Le programme de recherche extraterrestre SETI reprend du service

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 12 Août 2011 20:44

Le programme de recherche extraterrestre SETI reprend du service

Quatre mois après sa fermeture, faute de financements, le programme pour la recherche de vie extraterrestre (SETI) reprend du service en ce début août… Et écoute de nouveau le ciel, en attente d’un signal intelligent.

Le 22 Avril, le programme pour la recherche de vie extraterrestre (SETI) fermait, faute de financements. Les investisseurs de l’université de Berkeley, Paul Allen (co-fondateur de Microsoft) et d’autres, se sont retirés du programme. L’iconique réseau des radiotélescopes Allen (ATA) fut mis en veille et cessait alors d’écouter aux portes de l’univers.

Dés lors, une collecte de fonds était lancée sur le site SETIstars.org pour mobiliser les ufologues, passionnés et autres amateurs du ciel. 2300 généreux donateurs publics se sont ainsi mobilisés, dont l’actrice américaine Jodie Foster, et ont permis au programme de récolter 140 000 euros de dons. Un succès pour cette organisation à but non lucratif qui, le 8 août 2011, réoriente ses 42 paraboles vers le ciel.

Alors que certains scientifiques de l’université de Berkeley ont été licenciés, d’autres « n’ont pas été ralentis, indique Karen Randall le porte parole de SETI, cité par le magazine Science. Ils sont restés travailler, analysant les dernières données dont ils disposaient. » Dans l’attente de dons éventuels de ceux estimant que la recherche d’un signal sonore venu d’ailleurs ne devrait pas être abandonnée. « Il serait absolument irresponsable de la part de la race humaine de ne pas chercher une preuve d’intelligence extraterrestre », selon Bill Anders, astronaute sur Apollo 8 et SETIstars.

Avec ces nouveaux fonds, les instruments du programme SETI devraient pouvoir boucler l’année 2011, « relancer la machine et susciter de nouveau l’intérêt du public » estime Karen Randall. Mais les 140 000 euros restent insuffisants sur le long terme. Mi-avril, Tom Pierson, directeur de l’institut SETI, déclarait en effet dans une lettre ouverte que le programme nécessite 1,6 millions d’euros par an pour fonctionner. Si l’université de Berkeley ne prévoit pas prévoit pas de renouveler ses subventions, Tom Pierson évoque la possibilité d’un partenariat avec l’U.S Air Force et d’autres sources de financements potentiels.

Marie Dias-Alve de Nationalgeographic.fr

Source : ScienceInsider
Photo : SETI Institute

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 12 Août 2011 20:44