L’EXCES DE LANGAGE A DES LIMITES

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE mars 12, 2012 16:08

L’EXCES DE LANGAGE A DES LIMITES

« virtutem primam esse puta compescere linguam »

“la première des vertus est de savoir contrôler sa langue »

 En prenant connaissance des termes de l’article de Monsieur Jabouley dans le Week de lundi dernier, il est permis de s’interroger sur l’esprit qui l’anime, la prospective n’est certainement pas son thème de prédilection mais plutôt une certaine nostalgie passéiste et négative, pourquoi ? M. Jabouley est un rêveur utopique, sympathique, qui semble oublier les réalités du monde dans lequel il vit, bien sans doute à sa manière, mais « recroquevillé dans sa coquille rigide et fermée ». M. Jabouley se présente sur la liste du MAP, dont le programme annoncé exigerait, au minimum, plus de 1 milliard de « fresh money », ce qui n e l’effraie pas ni ne lui cause d’état d’âme. Bien sûr, dans ce programme, on ne dit nulle part d’où proviendraient ces sommes … à part l’Etat nourricier ou la République généreuse, comme on veut. C’est  que Monsieur le Sénateur de Saint-Martin avait promis de le faire auprès de ses pairs de l’UMP. On connaît le résultat. Monsieur Mussington, tablant sur la victoire du PS, tient exactement la même promesse. Même combat sans discernement !

M. Jaboulet s’offusque des agissements de la SEMSAMAR, à juste titre. Il oublie de mentionner que sa tête de liste, Monsieur Mussington, siège à son Conseil d’administration depuis 4 ans et en est même devenu le Président. Que faisait Monsieur Mussington lorsque Daniel Gibbs a réclamé un audit de cette société ? Depuis qu’il en est le Président, il a enterré l’audit demandé. Logique et cohérent.

Quant au projet du Front de mer, que d’affirmations mal fondées ! Depuis quand, dans le cadre des lois françaises, un responsable politique français, fut-il Daniel Gibbs, pourrait « vendre l’âme et la liberté de son peuple à des intérêts étrangers ». C’est une ignorance qui interpelle notre sens civique, ce qui ne semble pas gêner M. Jabouley. Dans ce projet, la Collectivité reste et restera propriétaire du foncier et de toutes les infrastructures. Et c’est justement parce que la Collectivité n’a pas les capacités budgétaires requises pour un tel projet qu’il est nécessaire de faire appel à l’investissement privé. Mobiliser les ressources privées nous semble une démarche plus saine et plus responsable que d’attendre les deniers de l’Etat.

Quant aux garanties que demande M. Jabouley, une fois de plus, faut-il redire qu’un Cahier des Charges est obligatoire pour lancer un appel d’offres. Ce Cahier des charges exigera, bien entendu, toutes les assurances voulues, notamment en termes de main-d’œuvre étrangère. Mais le MAP a-t-il si peu confiance en nos capacités pour penser que les Saint-martinois ne sauront pas relever ce défi ? Est-on conscient que nous avons 5000 chômeurs  ?

Enfin, lorsque que l’on ajoute qu’il faudra adapter le niveau des infrastructures (ouf merci le Map on n’y aurait pas pensé tout seul)  c’est l’évidence. Et c’est bien parce que le développement du Front de mer et du Port ne nécessiteront aucune sortie de fonds pour la Collectivité, que ces investissements vont générer une moyenne de 100 millions d’euros par année, qu’elle pourra investir dans les dites infrastructures. M. Jabouley devrait intégrer la notion de libération de fonds de contrepartie (passez nous voir on vous expliquera) semble-t-il.

Et pourtant, ces idées biaisées sont celles défendues par un membre de la liste du MAP. Si le changement promis par cette liste se prévaut de ces assertions étriquées et porteuses de crainte, l’avenir de Saint-Martin se résumera dans un blog fantaisiste et ludique, sauf pour ceux qui se lèvent le matin pour aller travailler.

RIBOUD DOMINIQUE – TEAM DANIEL GIBBS 2012

http://teamdanielgibbs2012.com/

Commenter l'article avec votre compte Facebook

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE mars 12, 2012 16:08
Écrire un commentaire

3 Commentaires

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*