Grèce: la zone euro devrait décider de débloquer de l’argent frais samedi

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 1 Juil 2011 07:16

Grèce: la zone euro devrait décider de débloquer de l’argent frais samedi

Le patron de la zone euro Jean-Claude Juncker à Bruxelles le 24 juin 2011 (AFP/Archives, Jean-Christophe Verhaegen)

Les ministres des Finances de la zone euro devraient décider samedi, un jour plus tôt que prévu, de débloquer l’argent frais dont la Grèce a besoin pour éviter une faillite imminente.
Une réunion extraordinaire à cet effet était initialement prévue dimanche à Bruxelles. Mais elle va être remplacée par une conférence téléphonique samedi, ont indiqué plusieurs sources diplomatiques et la Commission européenne.

“Il y a effectivement ce plan”, a notamment confirmé un porte-parole de la Commission, Olivier Bailly. “Nous avons eu le même écho” sur une “vidéo-conférence samedi”.
Les ministres des Finances de la zone euro doivent décider de débloquer la prochaine tranche des 110 milliards d’euros sur trois ans promis dans le cadre du premier plan d’austérité grec, il y a un an.
La condition qu’ils avaient posée, à savoir l’adoption d’un nouveau programme d’austérité en Grèce, a en effet été remplie.
Le Parlement grec a voté mercredi et jeudi, par une courte majorité et sur fond de vive contestation dans la rue, ce programme prévoyant 28,4 milliards d’euros d’économies supplémentaires d’ici 2015 et une rafale de privatisations censées rapporter 50 milliards.
Les présidents de l’UE, Herman Van Rompuy, et de la Commission européenne, José Manuel Barroso, avaient estimé après le vote de jeudi que “les conditions sont maintenant en place pour une décision sur le versement de la prochaine tranche d’assistance financière pour la Grèce, et pour des progrès rapides sur le deuxième plan de sauvetage”.
Au-delà de la prochaine tranche d’aide, qui doit permettre à la Grèce de pouvoir faire face à ses obligations de remboursement de dette en juillet, Athènes a aussi demandé officiellement la semaine dernière un deuxième plan de sauvetage, qui devrait également représenter au moins une centaine de milliards d’euros.
Des avancées sur ce point étaient également espérées dimanche, à savoir les grandes lignes du plan de sauvetage et des précisions sur la manière dont les banques et autres créanciers de la Grèce y participeraient. Les détails de ce deuxième plan risquent toutefois de devoir attendre une deuxième réunion des ministres, prévue de longue date pour le 11 juillet.

 

Source AFP

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 1 Juil 2011 07:16