim et de la génération 2.0 est exclue de la nouvelle configuration politique.

En Libye, on a annoncé le rétablissement de la charia, des attentats sont commis contre la Croix-Rouge, et des membres de la Cour pénale internationale emprisonnés pour avoir rendu visite à un fils Kadhafi(que la Libye refuse de livrer au CPI). On verra ce qui sortira des élections reportées au 7 juillet. Malgré l’avancée démocratique que constitue une élection, les peuples arabes semblent avoir troqué un régime oppressif pour un autre. Mangent-ils mieux qu’avant ?

elon Jeune Afrique, l’économie tunisienne est en panne, les finances publiques à la dérive. Au bord du Nil, tous les voyants de l’économie sont au rouge selon Mohsin Khan, économiste et chercheur à Washington (source Les Echos). La situation est plus encourageante en Libye : après une chute du PIB de 41 %, la reprise de la production de pétrole et la reconstruction font redécoller la croissance en 2012. Mais les fruits sont-ils bien redistribués ? Selon le physicien Dennis Meadows, coauteur d’un célèbre rapport sur les limites de la croissance qui vient d’être réédité et actualisé,”le printemps arabe, qui a été présenté un peu partout comme une solution à des problèmes, n’est en réalité que le symptôme de problèmes qui n’ont jamais été résolus“ Le Monde, 26 mai 2012). Pessimisme ou lucidité ?

par MahiMahi

Commenter avec votre compte Facebook
Autre
Par Autre juin 21, 2012 00:39

Les dernières infos

Suite...